Référence multimedia du sénégal
.
Google

LE MAGAL CHEZ LES DAMES: Defar bamu baax et attendre l'oiseau rare

Article Lu 12842 fois

Tout comme les ateliers de couture, les salons de coiffure ne désemplissent pas pendant la semaine précédant le Magal. C'est que le Magal est le moment pour les femmes mariées de faire plaisir aux époux qui viennent généralement d'Europe pour le pèlerinage. Alors que pour les jeunes filles, cet événement est l'occasion rêvée pour rencon­trer l'homme de leur vie.



LE MAGAL CHEZ LES DAMES: Defar bamu baax et attendre l'oiseau rare
Présidente de l'Association des coiffeuses de Touba, Mame Diarra Kandji tient son salon à quelques encablures de la grande mosquée de Touba. Rencontrée dans son salon à une semaine du Magal, Marne Diarra se réjouit déjà des bonnes affai­res réalisées pendant la période du Magal. «Vous voyez cette drianké ?Elle est venue voir quel modèle mettre pendant le MagaL », nous souffle-t-elle.

En effet, si l'on en croit la pré­sidente de l'Association des coif­feuses de Touba, «en période de Magal, il y a plus de clientes parce qu'elles préparent l'événement.» Avant de préciser : «Généralement, il y a plus de fem­mes mariées que de célibataires.» «Parce que, explique Mame Diarra Kandji, elles veulent faire plaisir à leurs maris et à leurs amis qui viennent au Magal. Les disquettes, elles, se préparent pour espérer trouver l'homme de leur vie pendant le Magal.» D'ailleurs, souligne notre coif­feuse, «en période de Magal, les gens viennent s'inscrire des jours avant et elles attendent toujours le dernier moment pour venir. Parce qu'elles ne veulent pas de coiffures que les hommes peuvent voir des jours avant le Magal. Il nous arrive même de travailler pendant toute la nuit.»

Dans sa clientèle, Mame Diarra note des épouses de marabout, mais aussi des sokhna Mbacké-Mbacké. «Le plus sou­vent, je me déplace pour aller chez elles », ajoute Mame Diarra Kandji. Ce que confirmé du reste Ngoma Mboup, gérante du salon Nguéwël Sopey Serigne Cheikh Oumy Mbacké. Ngoma ajoute même que pendant le Magal de nouveaux modèles sont créés comme les laxass, les tresses, greffages... «Mais, dit-elle, le jour du Magal, nous ne faisons que des maquillages.»

Par ailleurs, la présidente de l'Association des coiffeuses de Touba note qu'il y a au moins 113 salons recensés. «D'ailleurs, je pense qu'il y en a plus parce que toutes les propriétaires de salon ne sont pas membres de l'Association», ajoute Mame Diarra Kandji. Qui avoue toute­fois qu'il est difficile de diriger à un salon à Touba: Selon elle, il y a toujours des rumeurs de déguer­pissements. «Il y en a qui vien­nent nous demander le nom du salon. Dernièrement, j'ai entendu qu'il y a un projet de déguerpisse­ment des salons. Mais j’avoue que je n'ai pas d'informations préci­ses sur la question», s'inquiète-t­-elle ajoutant que «les propriétai­res des salons sont des mères de famille honnêtes qui gèrent leurs maisons grâce à leur travail.»

Mustapha Diop

Source: Walf Gran Place

Article Lu 12842 fois

Mardi 26 Février 2008





1.Posté par Jop le 26/02/2008 08:08

2.Posté par GORA le 26/02/2008 19:25
cey senegal mo nekh diné waay . ARRETEZ VOS JEUX ET ALLEEZ TRAVAILLER SERIGNE NYI DA NIOU LEEP REK

3.Posté par kham le 26/02/2008 19:27
cey addouna jeekh na

4.Posté par diop le 26/02/2008 19:53
wa mè yène lou guene beugue niit dafaye presentable l'islam mako wakh

5.Posté par LAYE le 26/02/2008 22:04
LE KHALIF DOIT INTERDIRE LE RALLONGEMENT DES CHEVEUX QUI EST EN PORTE A FAUX AVEC L'ISLAM. CE N'EST POINT D'AVOIRE UNE BELLE MOSQUEE MAIS DE SUIVRE LES RECOMMANDATIONS DE SERIGNE TOUBA QUI SONT CELLES DU PROPHETE. A MBACKE LES HOMOS ET VENDEURS DE YAMBA, PROSTITUES NE SONT PAS INQUITES...QUEL ISLAM AU SENEGAL?

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State