Référence multimedia du sénégal
.
Google


hh



LATIF COULIBALY : « C’est une certaine élite privée du « Ruissellement » qui pollue l’atmosphère »



LATIF COULIBALY : « C’est une certaine élite privée du « Ruissellement » qui pollue l’atmosphère »
Confirmé dans ses fonctions de ministre de la Bonne Gouvernance et désormais chargé des relations avec les Institutions, le Porte-parole du Gouvernement, Abdou Latif Coulibaly a accepté pour Sud Quotidien de décrypter le message lancé à travers le nouvel attelage gouvernemental placé sous le sceau de l' « accélération ». Dans cet entretien fleuve qu'il a bien voulu nous accorder, le ministre en profite cependant pour remettre certains pendules à l'heure, au détour des nombreux sujets économique, social, politique que nous avons abordés avec lui.

En tant que porte-parole du gouvernement, pouvez-vous nous dire sur quel levier le gouvernement compte-t-il s’appuyer pour « accélérer » les réformes ?

Le Premier ministre a raison de dire qu’il faut accélérer parce que les Sénégalais sont en attente des réformes du point du vue économique, social. Accélération veut dire que déjà, les procédures étaient engagées par l’ancien Premier ministre et son gouvernement. Il faut maintenant les préciser davantage et avoir le cap sur un document de base qui est extrêmement important et qui a été proposé par le gouvernement pour que dans les 4 ans à venir, on ait une dynamique mais également un cadre permettant de réaliser les promesses faites par le président de la République dans ses engagements politiques. A chaque fois que je suis interrogé sur la question, je suis obligé personnellement de rappeler qu’il y a une stratégie nationale de développement économique et social. Aussi, si vous me demandez sur quels leviers le gouvernement va-t-il s’appuyer, je répondrais que ce sont sur les leviers et les axes stratégiques qui y ont été définis.

Cela concerne d’abord le levier principal qui est l’agriculture et ensuite le développement industriel. Le président de la République a considéré que le développement industriel qui a été ces dernières années figé dans le commerce avait un peu souffert de la dynamisation des préoccupations fortes relativement aux questions du commerce. Il faut maintenant reprendre en main le processus d’industrialisation du pays. Il ne passera pas nécessairement par une industrie lourde mais d'abord une industrie moyenne de transformation des produits locaux, qui va donner un sens à l’engagement quant au développement de la filière agricole. Il ne serait plus question de prendre un produit brut et le vendre comme tel sans valeur ajoutée, mais plutôt d’y ajouter de la valeur dans une perspective qui nous permette d’exporter à la fois des produits finis en matière agricole. Vous savez nous avons un déficit commercial de l’ordre de 200 milliards de FCfa ou plus par mois ; à la fin de l’année, ce déficit est énorme.

De ce point de vue, il faut transformer les bases de notre agriculture et nous y sommes, d’abord en renforçant la production agricole, en mettant l’accent particulièrement sur deux leviers essentiels : la sélection de semences certifiées, l’augmentation de surfaces emblavées, une mécanisation réelle et forte de l’agriculture et la mise en place d’intrants adéquats par rapport à nos sols et aux cultures. Et ensuite la mise en place d’une industrie plus ou moins légère qui va favoriser le développement d’unités de transformation moyenne pour se placer sur le créneau des exportations. Nous avons des atouts, des potentialités. Il faut les mettre à la disposition du développement industriel et agricole. Je pense que le ministre en charge de cette question est très conscient de cela. Je l’ai entendu citer souvent l’exemple de l’Inde qui a réussi à mettre des petites unités de transformations qui ont un apport extrêmement important au développement de l’agriculture.

Encore faudra-t-il commencer par restructurer les entreprises en difficultés, or à ce niveau, la Cellule dédiée à cette politique n’est pas opérationnelle depuis 10 ans. Alors que faire?

