Référence multimedia du sénégal
.
Google

LE CNRA INCAPABLE de superviser LA CAMPAGNE ELECTORALE: S’en remet aux organes de presse

Article Lu 1806 fois


- Le CNRA n’a pas de budget pour superviser la campagne, selon sa présidente

Le Conseil national de régulation de l’audiovisuel (Cnra) ne dispose pas encore de budget pour la supervision des élections locales du 22 mars, a annoncé hier, jeudi 5 février sa présidente, la juriste Nancy Ndiaye Ngom. N’empêche, l’organe de contrôle et de régulation a invité, comme s’il s’en remettait, les organes de presse ’’au sens des responsabilités’’ et au ’’respect des principes de pluralisme, d’équité et d’équilibre’’, conformément aux dispositions du Code électoral.



LE CNRA INCAPABLE de superviser LA CAMPAGNE ELECTORALE: S’en remet aux organes de presse
A peine en période de pré campagne pour des élections dont la tenue est encore des plus hypothétiques au regard de l’état de nos finances publiques et du « désordre » suscité ou réel observé sur les listes en compétition, que voilà que le Conseil national de régulation de l’audiovisuel (Cnra) en appelle au sens des responsabilités des organes de presse qui souhaiteraient s’impliquer dans la couverture médiatique du processus électoral pour un respect des principes de pluralisme, d’équité et d’équilibre. La directrice de l’organe de régulation des médias du Sénégal, la juriste Nancy Ndiaye Ngom qui en informe, d’épingler même certains organes, parmi lesquels, Sud Quotidien pour avoir donner la parole, dit-elle certainement à des acteurs politiques en cette période.

Elle s’exprimait mercredi 4 février à Dakar, au cours d’une rencontre de partage avec plusieurs responsables de radios communautaires sur les dispositions de la loi électorale en son article L.59 qui interdit toute campagne déguisée 30 jours avant le démarrage officiel de la campagne électorale.

’’Cette période est très sensible pour tout le monde et nous avons le souci d’éviter les faux départs pour permettre à tous les partis et coalitions de partis de partir sur les mêmes bases pour la conquête des suffrages des populations’’, a assuré Mme Ngom. Soutenant sur sa lancée que toute publicité et toute propagande à travers les médias audiovisuels et écrit sont interdites parce que tous les acteurs concernés ne disposent pas des mêmes moyens pour mener leur campagne auprès des populations. Selon elle, la situation est d’autant plus sensible que « contrairement aux élections présidentielles et législatives, des dispositions légales en matière de temps d’antenne ne sont pas prévues au bénéfice des candidats, des listes de partis ou des coalitions de partis politiques’ .

Par conséquent, a-t-elle ajouté, la couverture médiatique des activités et manifestations politiques de campagne dans ladite période est laissée à l’appréciation des organes de presse. Non sans mentionner que des sanctions sont prévues pour tout manquement aux dispositions légales, sanctions qui peuvent être une amende pouvant atteindre 10 millions de Fcfa plus une contrainte de 100.000 de Fcfa par jour en cas de non-paiement.

Les sanctions vont aussi de la suspension de l’émission incriminée à la fermeture de l’organe fautif. Le Cnra a demandé aux organes de transmettre dans les meilleurs délais leurs grilles de programmes et les calendriers de couverture des manifestations pour les élections locales.

Le Cnra n’a pas de budget

La structure chargée de superviser et de réguler l’audiovisuel qui a mis avant-hier, mercredi en garde les organes de presse, a été obligée hier, jeudi, rapportent nos confrères de l’Aps, d’avouer qu’elle ne dispose pas encore de budget pour la supervision des élections locales du 22 mars prochain. C’est sa présidente Nancy Ndiaye Ngom qui en a fait l’annonce au cours d’une rencontre.

