Référence multimedia du sénégal
.
Google

LUTTE AVEC FRAPPE: Pourquoi Yékini a accepté de lutter pour la troisième fois avec Baboye avec un cachet moins volumineux que la fois précédente

Article Lu 11519 fois

Pour la troisième fois de leur carrière, Yékini et Balla Bèye devront s’affronter le 27 juillet prochain. Une affiche décrochée par le doyen des promoteurs, Gaston Mbengue qui, en offrant moins de 160 millions de Fcfa aux deux lutteurs que Luc Nicolaï qui avait opposé ces deux lutteurs pour 200 millions de Fcfa (125 pour Yékini contre 75 pour Baboye) il y a moins de deux ans, sauve Yékini d’une saison blanche. Mais il n'a pas été le seul. Le troisième Tigre de Fass, Gris Bordeaux, pour avoir affronté le 9 mars dernier ce même Baboye, a aussi sauvé aussi bien Yékini qui aurait certainement refusé de l’affronter (du moins cette saison) mais aussi les promoteurs qui avaient la latitude de casser les cachets sans risque d’opposition de la part des lutteurs ou managers.



LUTTE AVEC FRAPPE: Pourquoi Yékini a accepté de lutter pour la troisième fois avec Baboye avec un cachet moins volumineux que la fois précédente
La lutte sénégalaise est devenue une véritable entreprise. Tout se calcule. Mais tout peut chuter sur un détail. Il y a quelques mois, il était même certain dans la tête de bon nombre d’observateurs de l’arène que voir Yékini se courber cette saison relèverait «d’une surprise». Pour une raison toute simple. Yékini, présent dans l’arène depuis dix ans, a fini de faire le vide autour de lui avec 16 combats pour 15 victoires et un nul. Un véritable record car l’Enfant de Bassoul a été sans reproche pour être le meilleur de sa génération pour avoir affronté avec succès Bombardier (2 fois) , Tyson, Khadim Ndiaye, Lac de Guiers, Kaad Gui…Mais aussi Baboye (son futur adversaire du 27 juillet 2008) par deux fois. Suffisant pour faire de Yékini ce «guerrier» incontesté de l’arène. Mais aussi pour avoir bouclé sa saison 2007 par une victoire aussi étriquée que celle obtenue face à Baboye, il n’avait plus d’adversaires directs à affronter.

Le seul et probable candidat à un face à face étant le troisième Tigre de Fass, Ibrahima Ndione, alias Gris Bordeaux. Mais pour ce faire, ce dernier ne pouvait sauter les étapes. Il lui fallait au moins démontrer par une série d’épreuves aussi épiques les unes que les autres qu’il méritait bien de faire face au plus vite à Yékini. Et après être parvenu à dominer Bombardier, le B 52 de Mbour dans un combat héroïque, il était déjà dans la tête de tous en phase avec cette logique de combat face à Yekini. Sauf qu’il lui restait encore une seule épreuve qui se nommait Babacar Sow, alias Baboye. Au grand bonheur de l’arène Un combat qui n a tenu qu’à un seul fil. Ils ont été nombreux les promoteurs qui ont tourné autour. Mais qui à chaque fois au dernier moment voyaient leur entreprise échouer. Et finalement c’est Luc Nicolai qui parviendra à imposer ce combat moyennant 250 millions de Fcfa comme budget global dont la moitié aux deux lutteurs.

Une affiche qui avait tout son pesant. Gris Bordeaux était en phase avec l’avenir. Balla Bèye devait rectifier le tir pour retrouver la Cour des Grands au cas contraire s’en éloigner pour de bon. D’où un 9 mars, qui restera inoubliable. Gris Bordeaux et Fass avec une mentalité de gagneurs arrivent au mythique stade Léopold Sedar Senghor au pas de charge. Balla Bèye et les Hal Pular bien enveloppés dans un Ouragan de volupté, jouèrent dangereusement la sobriété. Mais ce n’était que stratégie. Balla Bèye en a fait voir de toutes les couleurs à tous les lutteurs qu’il a croisés. Gris Bordeaux, malgré son âge (il a 26 ans), sa technique acquise à Fass, n’avait que peu de chance d’échapper à cette logique. Et preuve à l’appui, le combat n’aura duré que moins de deux minutes (1mn 51 s). Mais durant laquelle Gris Bordeaux aura vécu un véritable calvaire.

L’Ouragan, fidèle à sa réputation, le malmènera avant de triompher du combat en imposant au Fassois les quatre appuis. Le rêve de Gris Bordeaux de se retrouver face à Yékini, se transforme en cauchemar. Il faudra encore d’autres épreuves pour retrouver Yékini. Et, pour ce dernier, cette défaite est salutaire à trois niveaux. D’abord elle fait de sorte que les risques d’affronter un jeune qui est très vite monté avec tous les risques que cela comporte ne se fera pas. De l’autre, il permet à Yékini d’affronter un lutteur qu’il a déjà battu par deux fois (donc qu’il connaît). En troisième lieu, pour les promoteurs, cette défaite de Gris Bordeaux permet de casser complètement les cachets qui sont retombés à 80 millions de Fcfa pour Yékini qui pourtant lors de sa dernière sortie face à ce même Baboye avait perçu 125 millions de Fcfa contre 75 pour Baboye.

Source: le Matin

Article Lu 11519 fois

Mercredi 19 Mars 2008





1.Posté par kinpi le 19/03/2008 05:16
Dites moi, depuis quand Baboye s'appelle Babacar Sow? Je l'ai connu sur le nom de Ahmadou Sow! Walla bok?

2.Posté par belgique le 20/03/2008 09:57
seneweb.com yekini doit accepter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State