Référence multimedia du sénégal
.
Google

LE SENAT N'AIDE QUE LES MAIRES LIBERAUX: Colère contre un don sélectif

Article Lu 1671 fois

C'est l'indignation dans la banlieue de Pikine et Guédiawaye après le constat que le don de riz aux sinistrés par le président du Sénat ne s'adresse qu'à des communes dirigées par des maires libéraux. Ainsi, Yeumbeul-Nord, Malika, Thiaroye-sur-Mer, Gui­naw rails Sud (département de Pikine) et Gounass, (département de Guédiawaye) ont seules été servies au détriment de toutes les autres communes administrées par les maires opposants de Bennoo siggil Senegaal.



LE SENAT N'AIDE QUE LES MAIRES LIBERAUX: Colère contre un don sélectif
Suffisant pour soulever un tollé contre le président du Sénat Pape Diop et la délégation de sénateurs venus remettre les 50 tonnes de riz. Ainsi, à Djidah Thiaroye Kao, un des responsables de l'Association pour le développement et l'assainissement de Djidah ThiaroyE Kao (Ada/Dtk), Alpha Kébé, a fait une sortie pour exprimer son désarroi: “ une institution comme le Sénat, qui est là pour tous les Sénégalais, ne doit pas faire de discrimination politi­cienne lorsqu'il s'agit de secourir les populations parce que la poli­tique n'a pas raison d'être dans les inondations.”

D'ailleurs, rappelle M. Kébé pour la gouverne du donateur, «nous n'avons pas faim pour que l'on nous apporte du riz. Aujour­d'hui, le Sénat devrait plutôt orienter son don en matériels pour aider les populations à sortir des eaux.»

Même son de cloche cher le coordonnateur de la Synergie des acteurs pour l'assainissement de la banlieue (Saba), Babacar Mba­ye Ngarraf, qui trouve «injuste et anormal ce qu'ont fait ces sénateurs. Ils sont en train d'induire en erreur le président du Sénat. C’est dommage, parce que le sinistre touche toutes les populations de la banlieue sans aucune distinction politique. Il n'y a pas de maires Bennoo ni d'édiles libéraux, ils sont là pour les populations qui les ont élus.»

Pour le coordonnateur du Collectif des sinistrés de Gounass, Moussa Thiombane, “ce geste est bon certes, mais ce n'est pas l'urgence du moment. Le mieux aurait été de renforcer le Plan Orsec pour aider les populations à sortir des eaux.” Et M.Thiombane d'avertir que «si l’on continue ainsi dans des clivages politiques, ça sera très grave pour l'avenir, parce qu'on va encore faire souffrir des populations innocentes.»

Th. SEMEDO
Source Walf Grand Place

Article Lu 1671 fois

Mercredi 23 Septembre 2009





1.Posté par mousse le 23/09/2009 09:30
un pays de menteurs...........................

2.Posté par sengenis le 23/09/2009 12:05
Paris, le 23 sept. 09

La candidature de Wade en 2012 : une insulte à la famille libérale.

En 1970 lors de la nomination d'Abdou Diouf au poste de Premier ministre, le Professeur Cheikh Anta Diop disait au président Senghor « Si entre tes 65 ans et les 35 ans d'Abdou Diouf, il n'y a rien, au Sénégal, c'est triste pour notre pays ». Par cette boutade, le Professeur demandait tout simplement au président Senghor, où sont passés les fidèles compagnons, ces hommes, assez compétents et très dévoués à sa personne ?

Aujourd'hui, il n'est pas exagéré de dire que cette boutade s'applique à merveille au président Wade, qui vient de déclarer sa candidature pour 2012 alors qu'il aura 86 ans. « Si entre vos 86 et les 44 ans de Karim Wade, le dauphin éternel, il n y rien au Pds, c'est triste pour votre famille libérale ».

En effet, après un mandat de sept ans, et à mi-chemin d'un second mandat, les libéraux se résignent à présenter en 2012 le doyen d'âge des présidents africains. Le président Senghor a quitté le pouvoir à 74 ans et le président Diouf à l'âge de 65ans, même si ce dernier était réélu le 19 mars 2000, il aurait bouclé son mandat en 2007 à 72 ans. Le président Wade lui, prend le pouvoir à 74 ans, et il rempile en 2007 à 81 ans pour un mandat qui se termine en 2012, à son 86 ième anniversaire.