C’est un peu ce que je disais à l’entame de mon propos. En réalité l’industrie a été quelque part le parent pauvre de la politique de développement économique de nos pays au cours des 12 dernières années. La réorganisation des ministères, celui du Commerce en particulier pour fusionner l’Industrie avec les Mines en est une indication claire. Il y a une cohérence d’ensemble sur cette approche qui est une volonté affichée de régler aujourd’hui les problèmes de la redynamisation des structures pour relancer la machine industrielle. C’est le principal challenge du ministre et du nouveau département Industrie et Mines. J’imagine que la prochaine planification stratégique de ce ministère prendra comme axe prioritaire cette question qui vient d’être évoquée. Nous proposons une nouvelle approche pour faire face à cette situation.

Le développement du secteur industriel est important mais il y a aussi le volet social, notamment le coût de la vie et particulièrement les prix des denrées de première nécessité qui, on peut l’imaginer, doivent faire partie de l’ « accélération » ?

Je voudrais d’abord dire qu’on ne peut pas assurer un développement économique si on ne parle pas de l’économie dense dans sa réalité. L’économie a une dimension sociale très forte. Quand une population est malade, elle ne peut pas produire ; de même si elle est dans une situation d’insécurité alimentaire. Il y a donc une préoccupation fondamentale par rapport à la mise en place d’une politique de sécurisation alimentaire et même d’autosuffisance alimentaire. C’est important. Toutefois, les politiques relatives aux bourses familiales et aussi à l’assurance maladie universelle constituent également des leviers sur lesquels compte s’appuyer le gouvernement pour donner à la politique sanitaire du pays une perspective nouvelle en dehors du fait qu’une importante politique sanitaire est en cours. La santé de la population dépend par ailleurs de la vigueur de l’économie nationale.

Des statistiques récentes montrent que 62% des Sénégalais sont des pauvres. Il faut inverser cette spirale infernale en permettant aux citoyens de gagner plus d’argent d’abord et de se sentir ensuite dans un environnement social beaucoup plus sécurisé. Il ya quand même un levier important sur lequel le gouvernement a joué, c’est la baisse du niveau d’imposition du citoyen sénégalais qui fait que l’Etat a renoncé à 30 milliards F Cfa par an pour les retourner dans la bourse des Sénégalais. En renforçant de ce point de vue leur pouvoir d’achat, on renforce ainsi la structure sociale du pays.

Cette baisse du niveau d’imposition est quelque part annihilée par le coût de l’électricité entre autres prix sur le marché ?

Vous reconnaitrez quand même que ce sont les efforts du gouvernement qui ont permis de faire baisser le taux d’inflation qui tournait autour de 3,4% en 2011 à 1,4% à fin 2012; ça veut dire que le coût de la vie a été réduit même si d’autres produits par ailleurs impactent négativement. Vous parliez de l’énergie, il faut mettre en parallèle la politique économique au plan macro qui aboutit à la baisse de l’inflation, mais également de la politique de production énergétique qui, à terme, devrait rendre moins cher le coût de l’électricité par une volonté affirmée de mettre en place le mix énergétique et à moindre coût. Vous le savez, bientôt des centrales au charbon vont démarrer avec un coût au Kilowatt de 68F Cfa. Si on produit plus d’énergie, on distribue mille énergies à un coût moindre.

C’est un facteur qui va contribuer à baisser les coûts de production d’électricité. On joue à la fois sur l’inflation mais aussi sur des politiques visant à faire en sorte que des secteurs particuliers soient plus rationnels, plus organisés dans leur gestion. La Senelec est toujours déficitaire mais une politique de rationalisation de sa gestion a abouti aujourd’hui à plus de 20 milliards F Cfa d’économie qui permettra de réduire son déficit. Il y a une stratégie globale concernant l’électricité qui devrait aboutir dans les 5 ans à venir à une inversion du système de production.

On arrivera à une production avec des énergies beaucoup plus maitrisables : le charbon, le gaz et autres produits solaires. Si bien que les facteurs de production dans les 3 ou 5 ans, au moment où le président va présenter son bilan devant les Sénégalais, seront beaucoup plus soutenables. Ceci dit, vous remarquerez avec moi qu’il y a une nette amélioration du point de vue de la distribution de l’électricité au Sénégal, moins de coupures, moins de délestages. C’est réconfortant. Il faut le reconnaitre même s’il y a des efforts à faire.

