Référence multimedia du sénégal
.
Google

LETTRE REPONSE DE l’OPPOSITION A WADE: Le passage qui fâche

Article Lu 11549 fois

Selon des sources dignes de foi, c’est le passage ayant trait à l’affaire de l’assassinat de Me Babacar Sèye qui a fâché Wade. Lequel passage, inscrit dans la lettre adressée à Wade, fait état de la nécessité d’inscrire à l’ordre du jour du dialogue politique, cet épisode trouble de l’histoire politique du Sénégal. En effet, dans la correspondance, l’opposition demande que figure dans le débat, « l’adoption de la loi portant amnistie des auteurs d’assassinats, de crimes et délits politiques, telle l’affaire de l’assassinat de Maître Babacar SEYE ». Selon les camarades de Dansokho, « cette question est à mettre en rapport avec l’impunité ambiante qui assure une protection automatique aux tenants et aux proches du régime, cités dans de graves affaires telles la tentative d’assassinat de Talla SYLLA, l’agression des journalistes Boubacar Kambel DIENG et Karamokho THIOUNE, le saccage des locaux de 24 H Chrono et de l’AS ». Ce passage qui n’a plu au Président qui a assimilé l’allusion à une déclaration de guerre.



LETTRE REPONSE DE l’OPPOSITION A WADE: Le passage qui fâche
Pourtant d’autres points relatifs à la gouvernance politique et économique figurent dans la lettre envoyée à Me Wade. Relatifs précisément à l’urgence d’auditer l’Agence nationale de l’organisation de la conférence islamique (Anoci) et de la Société nationale de l’électricité au Sénégal (Sénélec). « Il est nécessaire (…) que la gestion de certaines structures publiques, au nombre desquelles l’ANOCI et la SENELEC, fasse l’objet d’un audit indépendant financier, technique et d’opportunité ». L’opposition estime aussi qu’un audit détaillé du patrimoine national, y compris le patrimoine foncier, les biens immobiliers et les actions et valeurs mobilières de l’Etat dans certaines sociétés », est nécessaire. « Cet exercice portera sur le domaine public maritime, le stade Assane Diouf, les terres de la Petite Côte, les sites du Champ de tir des Mamelles, de l’Aéroport Léopold Sédar Senghor, du CICES, de la Zone de captage, l’Hôtel Méridien Président ainsi que sur les actions SONATEL de l’Etat, de l’IPRES et de la Caisse de Sécurité Sociale », peut-on lire dans la correspondance adressée à Wade.

Benno évoque dans le même sens « la situation financière de l’Etat » qui « est très tendue par les effets de dépenses somptuaires qui accroissent le train de vie de l’Etat ». A cet égard, « l’existence d’institutions inutiles et coûteuses (Sénat, Vice-présidence, Conseil Economique et Social), le nombre pléthorique de ministres du Gouvernement et de ministres-conseillers, la multiplication des agences, le doublement de nos représentations diplomatiques et consulaires et le sureffectif dans nos ambassades, l’augmentation ahurissante des dépenses de fonctionnement (téléphone, carburant, parc automobile et logements conventionnés) ainsi que le train de vie du Président de la République appellent des mesures urgentes de réduction drastique ».

Autre sujet qui intéresse l’opposition dans le dialogue qu’il compte initier avec Wade, « la crise de nos finances publiques » qui, selon elle, « résulte (…) d’une gestion cavalière des ressources publiques marquée par des entorses graves aux règles budgétaires et par des dépenses extra budgétaires à propos desquelles aucune sanction n’a été prise jusqu’ici ».

Autre point soulevé, « la dégradation persistante des conditions de vie de nos concitoyens, les hausses régulières sur les prix des denrées de première nécessité, les prix de l’électricité, du carburant et du gaz et le coût élevé des loyers, il est indispensable d’alléger le coût de la vie ». Benno Siggil Sénégal évoque aussi la question agricole, car, lit-on dans le document, « le pilotage à vue qui affecte l’agriculture ne peut plus continuer. Une évaluation sommaire des dernières campagnes agricoles montre que les cultures de rente et celles des céréales ont connu une descente aux enfers, au grand désarroi des paysans précarisés par les logiques spéculatives d’une part et désorientés par l’improvisation d’autre part ».

