Référence multimedia du sénégal
.
Google

LAVEMENT DES PIEDS DU JEUDI SAINT : Un geste d’humilité du Christ envers ses apôtres

Article Lu 1949 fois


En ce dernier jour de carême, les Chrétiens poursuivent leur marche vers Pâques. Hier dans les paroisses, le Jeudi Saint, marquant le dernier repas du Christ avec ses apôtres, a été célébré. C’est le moment où il procéda au lavement des pieds, un geste d’humilité qui lui a permis de signifier sa mission sur terre qui est de « servir et non pas de se servir ».

Le lavement des pied, Jeudi Saint, est répété dans toutes les églises catholiques du monde. C’est un geste à double signification : moral (humilité dans le service) et théologique (l’abaissement du Christ dans sa passion). Ce geste repris hier par de centaines de prêtres des différentes paroisses, invite tout homme sur terre à servir humblement son frère. Il dispose à comprendre un peu l’amour que Jésus a en donnant sa propre vie pour sauver les hommes de leurs pêchés. Dans la liturgie du Jeudi Saint, l’Eucharistie consacre un chapitre entier au Christ, pain de vie.

Il exprime dans le geste de s’abaisser, de s’humilier pour laver les pieds des disciples, un aspect majeur de l’Eucharistie. Le Christ a renversé les rôles et s’est fait serviteur. Après ce geste, Jésus n’a pas demandé que les disciples lavent physiquement les pieds des autres, mais qu’ils prennent exemple sur son abaissement pour trouver des gestes de respect, d’accueil, d’humilité envers le prochain, de préférence envers ceux qui sont moins bien placés, c’est-à-dire s’engager pour les classes pauvres, les marginaux, les malades, les prisonniers etc. C’est une manière parmi d’autres de traduire le geste de lavement des pieds. En plus, la communion instituée par le Christ durant le Jeudi Saint permet de revêtir une chaude solennité : lumières, fleurs, nappes, un rassemblement plus compact des fidèles.

La présence de l’eucharistie est une présence glorieuse. Le jeudi soir, le Christ n’est pas encore crucifié. L’église recommande que les fidèles poursuivent l’adoration pendant une partie de la nuit. Celui qui a partagé la Cène avec Jésus est aussi appelé à veiller avec lui. Un silence priant, parfois entrecoupé d’extraits du discours des adieux, de chants, d’intercessions vaut mieux que les explications et bavardages. « Demeurez avec moi et veillez » disait Jésus à ses disciples. Et l’Eglise de garder certains de ces mots difficiles, comme Mémoire et Mémorial.

Quand Jésus dit : « Faites ceci en mémoire de moi », on ne peut traduire « en souvenir de moi » sans trahir un aspect important. Le mot biblique « mémoire » exprime le souvenir.

Un peu comme lorsque des époux célèbrent leurs noces d’or ou d’argent, ils se souviennent du jour de leur mariage, mais cet engagement d’alors n’est pas du simple passé, il vit encore, il est là, présent, actualisé.

Ainsi quand les Chrétiens font l’eucharistie en mémoire de Jésus, ils le font aussi en souvenir de la passion du Christ. « Notre Seigneur et Sauveur ».

Source: Le Soleil

Article Lu 1949 fois

Vendredi 21 Mars 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State