En Afrique, si ce n'est le président Robert Mugabe «élu» en 2008 à 84 ans, aucun pays n'a eu à élire un président aussi âgé. Nous avons tous suivi cette élection avec son trop plein de violence, et nous voyons ce que le président Mugabe a fait de la république du Zimbabwe. Non le Sénégal ne peut être un Zimbabwe. Le Sénégal est-il en rupture d'hommes d'Etat au point de se satisfaire d'un centenaire pour conduire ses destinées ?
Quand bien même ce centenaire disposerait de toutes ses facultés mentales et physiques, ce serait non seulement une insulte à ces fidèles compagnons, mais surtout, une insulte au peuple sénégalais, qui regorge d'hommes et de femmes, dont les compétences avérées sont reconnues à travers le monde. En effet, cette nième candidature du président Wade, nous renseigne sur le degré de mépris que porte ce dernier à l'égard des intellectuels du Sénégal et particulièrement ceux et celles de sa famille libérale.
Si pour 2012 les intellectuels libéraux sont incapables de sortir de leur rang un présidentiable, un homme d'Etat, comme le laisse entendre Babacar Gaye, ancien directeur de cabinet du président Wade (Radio Voix de l'Amérique), alors c'est triste pour ce courant de pensée. A son accession au pouvoir Wade manquait de cadres. Douze ans au pouvoir sa famille politique n'a produit aucun cadre politique en mesure de faire face à ceux de l'opposition. Il n'est pas étonnant que durant tout ce temps, l'école sénégalaise jadis modèle dans la région, ait perdu tous ses repères.
Depuis sa première candidature en 1978, Wade se joue de la nation sénégalaise en prenant le pays en otage sous peine de bloquer le bon fonctionnement des institutions de la république, et de troubler l'ordre public.
Quel constitutionaliste ou politologue peut définir aujourd'hui le type de régime instauré par le président Wade ?
Si nos services publics sont si déficients : des hôpitaux où l'on est admis pour y vivre ses derniers jours, des écoles inaptes à donner l'éducation de base, des universités remplies de cartouchards, une police incapable d'assurer la sécurité de la population, une Senelec qui plombe l'activité économique du pays. Bref ! N'est-ce pas là une autre façon de troubler l'ordre public ?
Comment peut-on comprendre que les détenteurs du pouvoir, qui ont pour mission la création d'un environnement politique favorable à l'ordre public, l'investissement, la paix sociale, un système d'éducation et de formation performant, se contentent de se servir au lieu de servir le peuple ?
« Chacun pour soi et Dieu pour tous » dit le dicton mais chez les libéraux c'est « tous pour Wade et Wade pour soi ».
A vous jeunesse libérale, à qui on promet à nouveau, monts et merveilles, à vous cadres libéraux futurs secrétaires d'Etat, n'oubliez pas que le président Wade ne se soucie guère de vos compétences, de vos ambitions, mais plutôt de votre capacité à servir et défendre la cour royale en attendant la formation du prince héritier.


Alioune Ndao Fall
Chargé de la communication
Délégation APR de France
http://www.macky2012.com


3.Posté par Fadiagne le 23/09/2009 13:28
Tirons-en un enseignement: Gardons notre honneur et attendons les prochaines échéances pour dégager tous ces sénégalais vendus qui ont un regard sélectif de nos compatriotes. Nous sommes et restons sénégalais dans la victoire et dans l'échec, dans la solidarité pour partager nos richesses comme dans la mobilisation pour venir en aide à nos frères dans leur malheur. Ne suivons pas ces gens qui divisent, qui trient les sénégalais.

4.Posté par molack le 24/09/2009 12:54
Avez-vous bien regardé la tête de ce ex-maire, ex président de l'Assemblée nationale et futur ex président du Sénat. IL ressemble à un mongol.La descente aux enfers et très dure.Ce Pape Diop paiera même si l'actuel maire de Dakar, lui vient en secours en nous annonçant qu'il n' y a aucune malversations ou irrégularités procédurières dans la gestion de Pape Diop. Cette déclaration de Khalifa Sall doit pousser les contrôleur à suivre de trés prêt , l'actuel "nakh woreutoul" car les électeurs ont tourné le dos à Pape parce que...et Khalifa vient de nous faire savoir que ces électeurs se sont trompés.Quant au maire lésé par les responsable libéraux du Sénat qu'ils sachent qu'ils sont élus par leurs populations alors que Pape est nommé par une personne et une seule personne.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 11:54 Macky Sall à Versailles chez Abdoulaye Wade

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State