Référence multimedia du sénégal
.
Google


hh



LES CLÉS POUR COMPRENDRE UN SCRUTIN COMPLEXE

L’élection présidentielle américaine est un processus complexe, impliquant 215 millions d’électeurs ­répartis dans 50 Etats. Un système basé sur le suffrage universel indirect, inscrit dans la Constitution depuis 1787 et qui ­permet d’assurer la représentativité de chaque Etat selon sa population.



LES CLÉS POUR COMPRENDRE UN SCRUTIN COMPLEXE
Pourquoi le scrutin est-il organisé un mardi ?

La présidentielle est fixée depuis 1845 au mardi qui suit le premier lundi de novembre. La raison est la suivante : le dimanche étant réservé au culte religieux, il était hors de question de voter ce jour-là.

La journée du lundi était quant à elle réservée au trajet pour se rendre dans un bureau de vote parfois très éloigné.

Depuis, la situation a évolué. Pour faciliter le vote à ceux qui ne peuvent pas se déplacer aux urnes le mardi, certains Etats permettent de voter jusqu’à un mois et demi avant le jour J.

Le vote anticipé est possible dans 32 des 50 Etats, ainsi que dans le district de Columbia. De nombreux Etats proposent le vote par correspondance. En 2008, les électeurs étaient 30 % à l’avoir fait en avance.

Que signifie l’expression «Swing State» ?

Il s’agit des Etats-bascules, où aucun des deux partis ne domine clairement le paysage politique. Ces Etats, comme l’Ohio (qui représente 18 grands électeurs) ou la Floride (29), peuvent faire pencher la balance d’un côté ou de l’autre et créer la surprise.

C’est pour cela que les candidats leur portent une attention particulière.

Qui sont les grands électeurs ?

Le mode de sélection de ces grands électeurs diffère d’un Etat à l’autre. Ce sont des personnalités locales (des élus, des proches d’un candidat, mais pas des membres du Congrès) en général nommées par les partis politiques.

Leur nombre varie d’un Etat à l’autre et son calcul s’appuie sur les recensements effectués tous les dix ans.

Un candidat doit recueillir le vote de 270 grands électeurs (le fameux «Magic Number») pour remporter la présidentielle.

Gagne-t-on forcément si l’on obtient le plus de voix ?

Avec le système du «winner-takes-all» («tout au vainqueur») appliqué dans tous les Etats (sauf le Maine et le Nebraska, qui appliquent une dose de proportionnelle), le candidat qui récolte le plus de suffrages n’est pas assuré à 100 % de remporter l’élection.

L’exemple le plus récent fut la bataille de 2000, entre le démocrate Al Gore et le républicain George W. Bush.

Al Gore avait 500 000 voix d’avance mais c’est le républicain qui l’avait emporté, avec cinq grands électeurs d’écart.

N’y a-t-il que deux candidats à la présidentielle ?

On ne parle que d’eux. Pourtant Barack Obama et Mitt Romney ne sont pas les seuls à briguer le poste.

Parmi une dizaine de «petits», quatre sortent du lot, notamment Jill Stein, la candidate du Parti vert, Rocky Anderson, le représentant du Parti de la justice, Gary Johnson du Parti libertarien, ou le conservateur Virgil Goode, du Parti de la constitution.

Les Américains ne votent-ils que pour la présidentielle ?

Aujourd’hui, les Américains n’élisent pas seulement leur président. Ils votent aussi pour renouveler l’ensemble de la Chambre des représentants (435 sièges) et un tiers du Sénat (33 sur 100).

Onze Etats élisent aussi leur gouverneur. Des référendums locaux sont par ailleurs organisés le même jour.

Direct Matin

Mardi 6 Novembre 2012



Nouveau commentaire :
Twitter








Plateforme d’information et d’intéraction a temps réel
Optimisé pour être vu en 1024x768 I.E. 6.0 ou plus récent

Info sur Xibar.net | Conditions d'utilisation | Données personnelles | Publicité | Aide / Contacts |
Copyright © 2007 Xibar multimedia Tous droits réservés