Référence multimedia du sénégal
.
Google

LOUGA Le mécanicien accuse d’avoir violé sa «copine»

Article Lu 1854 fois


Modou Fall mécanicien demeurant à Louga a été attrait à la barre du tribunal correctionnel de Louga. Il est accusé de viol par celle qu’il affirme être sa copine de longue date à la suite d’une randonnée nocturne. Si le tribunal suit le procureur, Modou Fall risque deux ans de prison ferme. Délibéré le 12 mars prochain.
Devant la barre du tribunal, le retour sur les péripéties et sur le film de l’événement a permis de lever un coin du voile sur la réalité des faits qui se sont déroulés la nuit du 29 décembre 2007. Plus précisément à 01 heure et demie. Modou Fall le prévenu et Ami Thiam la plaignante ont livré leur version des faits. Deux versions controversées certes, mais très cohérentes l’une comme l’autre. Ami Thiam revenant sur cette fameuse nuit a indiqué que de retour d’un fast-food, soudainement une voiture immobilisée devant elle lui a proposé de la ramener. « En jetant un coup d’œil à l’intérieur, il y avait deux hommes à bord. Comme j’ai reconnu celui qui était au volant, sans hésiter j’ai accepté son offre. » a-t-elle déclaré. Mais, avoue-t-elle, a ce moment, l’intention de « son chauffeur » était tout autre. Car après avoir déposé son copain chez lui, elle constate que son bonhomme avait pris une direction autre que celle de chez elle. « Mais comme je ne me doutais point de sa bonne foi ou d’un quelconque agissement malintentionné de sa part, je me suis tue. » Par ailleurs, poursuit la demoiselle Ami Thiam, « lorsque j’ai vu que nous étions à la sortie à 2 Km de la ville sur la route de Kébé Ndeuth, je l’ai interpellé sur ses intentions véritables. Et il m’a dit qu’il voulait qu’on cause et, pensait-il, cet endroit est l’idéal. À ma grande surprise, à 200m de la route, il gara la voiture et me proposa d’avoir des rapports sexuels avec lui. Devant mon refus, il m’abreuva d’injures et d’insanités de toutes sortes. » Sentant que la fille résistait toujours à ses menaces verbales, Modou, toujours de l’avis de la plaignante, se fait plus menaçant en brandissant un couteau et menace de la tuer. « Prise de panique, j’ai cédé en le laissant abuser de moi », s’indigne la jeune fille. Après satisfaction de sa libido, ils sont rentrés le plus normalement du monde. Mais le mécanicien, sans escompter l’exaspération de la demoiselle, se la coulait douce. Ami Thiam, sans doute rongée par ce qu’elle venait de subir, est allée dans la nuit même porter plainte contre le mécanicien. C’est alors qu’il a été recherché, cueilli, puis entendu par la police. Au terme de sa garde-à-vue, il est déféré au parquet qui l’a placé sous mandat de dépôt. Devant la barre Modou a balayé toutes les allégations de la jeune fille. D’emblée, le mécanicien a tenu à lever une équivoque sur ses relations avec Ami Thiam. Selon lui, la plaignante est sa compagne de longue date ; et ils ont eu à entretenir à plusieurs reprises des rapports sexuels. Sans revenir en détail sur les péripéties de cette « fameuse nuit », Modou Fall soutient que sa copine était plus que jamais consentante cette nuit-là. C’était elle qui lui a proposé de se mettre dans la voiture parce que, disait-elle, il faisait froid dehors. C’était encore elle qui, de sa poche, avait sorti le préservatif. Précisait-il. « Mieux, nous avons langoureusement flirté avant coup. » Mais au cours de son récit, le mécanicien a soulevé un détail qui, à bien des égards, n’est pas des moindres. Selon lui, la jeune fille lui avait demandé après leur rapport la somme de 25.000Frs qu’il lui avait refusée. Revenant en charge, Modou estime que son refus lui étant resté au travers de la gorge, sa compagne a voulu se venger contre lui. Cependant, devant toutes ces allégations du prévenu, et malgré les déclarations concordantes des témoins en sa faveur, le procureur n’a pas voulu le croire. Selon Babacar Diop, il y a eu bel et bien viol. Même si le certificat médical n’a fait état de traces ou marques de violences pouvant déterminer un acte de viol, il y a des indices probants corroborant une conjonction sexuelle sans consentement de la fille. Suffisant selon lui comme élément matériel et moral pour être considéré comme un acte de viol. D’autant plus que la jeune fille s’est sentie atteinte dans son honorabilité. Il a requis 2 ans d’emprisonnement ferme. Délibéré le 12 mars.

Source: L'observateur

Article Lu 1854 fois

Samedi 9 Février 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State