Référence multimedia du sénégal
.
Google

LOCALES 2009: Gros bras et griots se frottent les mains

Article Lu 1663 fois

La campagne électorale réserve toujours de multiples surprises au vu des nombreux enjeux en cours. Les candidats, tous autant qu’ils sont cherchant les voies et moyens et la meilleure forme de communication pour convaincre l’électorat de voter pour leurs listes. Et, à l’occasion de cette campagne comptant pour les élections locales, municipales et régionales, au-delà de la cible qui est comprise dans le lot de tous ceux qui sont en âge de voter, d’autres, même munis de leurs cartes d’électeurs sont aux côtés des principaux leaders. Il s’agit des griots et de gros bras en charge de la sécurité. D’habitude, ils ne sont ni pour, ni contre, mais plutôt avec ceux qui savent dégainer.



LOCALES 2009: Gros bras et griots se frottent les mains
Ils bravent la poussière et les jets de pierre. Ils, ce sont les hommes aux muscles qui sont recrutés pour les besoins sécuritaires des différents candidats en lice pour les élections locales, municipales et régionales. Ils sont prêts à se battre et recevoir des coups. Car, faut-il le rappeler, les muscles sont leur gagne-pain. Pour l’essentiel, ils sont vus, regardés et observés comme étant des « nervis » à la solde du patron, qui pour sa sécurité, qui pour saboter la manifestation de ses adversaires, n’hésitent pas à « comploter » avec eux pour mieux soulever la polémique électorale et électoraliste. Représentativité oblige. Pour ce qui les concerne, certains d’entre eux ont soutenu sans ambages qu’ils ne sont ni pour, ni contre, mais plutôt avec ceux qui dégainent. « Écoute, assurer la sécurité des candidats est notre métier. On n’attend de voir qui va nous solliciter en premier », a défendu un gros muscle qui travaille pour le compte d’une grosse ponte de la République. Propos confirmés par quelques-uns de ses collègues qui, néanmoins reconnaîtront qu’ils peuvent bel et bien voter pour celui qu’ils accompagnent par rapport à ce qui les lie durant tout le temps d’une campagne électorale. Rares, sont en effet, ceux qui votent par conviction pour tel ou tel autre candidat selon leur lieu d’habitat et de vote. « Ce qui nous intéresse, c’est ce que nous gagnons. Et, la campagne est une bonne aubaine pour se faire des sous. Beaucoup de sous », dixit notre premier interlocuteur, qui avance encore, « de toutes les manières, chaque campagne est une nouvelle expérience pour mieux maîtriser les contours du métier de garde de corps ». À leurs côtés, les griots battent également campagne. En effet, ils sont plus que présents dans les meetings surtout des grosses pontes de la République qui sont lice pour une collectivité locale, mais aussi pour les opposants qui ne font pas partie de ceux que l’on dit avoir « les poches trouées ». Et, si certains se veulent fidèles, d’autres ou la quasi-totalité, ne sont ni pour, ni contre, mais plutôt avec ceux qui dégainent. Bien présents dans la campagne, ils battent campagne à leur manièreavec des chants à la gloire des candidats. Comme meilleure illustration, Pape Diop est toujours accompagné par une cohorte de griots. Et les autres ? Hommes ou femmes, c’est selon, chantent mieux que quiconque les louanges des candidats qu’ils accompagnent le temps d’une journée. Le lendemain pouvant être réservé à d’autres, même du camp adverse. À l’occasion, ils amassent de beaux billets de banque. La règle d’or, le partage du butin à la fin de chaque journée.

Deux groupes de griots : premier et second choix
Seulement, il faut savoir scinder en deux parties le groupe des griots. Il s’agit d’un premier groupe dit de « premier choix ». Ce sont ceux et celles que l’on connaît à travers les grandes cérémonies familiales, les cérémonies sportives comme la lutte, celles qui se passent dans des lieux comme Sorano. Mieux, ceux et celles que les Sénégalais connaissent et reconnaissent à travers les écrans de télévision. En Bazin riche, bijoux de classe, leurs journées sont bien récompensées. En face, le groupe dit de « second choix ». Certes griots, mais griots de circonstance qui d’habitude se déplacent sans connaître au départ le principal objectif de la manifestation. Ils gagnent peu, mais gagnent quand même.

Abdoulaye Mbow
Source L'Office

Article Lu 1663 fois

Jeudi 5 Mars 2009





1.Posté par Mook le 05/03/2009 08:43
Guéweul daal = charognard rék. Beug khaliss té beugoul liguéye.

2.Posté par didi le 05/03/2009 18:51
Il faut être réaliste, pour l'Afrique c foutu

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State