Référence multimedia du sénégal
.
Google

LOI AMINATA TALL : Les élections locales reportées jusqu’en mars 2009

Article Lu 1354 fois

Le mandat des élus locaux court jusqu’au 22 mars 2009. C’est la conséquence de l’adoption, samedi dernier, par l’Assemblée nationale de la proposition de loi, du député libéral, Aminata Tall, prorogeant le mandat des élus locaux.



LOI AMINATA TALL : Les élections locales reportées jusqu’en mars 2009
Le 8 mars, le monde célèbre la femme. Le Sénégal l’a célébré à sa manière, particulièrement l’Assemblée nationale, qui débattait de la proposition de loi de Mme Aminata Tall, portant prorogation du mandat des conseillers régionaux, municipaux et ruraux. Une proposition finalement adoptée par les députés après plus de cinq tours d’horloge et de débats soutenus parfois passionnés. Avec ce vote, le mandat de ces élus court jusqu’au 22 mars 2009. Alors qu’il devait normalement prendre fin le 18 mai 2008. Pour voter la proposition loi, les députés de la majorité ont avancé comme argument la nécessité de faire jouir à toutes les populations du Sénégal d’une citoyenneté entière. Ils ont affirmé que l’érection des localités de Kaffrine, Kédougou et Sédhiou en région nécessite un important travail de réaménagement à la base. Il s’y ajoute que l’option de tenir des élections en ignorant ce nouveau découpage serait une injustice et une incohérence que les populations concernées ne comprendraient pas », ont-ils expliqué. A leurs yeux, le report des élections procède d’un choix judicieux et éviterait à l’Etat l’organisation d’élections partielles. En effet, Me Ousmane Ngom, ministre de l’Intérieur, a réaffirmé que le gouvernement était prêt à organiser les élections sans tenir compte des nouvelles créations de régions, . Il a déclaré que l’ensemble des actes réglementaires ont été pris.

Mais ces arguments sont loin de convaincre tous les députés particulièrement ceux de l’opposition. Cheikh Bamba Dièye a déclaré « ne rien comprendre » dans la démarche des députés de la majorité. « Un jour de plus dans le mandat des élus est synonyme d’usurpation, de confiscation de la souveraineté », a-t-il estimé.

Le comportement de la majorité constitue pour Imam Mbaye Niang, un « abus démocratique », « un forcing ». « Si nous voulons faire avancer notre pays et notre démocratie, nous devons inscrire nos actions dans la voie du dialogue, de la concertation et des échanges », a-t-il dit.

Les délégations spéciales

Mme Ndèye Fatou Touré a qualifié la démarche de « manœuvre » car le motif avancé « n’est pas juste ». « Au moment où je vous parle, vous n’avez pas encore un découpage administratif réel puisque la loi n’est pas adoptée par le Sénat », a-t-elle affirmé. Avant d’adopter la proposition de loi, les députés se sont prononcés sur deux autres points : les délégations spéciales et la nouvelle date des élections.

Sur les délégations, les positions étaient divergentes. Certains députés ont dit toute leur opposition à la mise en place des délégations spéciales comme ce fut le cas en 2002. Aussi, à l’image du député Bakhao Diongue, ils ont écarté toute idée de délégation.

Ces réactions ont poussé le ministre de l’Intérieur, Me Ousmane Ngom à dire que les délégations spéciales doivent constituer l’exception car le principe veut que les collectivités locales soient gérées par des élus. Cependant, il a indiqué que le principe de libre administration des collectivités est sous-tendu par un autre, celui de la bonne administration et gouvernance. Il a rappelé que le Conseil régional de Diourbel et Khelcom sont aujourd’hui dirigées par une délégation spéciale.

S’agissant de la date, les positions n’étaient pas également uniformes. Mme Aminata Tall avait proposé la date du 23 novembre 2008 et certains députés ont pensé que cette date était raisonnable, arguant que le mandat des élus locaux a déjà fait l’objet d’une prorogation d’une année. « Les six mois suffisent largement. Au-delà, les populations pourraient rouspéter, pensant que les élus locaux ne veulent pas quitter », a argumenté Me El Hadji Diouf.

Ces considérations ont amené ces députés à proposer la date du 22 mars pour éviter les contraintes du « Magal » et du « Gamou » 2009. Finalement, c’est cette date qui a été retenue.

Source: Le Soleil

Article Lu 1354 fois

Lundi 10 Mars 2008





1.Posté par MARVEL le 10/03/2008 11:23

Pourquoi cette sortie de la Cena sur les transferts d'électeurs ?