L’importance de ce secteur est telle que, aujourd’hui, le président de la République a jugé nécessaire d’en faire un département plein, en l’isolant des mines auquel il était rattaché.

On entend bien cela dans le commentaire du nouveau Directeur de Cabinet du Président Macky Sall lorsqu’il parle d’ « autonomie » quant au secteur de l’énergie. Cette « autonomie » signifie-t-elle pour autant que la main de la tutelle ne pèsera plus dans la gestion de ce secteur comme cela a souvent été le cas?

Le secteur de l’énergie était noyé dans un grand département ministériel : Energie et Mines. Aujourd’hui, l’Energie devient autonome par rapport aux Mines et par rapport à tout autre secteur. C’est le sens global à donner à l’autonomie.
Il faut interpréter cela dans le bons sens du terme. Du point de vue de l’organisation du secteur, il s’agit d’une responsabilisation plus affirmée. Il ne saurait être question que le gouvernement renonce à exister dans sa responsabilité entière et pleine dans les différentes composantes de l’électricité : la production, la distribution et le transport. Il y a une diversification de l’offre du point de la production mais également une rationalisation dans la commercialisation. Il y a une politique d’économie d’énergie mais également une politique de sensibilisation des populations en termes de paiements et de responsabilités des uns et des autres. Il faut donc interpréter l’ « autonomie » dans le sens positif d’une responsabilisation accrue des principaux acteurs, chacun dans le segment qui le concerne.

Le fait que les décrets mettant fin aux fonctions du PM et nommant Mme Aminata Touré à ce poste n’aient pas été rendus publics ne semble-t-il pas donner raison à ceux qui disent que Abdoul Mbaye aurait plutôt démissionné? Que répondez-vous à cela ?

Non (il se répète). Moi, je ne suis pas concerné par ces spéculations. Cependant, la publication d’un décret n’est pas l’équivalent dans sa diffusion publique. Elle concerne le journal officiel. Il sera publié au journal officiel de toutes les manières, mais la diffusion par les médias d’un décret n’est pas une obligation. Il est de coutume et de tradition que le décret soit diffusé et qu’il y ait des commentaires. Un décret est valable dans la seule mesure où il est publié. Et il le sera. Certes c’est une tradition, mais une tradition ne saurait s’imposer comme étant une règle. Il y a un communiqué qui a été lu sur les antennes pour annoncer le départ du Premier ministre. C’est ça le plus important tout en sachant que le décret sera de toutes les manières publié. C’est une obligation légale qui ne dépend pas du président de la République. Il faut évacuer cette question parce qu’elle n’a pas de fondement. Ce décret sera publié au journal officiel comme tous les actes légaux et réglementaires. Par contre, je le répète, la diffusion médiatique n’est pas une obligation. Il n’a jamais été question ni dans la loi, ni dans les règlements, des formes par lesquelles l’annonce aux populations du départ d’un Premier ministre doit être fait. Par contre, le décret qui le démet de ses fonctions subit une procédure légale à laquelle on ne peut déroger.

Pouvez-vous nous dire ce qui est reproché à l’ancien Premier ministre?

Vous posez la question à un ministre qui est sous l’autorité du Premier ministre. Moi je ne peux pas le savoir. J’ai bien apprécié le raisonnement de Mame Less Camara sur la question. Il dit qu’ « Il faudrait que nous arrivions au Sénégal à dédramatiser la démission ou le limogeage du Premier ministre. C’est dans l’ordre naturel des choses ». Le principe est que le Président nomme un Premier ministre a qui il confie la tâche de conduire l’action du gouvernement, et il peut estimer, en appréciant les faits, qu’il était opportun dans la mise en place de sa politique, de faire partir le Premier ministre ou l’inverse. Le Premier ministre peut lui-même estimer qu’il n’est plus à même, pour diverses raisons, de continuer et de présenter sa démission au président la République. Il n’y a pas lieu pour ce qui me concerne, de verser dans la spéculation. Dans le cas d’espèce, le premier Ministre sortant part et le Président nomme un autre Premier ministre. C’est la constante dans tous les pays du monde.

