Référence multimedia du sénégal
.
Google

LUTTE CONTRE LES FAUX MEDICAMENTS: Les pharmaciens d’Afrique exigent leur présence aux cotés des douaniers aux frontières

Article Lu 1794 fois

Le président de l’Inter-ordres des pharmaciens d’Afrique, Oussou Fodé Fofana, a suggéré dimanche à Lomé, la présence des pharmaciens aux frontières pour aider à mieux contrôler l’entrée frauduleuse des médicaments dans le continent, appelant les dirigeants à faire preuve d’un engagement politique dans la lutte contre le marché parallèle des médicaments.



LUTTE CONTRE LES FAUX MEDICAMENTS: Les pharmaciens d’Afrique exigent leur présence aux cotés des douaniers aux frontières
« Il faut une volonté politique ainsi que notre implication dans toutes les actions de lutte et partout où il y a un médicament, il faut un pharmacien », a dit dans un entretien à APA, dimanche, le président de l’Inter-ordres des pharmaciens d’Afrique.

« Ces médicaments illicites entrent dans nos pays le plus souvent par les postes frontières », a déploré M. Fofana, estimant que souvent les douaniers postés aux frontières n’ont aucune expérience dans la détection des faux médicaments. « Ils ne peuvent rien parce qu’ils ne sont pas des spécialistes », a ajouté Fofana. Réunis en fin de semaine dernière à Lomé, la capitale du Togo, plus de 500 pharmaciens venus de tout le continent africain dans le cadre d’un forum pharmaceutique international, ont débattu de la problématique du marché illicite des médicaments en Afrique.

Ils ont également demandé leur implication dans la dispensation des anti-rétroviraux (ARV). « Il faut que le pharmacien soit impliqué dans les politiques pharmaceutiques et sanitaires de nos pays », a encore dit M. Fofana, espérant que cela pourrait freiner la circulation des médicaments illicites dans les pays africains. Selon l’OMS, 40 % des médicaments contrefaits dans le monde sont écoulés dans les pays développés, les 60 % restants dans les pays pauvres, notamment ceux d’Afrique.

Les spécialistes estiment que jusqu’à 50 % des médicaments consommés dans certains pays en développement sont contrefaits, surtout en Asie et en Afrique. « Dans certains pays, 25 % des médicaments du marché des médicaments sont contrôlés par le marché illicite et dans d’autres, il y en a plus de 75 à 80 % », explique M. Fofana. « Au Nigeria par exemple, sur 10 médicaments vendus, 6 ne seraient pas homologués, la même situation prévaut en Guinée où plus de 60% des médicaments commercialisés seraient issus de la contrefaçon », a-t-il précisé.

Source: APA / Sud Quotidien

Article Lu 1794 fois

Mardi 12 Juin 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State