Cette sortie de la CENA disant seulement aujourd'hui avoir constaté des déplacements d'électeurs ne fait que confirmer l'imposture de cette Cena

Depuis que l'opposition a dénoncé ces transferts grossiers d'électeurs, la CENA a d'abord adopté sa position habituelle avec des : "nous ne sommes pas au courant - Nous n'avons rien constaté d'anormal - Nous étudierons les plaintes de l'opposition - nous n'avons pas le pouvoir de .. - etc...", comme elle l'avait toujours fait devant les tripatouillages grossiers du camp Wade durant tout le processus électoral d'avant les présidentielles 2007

La CENA réalisant à présent que Wade va reporter les élections, elle sait qu'elle ne craint plus rien à affirmer avoir constaté aussi des déplacements d'électeurs. Non seulement la CENA le fait timidement, mais en plus elle le fait dans d'autres objectifs, ceux de pouvoir légitimer par la suite ces transferts une fois les conditions réunies pour qu'ils ne soient plus illégaux.

Sachant qu'il faut qu'un électeur soit enregistré depuis au moins 6 mois dans une commune pour pouvoir y être considéré comme domicilié et y voter légalement, la CENA sait qu'il ne lui coûte rien de confirmer aujourd'hui, et tardivement, avoir constaté des déplacements d'électeurs soulevés par l'opposition, puisque avec la nouvelle date (Mars 2009) des élections que Wade impose aux sénégalais (si ces sénégalais acceptent passivement cette énième forfaiture), ces électeurs transférés auront tous été enregistrés dans ces communes depuis plus de 6 mois avant cette nouvelle date.

Donc Wade répare une fraude par une forfaiture, ce qui n'est pas étonnant connaissant le personnage et son manque de culture de la république, plus habitué à la rue publique. Wade fait ainsi reporter les élections pour se donner le temps de mieux tripatouiller le fichier et donner le temps de légaliser ces transferts d'électeurs. Et cerise sur le gâteau amer, il aura la caution de la Cena qui, dans cinq ou six mois, déclarera que ces transferts sont conformes puisque toutes les personnes transférées auront atteint les 6 mois exigés pour être considérées comme domiciliées dans la commune.

Cette sortie tardive de la Cena nous rappelle sa précédente sortie également volontairement tardive, plusieurs mois après les élections et l'investiture de Wade, faisant son constat sur les dysfonctionnements notés lors des élections présidentielles et le processus qui les ont précédées. Cette sortie sonnait comme une insulte à la fonction de la Cena qui serait dit-on "de faire respecter la loi électorale de manière à assurer la régularité, la transparence, la sincérité des scrutins en garantissant aux électeurs ainsi qu’aux candidats en présence le libre exercice de leurs droits, et nantie de son pouvoir de saisine des juridictions compétentes"

Doit-on s'étonner de ce comportement larbiniste et complice de la Cena ? Pas du tout lorsque l'on sait dans quelles conditions cette Cena a été mise sur pied. Wade dissout l'Onel qui avait garanti l'alternance en 2000, comme il a supprimé tout ce qui a favorisé sa triste accession au pouvoir en Mars 2000. Il crée la Cena, nomme discrétionnairement le président de la Cena, le choisit dans son camp, comme il a choisi le Ministre de l'Intérieur dans son camp.

Le président de sa Cena ainsi nommé, contre comme d'habitude l'avis de tous les autres partis non alimentaires, n'est autre que Moustapha Touré qui est l'époux d'une célèbre activiste du PDS qui organise même des meetings jusque devant la porte de sa maison. Qui peut croire que ce mari livrerait sa tendre femme aux autorités si la dame rappliquait à la maison avec une copie d'un fichier truqué, avec des cartes d'électeurs frauduleuses, ou autres du même genre ?

Qui peut croire qu'après une longue nuit, ce président de la Cena dise au petit matin à sa dulcinée qu'il n'a aucune préférence ni pour elle, ni pour son parti, ni pour son candidat ?

Il faut être d'une naïveté difficilement égalable pour accorder le moindre crédit à cette CENA qui en dehors d'un président disqualifié d'avance, ne comprend pratiquement que des personnages du 3ème âge largement dépassés par cette ère de l'électronique. Son seul rôle est d'apporter sa caution aux forfaitures de son bienfaiteur


MARVEL
marvel@hotmail.fr

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State