Référence multimedia du sénégal
.
Google

LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ : LE SÉNÉGAL RESPECTE SES ENGAGEMENTS

Article Lu 13045 fois


LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ : LE SÉNÉGAL RESPECTE SES ENGAGEMENTS
Au vu des avancées par rapport aux engagements de Paris, le gouvernement et les bailleurs vont réactualiser la matrice des mesures et maintenir la cadence. C’est l’une des principales conclusions de la deuxième réunion trimestrielle des partenaires techniques et financiers du Sénégal, des représentants des élus locaux, de la société civile et du patronat, présidée hier, au Méridien Président, par le Premier ministre Cheikh Aguibou Soumaré.

Après la réunion du groupe consultatif en octobre 2007 à Paris, le gouvernement sénégalais poursuit ses engagements à maintenir « un dialogue structuré et approfondi avec les partenaires, autour des questions stratégiques », notamment celles qui touchent le suivi du Programme de lutte contre la pauvreté. La deuxième rencontre présidée hier par le Premier ministre Cheikh Aguibou Soumaré, prolongement du séminaire de Saly présidé par le Chef de l’Etat, a permis de dresser l’état d’avancement des engagements pris de part et d’autres, dans un contexte de flambée des prix et de chocs exogènes qui obèrent tous les efforts. Entouré du ministre d’Etat, Ministre de l’Economie et des Finances et du ministre délégué chargé du Budget, en présence d’une bonne partie de son gouvernement, M. Soumaré a inscrit ces réunions trimestrielles dans le cadre du combat pour le développement économique et la réduction de la pauvreté. Il a réitéré ainsi l’engagement du Sénégal à poursuivre les réformes et à se soumettre à des évaluations périodiques de la matrice dont la réactualisation a été proposée.

En effet, selon la lecture exhaustive qui en a été donnée par le ministre d’Etat, Ministre de l’Economie et des Finances, Abdoulaye Diop, beaucoup d’acquis ont été notés quant à la mise en œuvre des 29 mesures arrêtées à Paris. Ce dernier a salué l’élaboration de la Loi d’orientation de la Stratégie de croissance accélérée et décrets et arrêtés connexes et le bon déroulement du Conseil présidentiel de l’investissement renforçant les efforts en matière d’amélioration de l’environnement des affaires, la compétitivité et l’attractivité de notre économie. D’autres avancées significatives sont notées dans les travaux du Comité national du dialogue social, alors que le volet énergétique inscrit aux points 6, 7, 8 et 9 devrait connaître une nette amélioration grâce à l’adoption de la lettre de politique de développement du secteur, la recapitalisation de Senelec et les options en matière de développement des énergies renouvelables. Pour ce qui est des mesures visant le redressement des entreprises en difficulté, la restructuration de la Sar et la privatisation des ICS ont longuement été saluées. Le cadre macro économique a fait l’objet d’une attention particulière avec un taux de croissance prévisionnel de plus de 5% en 2007, contre 2,3 en 2006, et une meilleure maîtrise de l’inflation grâce aux mesures de suspension des taxes sur 5 produits sensibles et les subventions sur les emballages sociaux de gaz butane. En plus des avancées dans la mise en œuvre de la SCA, les efforts soutenus ont conduit à la mise en place effective de toutes les réformes liées au nouveau Code de marchés, avec l’installation de la Direction centrale des marchés publics et de l’Agence de régulation ; la nouveauté étant la mise en ligne du portail des marchés publics pour plus de transparence (points 14, 15, 16 et 17). La décentralisation n’est pas en reste, avec l’effectivité du transfert de 3,5 % de la TVA aux collectivités locales. Le ministre d’Etat s’est félicité de la signature de l’Accord cadre d’appui budgétaire (ACAB) par 7 PTF en janvier 2008, alors que le gouvernement appelle les autres à suivre l’exemple de la BAD qui va s’y mettre, selon son représentant.

Comme nombre d’intervenants après lui, Abdoulaye Diop n’a pas manqué de revenir sur le nécessaire renforcement de la cellule de suivi du Dsrp qui entre dans la deuxième génération, tout en saluant la diligence des quatre groupes de travail mis en place à cette fin. Après une attention particulière à l’approfondissement de la décentralisation du BCI, le renforcement de la stratégie nationale d’équité de genre, l’aménagement de la nouvelle ville et le Programme national de développement local, le ministre d’Etat s’est appesanti sur le programme de reconstruction de la Casamance en saluant la mise en place de la « Task force », l’élaboration d’une feuille de route 2008-2012 et une table ronde des partenaires prévue cette année.

Faire plus pour l’atteinte des OMD

Les parties à cette revue trimestrielle des engagements de Paris, se sont tour à tour félicitées des progrès notables qui ont été faits depuis octobre 2007 et qui militent pour une réactualisation de la matrice des mesures dont certaines peuvent être dépassées, selon M. Gilles Hervio de l’Union européenne. Quant au Directeur des opérations de la Banque mondiale, Madani Tall, il est revenu sur les actions en faveur des plus pauvres, le renforcement de capacités de la CSPLP et la qualité des services sociaux de base comme l’éducation et la santé, pour l’atteinte des OMD.

Les représentants de la coopération allemande et française, des Banques de développement et autres institutions ont presque tous abondé dans le même sens, suivis par la société civile, les élus locaux et le patronat. Le Ministre d’Etat Abdoulaye Diop avait auparavant dressé le bilan des engagements en cours, estimés à 879 milliards FCA, contre 1.187 milliards pour les engagements nouveaux, soit 57 %. Il a révélé que 22 conventions ont été signées pour 157 milliards, alors que 19 le seront prochainement pour 39 milliards 250 millions de FCFA, alors que les engagements nouveaux non affectés s’élèvent à 567 milliards.

Les ministres concernés par les secteurs sociaux (santé, éducation, eau et assainissement), ont tous donné la mesure de ce qui reste à faire pour l’atteinte des OMD. Me Madické Niang, tout nouveau ministre d’Etat Garde des Sceaux, a voulu rassurer quant au concordat relatif au choix porté sur l’Indien IFCO pour la privatisation des ICS que l’appel introduit ne peut empêcher de commencer ses activités.

Le Premier ministre Cheikh Aguibou Soumaré à saisi cette opportunité pour demander aux partenaires qui ne l’ont pas fait de signer rapidement l’Acab et de voir comment orienter les ressources des engagements non affectés au programme d’autosuffisance en riz mis en place par le Sénégal. Il a annoncé que le Président Wade a décidé de présider la dernière réunion trimestrielle sur le suivi des engagements de Paris.

Source: le Soleil

Article Lu 13045 fois

Mercredi 2 Avril 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State