Référence multimedia du sénégal
.
Google

LUTTE CONTRE L’EMIGRATION CLANDESTINE : Une bande dessinée en Wolof et Pular pour sensibiliser

Article Lu 11024 fois

L’émigration clandestine est toujours d’actualité. Malgré les efforts du gouvernement, les jeunes rêvent de se lancer dans l’aventure. Pour freiner le phénomène, une bande dessinée en Wolof et Pular est lancée.



La bande dessinée Afrique citoyenne « Emigration clandestine » en Wolof et Pulaar, a été lancée avant-hier, à la Fondation Konrad Adenaeur (FKA). La traduction de ce numéro en langues nationales est l’œuvre de l’Association sénégalaise pour la coopération décentralisée (ASCOD) en partenariat avec la Coopération belge et la FKA. Elle s’inscrit, selon les initiateurs, dans le cadre de la lutte contre l’émigration clandestine. Pour El Hadj Sidy Dieng, président de l’ASCOD, la parution de la bande dessinée en Wolof et Pulaar est une nouveauté. Dans la mesure où le document est un support pour sensibiliser les jeunes non alphabétisés en français sur les conséquences de l’émigration clandestine. Le document est également une contribution pour la promotion de la lecture en langues nationales. La bande dessinée sera distribuée aux populations de la vallée du fleuve et des zones côtières très touchées par ce phénomène. Prenant la parole, Ute Gierczynski-Bocandé, représentante adjointe de la Fondation Konrad Adenaeur, a souligné que c’est pour répondre à la forte sollicitation qu’il a été décidé de traduire et imprimer la bande dessinée Afrique citoyenne « Emigration clandestine », qui, selon elle, va permettre de sensibiliser sur les risques de l’émigration clandestine et inciter les jeunes à tenter leur chance au Sénégal en prenant des initiatives créatives. La représentante du ministre de la Francophonie, de l’Alphabétisation et des langues nationales, Mme Bathily, s’est réjouie de cette réalisation. D’après elle, le document met en relief les langues nationales et la lutte contre l’émigration en ciblant le plus grand nombre de population. Dans la même veine Mbagnick Ndiaye de l’Union des associations de langues nationales (UALN), a indiqué que plus de 60 % de la population sait lire en langue nationale et la revue va contribuer à freiner l’émigration clandestine. Il a ensuite lancé un appel pour que le document soit traduit dans d’autres langues codifiées. Le vœu du président de l’UALN est de trouver une solution avec la traduction du numéro d’Afrique Citoyenne intitulé « Ma force est dans la paix », axé sur la lutte contre les armes légères en Diola et Mandingue. Le lancement de ce numéro est prévu en octobre à Ziguinchor.


Birane Hady CISSE(stagiaire)
Source: Le Soleil

Article Lu 11024 fois

Jeudi 9 Août 2007





1.Posté par oulimata diop le 03/05/2008 23:13
slt je m'appel oulimata et je voudrais trés bien lutter contre l'émigration mais en effet c'est l'etat qui doit nous aidé nous les jeunes mais il ne fait rien que de manger l'argent que l'on investit ici dans notre pays de foi et de téranga je vou remercies

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State