Référence multimedia du sénégal
.
Google

LE TON MONTE À 72H DES ELECTIONS AMATH DANSOKHO "ARME" LES JEUNES CONTRE WADE

Article Lu 1538 fois

Le leader du Parti de l’indépendance et du travail (Pit), et tête de liste régionale de Benno Siggil Senegaal à Kédougou, Amath Dansokho, prédit la violence, si les élections locales ne se passent pas normalement. Pour l’alors maire de la ville Sud-Est du pays, jusqu’à l’installation de force d’une Délégation spéciale par Me Wade, la Coalition Sopi 2009 ne peut que perdre à Kédougou. Comme ailleurs.



LE TON MONTE À 72H DES ELECTIONS AMATH DANSOKHO "ARME" LES JEUNES CONTRE WADE
Vous êtes presque arrivé, hier, à Kédougou en même temps que le Président Wade ? Comment l’avez-vous accueilli dans votre fief ?

La visite de Wade à Kédougou est un échec total. Il devait savoir à quoi s’attendre, toute la ville est sortie avec des brassards rouges. Il pensait que les populations allaient avoir peur. Moi-même, j’ai pensé que personne n’allait sortir après la répression féroce des populations par les forces de l’ordre, suite aux évènements violents de Kédougou (Ndlr : en décembre 2008). Mais non, les populations sont sorties en masse. Et elles ont hué Abdoulaye Wade. Il est dommage que la presse ne soit pas bien représentée ici. Les populations ont sorti partout des brassards rouges. Je suis très content de ce qui s’est passé. Cela veut dire que, malgré tout ce qu’ils ont essayé de faire, malgré le plan ourdi pour casser la dignité des populations de Kédougou, celles-ci ne veulent pas se laisser faire. Elles restent mobilisées contre le régime.

Le Président Wade a quand même fait l’effort de libérer les jeunes emprisonnés à la suite des émeutes...

Oui, mais cela n’a servi absolument à rien. D’ailleurs, il avait pensé qu’en les graciant, cela allait détendre l’atmosphère à Kédougou. Mais c’est mal connaître le tempérament des populations, qui ne peuvent pas oublier ce qui s’est passé. Abdoulaye Wade a même proposé de rentrer à Kédougou avec ces jeunes emprisonnés dans l’injustice et libérés pour des raisons politiques. Il leur a proposé cela pour faire de la politique. C’est indécent. On leur a, ensuite, proposé un bus. Ils ont refusé systématiquement. Et c’est le Comité mis en place par les dignes fils de Kédougou qui a pris en charge le retour de ces jeunes dans leurs familles. Nos fils qui avaient été pris en otage sont donc retournés à leurs familles. Mais, s’il pense qu’avec cela, les populations vont voter pour lui, c’est qu’il se fourre le doigt dans l’œil. Tous lui ont tourné le dos à cause des dérapages et l’exploitation inique des ressources de cette zone.

Me Wade a quand même installé des industries à Kédougou pour l’exploitation minière…

(Il nous coupe) Mais comment ? Il n’a rien fait ici. Abdoulaye Wade a plutôt déstructuré cette zone en facilitant l’implantation d’industries qui ne profitent pas du tout aux populations. C’est une des causes du malaise ici. Il a aussi encouragé les dérapages fonciers, alors que les jeunes broient du noir tous les jours que Dieu fait. C’est désastreux. Comment peut-il, après cela, penser qu’il peut se promener comme il veut ? Il ne peut pas. La décence aurait même voulu qu’il ne vienne pas à Kédougou. Comment oses-t-il mettre les pieds ici, après tout ce qu’il a fait ?

Quel est donc l’état réel des rapports de force à Kédougou entre la Coalition Benno Siggil Senegaal et celle de Sopi 2009, ne craignez-vous pas de mauvaises surprises ?

