Référence multimedia du sénégal
.
Google

LUTTE CONTRE LE TABAGISME AU SENEGAL: Vers l’interdiction de la publicité des cigarettes

Article Lu 12581 fois

18 à 20 % des jeunes fument. Mieux en milieu scolaire une nette progression du taux de tabagisme est notée chez les jeunes entre 2002 et 2007 révèlent des études rendu public hier mardi 28 avril. C’était lors d’un atelier de validation d’un « draft » d’avant-projet de loi pour l’interdiction de toute forme de publicité des paquets de cigarettes au Sénégal organisé au Sneips de Grand Yoff.



LUTTE CONTRE LE TABAGISME AU SENEGAL: Vers l’interdiction de la publicité des cigarettes
« 18 à 20 % de jeunes sont des fumeurs ». C’est le résultat d’enquêtes sur le tabagisme rendu public au cours d’un atelier de validation d’un « draft » d’avant-projet de loi pour l’interdiction de toute forme de publicité des paquets de cigarettes au Sénégal. Cette rencontre qui a eu lieu hier mardi 28 avril au Sneips de Grand Yoff a été l’occasion pour les participants de montrer que, selon des cas d’études dans le monde, l’interdiction partielle de la publicité a très peu d’impact sur la réduction de la consommation du tabac.

Mieux, les résultats de l’enquête de Gyts (Global young tabacco survey) 2007 en milieu scolaire montrent une nette progression du taux de tabagisme chez les jeunes entre 2002 et 2007. Et, selon l’Organisation mondiale de la santé (Oms), un des moyens le « plus efficace pour les pays est d’éviter que les jeunes ne fassent l’expérience du tabac et ne deviennent des consommateurs réguliers ».

Pour cela, il faut interdire toute forme de « publicité direct ou indirect » en faveur du tabac. S’y ajoute la promotion et le parrainage par l’industrie du tabac, de manifestations ou d’activités sportives ou culturelles. En attendant l’effectivité de cette interdiction, des médecins préconisent la « prévention légale ». Il s’agit « d’aider ceux qui veulent cesser de fumer à arrêter ».

Dans la même lancée, le mouvement Antitabac du Sénégal initiateur de la rencontre se désole dans son rapport du fait qu’il n’existe aucune loi nationale obligeant l’industrie de tabac à communiquer les sommes d’argents annuelles consacrées à la publicité, la promotion et le parrainage en faveur du tabac. Et de mentionner dans ce document qu’en attendant la modification de la loi 85.23 du 25 février, le gouvernement du Sénégal doit se conformer aux dispositions de la Convention cadre de l’Oms. Ce texte exige de « l’industrie du tabac la communication de son budget consacré à la publicité, à la promotion et au parrainage en faveur du tabac, conformément a l’article 13 (alinéa d) de la Cclat.

Le gouvernement doit aussi rendre accessibles ces informations conformément à l’article de la convention cadre relatif à l’éducation, à la formation et la sensibilisation du public » mentionne ce document.

200 milliards en fumée par an

Suffisant pour qu’Omar Ndoye député à l’Assemblée nationale invite « l’Etat à se soucier de la santé des populations plutôt que du peu d’argent qu’il récolte sur le budget consacré a la publicité ». Selon lui, « on perd 200 milliards de dollars par an dont la moitié dans les pays en voix de développement » à cause du tabac. Et d’ajouter « le tabac a des conséquences néfastes dont la perte en vie humaine. C’est pourquoi nous avons pris l ‘engagement de soutenir l’Ong mouvement Antitabac du Sénégal ».

Pour le docteur Alouise Ndiaye malgré que « des taxes aient été ajoutées sur le projet de la loi sur le tabac, des efforts doivent être fournis pour lutter contre le tabac. Nous avons les mêmes rôles que les organes de presses : faire connaître l’importance de la santé ». Pour cela, il faudrait « un lobbying pour faire passer les messages » a suggéré le sénateur Famara Sané.

Cet atelier s’inscrit dans le cadre de la mise en application des articles 13 et 11 de la convention Cadre de l’Oms pour la lutte Antitabac au Sénégal. Il vise l’acquisition d’un « draft » de projet de loi pour mener le plaidoyer auprès des parlementaires et du président de la République en vue de modifier la loi 85.23 du 25 février 1985 qui n’interdit la publicité que par voix d’émission de télévision.

Elizabeth Diatta
Source SudQuotidien

Article Lu 12581 fois

Mercredi 29 Avril 2009




Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State