Référence multimedia du sénégal
.
Google

LE PRESIDENT BUSH EN VISITE EN AFRIQUE : « Pas de nouvelles bases militaires américaines en Afrique »

Article Lu 1450 fois

Happé par le Kosovo et Cuba durant sa tournée africaine d’une semaine, George W. Bush est malgré tout parvenu hier à recentrer son voyage continental en assurant au Ghana que les Etats-Unis n’avaient pas l’intention d’implanter de nouvelles bases militaires en Afrique.



LE PRESIDENT BUSH EN VISITE EN AFRIQUE : « Pas de nouvelles bases militaires américaines en Afrique »
Accra - "Nous n’envisageons pas d’ajouter de bases", a lancé George W. Bush lors d’une conférence de presse avec le président ghanéen John Kufuor, alors que de nombreux pays africains sont inquiets de la volonté des Etats-Unis de transférer le Commandement militaire africain (Africom), actuellement installé en Allemagne, en Afrique. M. Bush a usé d’un langage très imagé pour mieux convaincre ses hôtes. "Je sais qu’il y a des rumeurs au Ghana selon lesquelles Bush ne vient ici que pour convaincre d’installer une grosse base américaine. C’est de la foutaise. Ou comme on dit au Texas : bullshit !", s’est-il écrié. "Cela ne veut pas dire que nous n’allons pas développer une sorte de présence en Afrique. Nous n’avons pas encore décidé. C’est un concept nouveau", a-t-il poursuivi lors de l’avant-dernière étape de sa tournée qui l’a déjà conduit au Bénin, en Tanzanie et au Rwanda et qui s’achèvera au Liberia.

M. Kufuor a de son côté déclaré que les explications de M. Bush "tordaient le coup une bonne fois pour toutes" aux rumeurs sur de prétendues intentions militaires cachées du gouvernement américain. De nombreux pays, dont le Nigeria, se sont déclarés opposés à une présence militaire directe des Etats-Unis sur le continent. Huitième producteur mondial de brut et cinquième fournisseur des Etats-Unis, le Nigeria a officiellement refusé l’idée d’installer l’Africom chez lui ou "sur le sol africain".

Depuis près d’un an, Washington a multiplié les missions de hauts fonctionnaires en Afrique pour "vendre" cette idée et rassurer sur ses intentions. Les détracteurs africains du projet semblent persuadés que Washington cherche en fait à sécuriser par la force son approvisionnement énergétique, sachant que d’ici à 2015 un quart de ses importations pétrolières proviendront d’Afrique et notamment du Golfe de Guinée.

M. Bush a rejeté ces critiques. "Il - l’Africom - s’agit seulement d’une structure de commandement, visant à aider à fournir une assistance aux pays d’Afrique, de sorte que ces pays soient mieux préparés à résoudre les conflits d’Afrique, par exemple en fournissant une formation au maintien de la paix", a-t-il affirmé. "Je veux dissiper l’impression que soudainement l’Amérique voudrait débarquer toutes sortes d’éléments militaires. Ceci n’est tout simplement pas vrai. Le seul objectif de l’Africom est d’aider les responsables à traiter des problèmes africains", a-t-il souligné...

A Accra, où il devait être l’hôte d’un grand dîner officiel hier, M. Bush a également tenu à dissiper l’idée d’une rivalité féroce entre la Chine, avide de matières premières et de pétrole et les Etats-Unis en Afrique. "Je ne vois pas l’Afrique comme un système de +tout ou rien+ entre la Chine et les Etats-Unis. Nous pouvons chacun poursuivre nos projets sans donner l’impression d’une compétition féroce", a-t-il dit. "Est-ce que pour moi la Chine est un concurrent farouche en Afrique ? La réponse est non", a-t-il déclaré.


AFP

Article Lu 1450 fois

Jeudi 21 Février 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State