Quelles surprises ? Il ne peut rien avoir ici. Si la Coalition (Sopi 2009) passe ici, c’est parce qu’elle aura volé. De toutes les façons, nous sommes vigilants. Tout ce qu’ils feront, nous le saurons. Nous savons qu’il n’y aura pas de déroulement normal des élections. Le Pds prépare un plan de hold-up électoral. Mais, qu’Abdoulaye Wade se le tienne pour dit, il en assumera l’entière responsabilité. Nous appellerons les populations à se soulever s’il tente un coup de force électoral. Et nous défendrons la volonté populaire. Son projet d’utiliser ces élections pour faire passer son fils ne passera pas. Partout où il est passé, les populations ont marqué leur désapprobation par rapport à la politique qu’il mène.

Ne craignez-vous pas une défaite, malgré tout ?

Je vous dis que si tout se passe bien, Wade et son système vont tomber. Nous n’avons pas de problème pour reconnaître des résultats s’ils ne sont pas entachés de fraudes. Le problème, c’est qu’il a fait le pari de frauder. Il va prendre le risque de tuer des gens pour maintenir son oligarchie, mais s’il le fait, il va aller au Tribunal pénal international. C’est sûr !

On a comme l’impression que vous n’avez pas assez de moyen pour rivaliser avec la Coalition Sopi 2009…

C’est l’argent sale qui circule dans le Pds. Avec cet argent, comment peut-on générer des activités productrices. On ne peut pas développer un pays comme cela. Partout, c’est la consternation et la misère. Et ils pensent qu’ils peuvent tromper les populations en distribuant de l’argent. Personne ne doit accepter ça. Nous n’avons pas les moyens financiers que lui a, mais les populations savent maintenant que nous ne leur racontons pas des histoires. Elles vivent la misère dans leur chair. Si maintenant elles commettent l’erreur de ne pas se mobiliser, elles sont foutues au moins pour 20 ans. Je voudrais donc demander aux Sénégalais de se mobiliser pour bouter dehors Abdoulaye Wade et son système mafieux.

Vous semblez craindre l’abstention…

Pas du tout. Je ne le crois pas. Les gens sont mobilisés. Et l’accueil partout dans le pays en est la preuve. Je ne le souhaite pas, en tout cas. Et j’espère que Wade sera sanctionné sévèrement. C’est ça qu’il mérite. Je fais appel au jöm (dignité) sénégalais, à leur sens de la justice et à leur fibre révolutionnaire. Nos ancêtres étaient des gens valeureux qui préféraient la mort à la honte, l’effort aux facilités. Si Serigne Touba, par exemple, avait accepté le joug colonial, il aurait vécu tranquillement, sans stress et avec tous les avantages. Si El Hadj Malick Sy n’a pas courbé l’échine, s’il a résisté, c’est parce que c’est un message qu’il a voulu transmettre à la postérité. Nos valeureux aïeux nous ont légué un message d’honneur. Ce message nous concerne tous. Y compris vous les journalistes ! Nous devons relever la tête avant qu’il ne soit trop tard. C’est notre responsabilité historique. Nos vies sont si brèves, mais nous pouvons utiliser ce temps pour influencer l’histoire sur de longues années. C’est pourquoi, nous portons espoir sur vous les jeunes. Il ne faut jamais baisser les bras, il faut se battre.

Source: L'observateur

Article Lu 1538 fois

Vendredi 20 Mars 2009





1.Posté par deug le 20/03/2009 22:46
C´est mieux d´aller á la retraite avec ta politique de terre brûlée. Ni toi, ni wade ni les autres ne sont élus. Le sénégal a besoin de jeune leaders comme Obama.
Vous avez tous mis le pays dans la merde.

2.Posté par kaw kaw le 21/03/2009 02:02
deug t'es indiscipliné dansokho nekoul sa moromou baye.Yaw kou rew nga ; Big Dans sa kaw sa kaname rek.Voila l'homme qu'il faut pour redresser notre pays.







Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 11:54 Macky Sall à Versailles chez Abdoulaye Wade

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State