« Nous n’avons pas les moyens. Nous n’avons pas encore de budget pour la campagne électorale. C’est avec nos propres véhicules que nous allons mener notre tournée », a-t-elle déclaré à ses hôtes, représentants des partis politiques venus sur son invitation visiter son organe. Ce qui n’empêchera pas au Cnra d’effectuer, à partir de lundi prochain, une tournée d’une vingtaine de jours dans les régions pour « rappeler aux partis politiques, aux médias et à l’administration leurs devoirs », en perspective des élections locales du 22 mars. Avec quel moyen, entendu qu’il n’a pas de budget ? Mystère.

Mais qu’à cela ne tienne, l’autorité de régulation des médias s’emploiera à s’acquitter de sa mission. « Jusqu’à preuve du contraire, nous ferons ce que nous avons à faire », a déclaré Mme Ngom, avant d’ajouter : « quand on veut, on peut. C’est cela notre devise’’. L’ancien directeur de l’Information, Modou Ngom, membre de l’autorité de régulation, a invité les partis politiques à se rapprocher davantage du Cnra. « Il y a un manque d’intérêt des partis politiques pour le Cnra. On a l’impression que les partis ne s’intéressent au Cnra qu’en période électorale, alors que nous sommes là pour eux 12 mois sur 12 », a-t-il regretté. Avant de souhaiter que les concertations comme celle d’hier, soient pérennes, « que les partis politiques s’intéressent à nous en lisant nos communiqués et tout ce que nous produisons ».

Madior Fall
Source SudQuotidien

Article Lu 1806 fois

Vendredi 6 Février 2009





1.Posté par SAMORY le 06/02/2009 05:58
NOUS SOMMES TRES LOIN DU 20-01-09.......................... B. H. O. IL ARRIVE...

2.Posté par Osem Diallo le 06/02/2009 13:27

Chers compatriotes épris de justice et engagés dans la lutte pour la démocratie en vue de perforer cette labyrinthe politique, économique, judiciaire et sociale instaurée par ce régime royaliste et major dans toutes les manœuvres de déstabilisation de la République; je vous prie de vous soutenir en soutenant notre frère SOULEYMANE JULES DIOP dans ce combat pour une cause noble et nationale dans lequel il ne cesse de jouer sa partition, ce qui lui a valu toutes ces endurances morale, pécuniaires, professionnelles etc. JULES DIOP a choisi de se constituer tribun de la Plèbe pour dénoncer les complots politiques et malversations financières du Patricia. Il pouvait bien se départir de ce sacerdoce et rester au Sénégal demander sa part du butin à coté de son fils de 7 ans qu'il n'a pas vu depuis 4 ans. Mamadou Dia disait: »quant on a la responsabilité de dire la vérité et de dénoncer le mensonge et que l'on décide volontairement par peur ou calcul de faire autrement, on offense Dieu et trahit les hommes ».Le Sénégal n’appartient pas seulement à Souleymane, il nous incombait tous de s’emparer de ce combat pour bouter ce régime hors du pouvoir pour revigorer les Institutions qui languissent, cesser l’instrumentalisation de la Justice et que le mot d’ordre soit la bonne gouvernance et l’impunité.
Nous ne louons pas ROBESPIERRE mais nous ferons la BASTILLE pour notre pays qui tend vers la dérive.
Seul est louable, l’engagement libérateur qui nous délivre de toute bassesse.
JULES DIOP ne se bat pas dans l’espoir du succès, pour lui c’est bien plus beau de se sacrifier lorsque c’est pour servir son pays.
Sénégalais et sénégalaises, soutenons Souleymane en contribuant au webthon pour qu’il s’acquitte de cette sanction civile que lui a infligée la Justice canadienne.
Sun Tsu disait que celui qui se bat, l’épée nue est un mauvais soldat. Le glaive de JULES DIOP c’est le peuple sénégalais en particulier les jeunes car il a fait sien notre combat et y être passif serait de la traitrise déclarée. Je vous remercie.

Vive la Révolution.
Osem Diallo
Osem29@yahoo.fr.

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State