Sauf que l’entourage du président commence à expliquer ce départ pour le moins surprenant. N'est-ce pas gênant ?

Comme je n’ai pas le privilège d’être dans l’entourage du président. Je suis sous l’autorité du Premier ministre avec la confiance du président de la République, veuillez me donner la gentillesse de me laisser m’occuper de mon porte-parolat du gouvernement. Je n’ai pas ce privilège de porter la parole du Président.

Quelle incidence le « chamboulement » gouvernemental pourrait-il avoir dans le processus du dossier sur la traque des biens supposés mal acquis ?

Il ne saurait y avoir d’ « incidence ». Le gouvernement exécute une politique définie par un homme. Il y aura une incidence le jour où il décide de changer de politique en la matière. Mais un ministre, qui qu’il soit, ne peut décider de changer la politique du Président. De ce point de vue-là, le ministre qui arrive exécute la même politique à moins que le président décide de changer. Comme je vous l’ai dit, Je n’ai nullement le privilège encore moins la prétention de parler au nom de qui que ce soit de cette question, mais il m’arrive de par mes fonctions de porte-parole du gouvernement, d’échanger avec le président et je n’ai pas l’impression ni le sentiment qu’il y ait une volonté de ne pas aller jusqu’au bout de cette dynamique de recouvrer des biens qui appartiennent à la nation. Je précise qu’il s’agit d’une « traque » contre des biens, pas contre des personnes. La nuance est importante.

Il semble aujourd’hui que vous privilégiez la voie de la médiation pénale, ce que l’opinion récuse fortement depuis le début ?

Je dis et je répète. Le plus important c’est quoi ? Que l’Etat utilise toutes les voies de droit qui sont à sa disposition pour récupérer le patrimoine spolié. Jusqu’à la fin des temps l’Etat va se positionner sur ce principe-là. C’est une constante. Les gens semblent croire qu’il y a une évolution. Mais du point de vue de la pratique je n’ai pas vu de changement. Il n’y a aucun changement de politique par rapport à ça. Si vous interrogez les faits, vous vous en rendrez compte. Je parle des faits. La voie non contentieuse de récupération des biens n’a jamais été écartée dans les faits.

Est-ce qu’on peut s’attendre à ce que quelqu’un comme Karim Wade pour ne pas le nommer bénéficie de cette voie pour sortir de prison?

Il faut comprendre les choses et les replacer dans leur contexte. Il y a une erreur fondamentale ou une confusion faite à deux niveaux. Ce qu’on appelle la médiation pénale intervient avant toute poursuite. Karim Wade est déjà poursuivi et transféré devant la commission d’instruction de la Crei. C’est-à-dire que la médiation pénale ne peut intervenir qu’avant toute poursuite. La confusion c’est de considérer qu’à chaque fois que quelqu’un est attrait devant un Procureur il y a poursuite. Non. Il y a poursuites dans la seule mesure où le procureur de la République qui a l’opportunité de les déclencher considère que son travail est terminé et le transfère à un autre ordre judiciaire qui est l’instruction, qui fait partie ce qu’on appelle les magistrats du siège.

Le procureur devient partie au procès comme la victime elle-même ou le prévenu. C’est important à savoir. Le Procureur ne décide pas à ce niveau. Il ne peut décider que de transférer le dossier à l’instruction. Son pouvoir s’arrête-là. La seule chose qu’il peut faire est de faire appel, comme le prévenu lui-même. Or Karim Wade a dépassé aujourd’hui le stade où il pouvait faire une médiation pénale. Il est à présent au stade de l’instruction et c’est la chambre d’instruction qui décide, pas le Procureur qui, toutefois, peut ouvrir une information concernant d’autres biens mal acquis. Oui, ça c’est possible. Le Procureur peut, demain, s’il découvre de nouveaux biens appartenant à Karim Wade, ouvrir une autre poursuite contre celui-ci.

Cependant la crainte des Sénégalais n’est-elle pas justifiée quand ils pensent que dans la plupart des cas des personnes qui transigent donnent le quart de ce qu’ils ont volé et ensuite on les oublie ?

