Référence multimedia du sénégal
.
Google

LE MENSONGE: Un acte banal qui reflète les réalités de l’homme

Article Lu 1773 fois

Le mensonge. Voilà un mot qui fait sourire, tiquer. Entamer une discussion avec quelqu’un sur le sujet n’est pas chose aisée. Chacun y va de ces croyances, certitudes, pour expliquer le mensonge. Pourquoi mentir ? Quelles sont les conséquences qui en découlent ? Peut-on y échapper ? Lectures d’un acte.



LE MENSONGE: Un acte banal qui reflète les réalités de l’homme
La canicule n’épargne personne. Sous ce soleil de plomb, les corps respirent et surtout transpirent. Et la sueur semble se « moquer » de ces mouchoirs qui ne parviennent pas à en atténuer les effets. Chacun cherche un abri pour épargner sa peau. C’est le cas de Mère Nabou, vendeuse de cacahuètes en plein centre ville. Nous nous approchons d’elle, non pas pour parler de canicule, mais d’un autre sujet : le mensonge. Les religions aussi bien les coutumes et traditions le récusent, malgré tout les gens persistent dans le mensonge.

Nous avons voulu savoir pourquoi. Mère Nabou a sa petite idée sur la question. Elle croit savoir que le mensonge n’est pas la négation d’une vérité, comme on pourrait le penser, mais l’expression de nombreuses réalités propres à soi. Et pour cela, « il faut aller au-delà des mots, au-delà du sens premier, car le mensonge n’est que l’œuvre de Satan », explique-t-elle. Et de poursuivre, « il n’y a que Satan qui peut pousser les gens à mentir, car tout le monde sait que c’est mauvais, ignoble, absurde ». Mère Nabou est d’avis que le mensonge n’existe que parce qu’il y a des gens qui sont prêts à croire au mensonge, et à transformer ce qui est mensonge en réalité. « Si chacun entendait le mensonge, le menteur n’aurait plus besoin d’utiliser ce mode de communication et pourrait enfin exprimer ses réalités l’une après l’autre, en évitant de les confondre », souligne-t-elle. Un objectif qui, à son avis, semble malheureusement loin d’être atteint parce que personne n’accepte de se poser la question de savoir : pourquoi accepter que l’on me mente ? « Il ne faut pas oublier que le menteur a besoin de quelqu’un pour le croire. Si tel n’est pas le cas, celui-ci n’a plus de raison d’être », déclare la vielle.

Si le mensonge n’existait pas, les relations avec autrui s’en trouveraient améliorées. Et cela, Fatou Dégueune, une jeune femme déclare connaître les conséquences de cet acte qui lui ont valu deux fois le divorce. « J’ai divorcé deux fois, parce que j’ai découvert que mes époux me mentaient ». Affichant un sourire narquois, elle affirme que le pire des malheurs qui puissent arriver à un homme, c’est quand on le traite de menteur. Et malheureusement, nous confit-elle, « les gens ignorent que c’est humiliant, il peut même tuer, le mensonge ; j’en ai terriblement souffert quand j’ai découvert qu’on m’a menti, j’ai beaucoup souffert », répète-t-elle

Toute personne doit éviter le mensonge, parce que la vérité finit par se savoir. C’est du moins l’avis de cette source qui a préféré garder l’anonymat. Pour elle, si les ménages ne sont plus stables, « c’est parce qu’ils sont fondés sur une base mensongère. D’ailleurs, c’est ce qui explique les multiples divorces. Quand on découvre que son conjoint a menti, alors qu’on lui faisait entièrement confiance, on se sent ridicule, voire-même, injurié », soutient-elle. La sincérité est la meilleure des choses, malheureusement, poursuit notre interlocutrice, « seules les personnes complexées mentent et je trouve qu’aussi bien chez la femme que l’homme, notre société est remplie de menteurs. Le mensonge est mauvais, même pire »

Le mensonge détruit tout : une famille, une amitié, un ménage. C’est du moins ce que pense Prosper Dieng, planton dans une société de la place. « Les gens mentent pour diverses raisons, soit pour ne pas offenser ou par respect, mais quoi qu’il en soit, il faut dire la vérité », souligne-t-il. Mais pour Prosper, les gens qui mentent sont des « malades », sinon, comment comprendre qu’une personne saine se permette de mentir à tout bout de champs, « c’est honteux », nous lance-t-il

Quand le mensonge libère ou soulage

Si mentir, c’est cultiver le mal, toute vérité est-elle pour autant bonne à dire ? Les réponses sont diverses et variées. Pour Me Bayor, la mission de l’avocat n’est pas de dire la vérité, c’est de faire acquitter son client en usant de tous les subterfuges éventuellement pour pouvoir arriver à une telle conclusion. Mais, se défend Me Bayor, « cela n’est pas du mensonge, l’avocat est toujours tenu par le secret professionnel, et quand il défend son client, il met en évidence les arguments favorables et ferme volontairement les yeux sur tout ce qui est mauvais ». D’ailleurs, rétorque-t-il, « c’est la justice qui voudrait qu’on ne mente pas, mais en droit ce n’est pas interdit »

Outre l’avocat qui ferme les yeux sur la réalité pour assurer la liberté de son client, un médecin peut aussi cacher la vérité à un malade qui est condamné. Mais dans ce cas, le Dr Bèye, appelons-le ainsi, s’empresse d’expliquer, « il est difficile de regarder un malade mourrant et lui dire que c’est fini, qu’il n’attend que son heure ». En se confiant à nous, le Dr Bèye explique avoir menti à une jeune fille qui était condamnée. « Je lui ai dit qu’elle allait s’en sortir, mais à travers son regard, j’ai su qu’elle savait que je mentais, mais le sourire qu’elle a affiché à l’annonce de la nouvelle me permet d’être tranquille aujourd’hui, même si elle est décédée deux heures après notre discussion »

Source: Sud Quotidien

Article Lu 1773 fois

Jeudi 29 Novembre 2007


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 13:10 L’adultère est-il devenu une banalité ?

Mercredi 7 Décembre 2016 - 12:16 NDIGUEUL DU KHALIFE DES MOURIDES: 500F par personne

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State