L’opposition souligne le cas de la Communauté rurale de Mbane où les populations sont victimes ( …) de la confiscation de leurs suffrages et de l’inversion des résultats des élections locales du 22 mars 2009 avec la complicité de la Cour d’Appel ». Mais aussi de la spoliation foncière et ont vu leurs terres affectées à des personnes qui n’ont aucun lien de rattachement avec la Communauté rurale ».

Sur le plan institutionnel, Benno pense que « l’Assemblée Nationale doit être dissoute et certaines institutions inutiles et/ou coûteuses (Conseil économique et social, Sénat et Vice-présidence) supprimées ».

L’environnement économique, l’assainissement du secteur culturel etc, figurent aussi sur le tableau de bord de Benno.

Ndiaga Ndiaye
Source L'Observater

Article Lu 11549 fois

Samedi 1 Août 2009





1.Posté par HSJKH le 01/08/2009 08:11
http://www.alpha-2.info/

2.Posté par Karim le 01/08/2009 08:59
si c vrai, c'est que wade est vraiment entrain de se foutre de notre gueule

3.Posté par MANDELA le 01/08/2009 11:29
A LA JUSTICE DE FAIRE LA LUMIERE SUR TOUTES LES REVELATIONS DU PRESIDENT.
NI PLUS NI MOINS.

4.Posté par jef le 01/08/2009 13:47
il faut ke le pds saute en 2012. Ces gens se trompent de bataille.

5.Posté par la vision du Diola le 01/08/2009 15:39
Il est temps pour Wade de choisir entre le bien et lemal car l'humiliation qu'il a faite à la population casamançaise sur l'affaire du bateau le joola tout le monde sait que c'est wade qui a sacrifié des milliers d'enfants de la casamance et du sénégal dans le nauffrage pour se maintenir au pouvoir .Il est don cvraiment temps qu'il paye. Et s'il ne quitte pas le pouvoir le plus vite il verra la punition que DIEU lui infligera devant toute la nation.

Conseils du DIOLA.

6.Posté par Abzo le 01/08/2009 17:34
Benno doit passer a la prochaine phase qui sera de con, tinuer la pression sur le regime de Wade.Il faut maintenant inviter les populations, travailleurs, femmes, etudiants... a descendre ensemble dans la rue pour lutter pour notre cause. C'est la seule solution pour faire sauter Wade et sauver notre pays. Apres les assises, il faut etre DEBOUT ENSEMBLE ET UNIS....Il n'est plus temps aux declaratios, condamnations, colloques, rencontres ou autres...discours politique. L'opposition senegalaise n'a jamais pu saisir l'occasion pour taper fort alors que le fer est encore chaud. On ne peut pas changer un pays comme le Senegal avec un president comme Wade, sous le confort de nos salons climatisees...IL FAUT EMMENER LA LUTTE VERS LES POPULATIONS...DEMANDEZ AUX IMAMS COMMENT CELA SE FAIT... La non action de l'opposition senegalaise face a la situation critique actuelle de notre pays est la limite coupable. aussi coupable que le silence nos chesfs religieux et de toutes les organisations representant la societe civile. L'histoire retiendra....Je sais que notre chere pays est loin d'avoir un opposant a la dimension de Mandela , M.L.King, ou autre Lumumba, mais ...QUI EST VAIMENT PRET A SE SACRIFIER POUR LE PEUPLE?

7.Posté par bijou le 01/08/2009 20:49
pour vous qui demander aux gens de descendre ds la rue il faut ecouter aminata m bengue ndiaye venez vous mettre devant on va suivre derriere vous , c est trop facile d etre a l etranger bien au chaud et demander aux gens de descendre ds la rue

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 13:42 « Khalifa Sall n’est plus dans le Ps »

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State