Ce n’est pas vrai. C’est d’autant plus faux que malheureusement il y a un amalgame installé dans la tête de beaucoup de citoyens par le fait que, les faits tels qu’ils sont considérés par la Justice ne sont pas toujours véhiculés comme tels. Je sais bien que l’information joue sur le mode du spectaculaire. Au Sénégal tout ce qui n’est pas spectaculaire n’est pas tellement intéressant et ça conduit à une désinformation.

Quand vous dites que vous avez un patrimoine que vous ne pouvez pas justifier ; si vous avez acquis une maison que vous ne pouvez pas justifier en 2000, celle-là qui valait 20 millions FCfa en 2000 vaut peut être 30 millions FCfa en 2013, quand vous justifiez, vous ne justifiez pas 30 millions mais 20 millions parce qu’au moment où vous l’avez acquise, vous aviez des titres qui prouvent que vous l’aviez acquise à 20 millions et l’origine des 20 millions vous l’avez établie. On ne peut donc pas vous demander de justifier 30 millions parce que la maison vaut 30 millions aujourd’hui. On fait souvent la confusion de la valeur vénale actuelle et la valeur vénale au moment de l’acquisition.

Ce n’est la même chose. Votre responsabilité quelque part est de démêler les choses et les expliquer aux populations. Si on vole 1 milliard en 2000 et qu’en 2013 on établit que vous avez 1 milliard ???, ce n’est pas 1 milliard que avez volez, même si on a causé un préjudice de biens matériels et moraux à l’Etat. C’est la même chose en médiation pénale. Quand l’Etat vous dit que vous avez volé 1 milliard et c’est devenu 1 milliard 250 millions FCfa, vous dites non ! L’Etat peut faire des concessions sur les 250 millions FCfa. Mais le milliard que vous avez pris, lui, il demeure. C’est sur les dommages et intérêts qu’il peut y avoir des négociations. Tout de même, la personne qui reconnait avoir volé subit déjà une sanction terrible contre lui-même devant sa famille, devant tout le monde. Vous voyez la complexité du problème.

Toutefois cette tendance ne pourrait-elle pas être assimilée à une prime au vol ?

Ce n’est pas une prime au vol. Non. Pourquoi a-t-on prévu les procédures et mécanismes non contentieux de conflits. Ça existe. C’est pour être efficace, aller plus vite. On peut considérer que c’est une prime. Comme le législateur l’a prévu, il y a un adage qui dit et le juge le sait très bien, « le législateur ne saurait mal faire ». Tout ce que le législateur fait est bon et conforme à la morale jusqu’à l’avènement d’une autre politique en la matière. Puisque le législateur lui même en 1981 avait écrit dans la loi que si vous êtes poursuivi et que vous collaborez avec la justice et l’aidez à démasquer les enrichis illicites, on vous renvoie de fin de la poursuite. Les mêmes biens que vous avez acquis on vous les restitue. C’est dans la loi. Les gens ne prennent pas le temps de la lire. C’est une autre discussion que de dire que la loi n’est pas bonne ni morale mais on ne peut pas reprocher à l’Etat d’appliquer la loi. Quelqu’un a le droit de demander au juge de la lui appliquer dans telle disposition. Ce n’est contraire ni à la loi ni à la morale et à l’ordre public de bénéficier de l’application de la loi. Au contraire. On dit quoi dans un Etat de droit : respect et application de la loi. Au moment où l’Etat applique la loi conformément aux textes, on critique l’Etat. Si l’Etat ne l’avait pas appliqué on l’aurait également critiqué encore.

Quelle garantie à l’Etat de récupérer jusqu’au dernier centime s’il est avéré que quelqu’un a volé ?

Le Parquet qui négocie en la matière est une composante de la Crei. Pourquoi pensez-vous que nécessairement quand vous allez en contentieux avec les juges de la Crei, là ça sera plus libre. Attention. Il faut faire confiance au mécanisme lui-même ou pas. Si vous êtes d’accord que les magistrats sont libres et indépendants vous pouvez être d’accord a priori que les gens poursuivis peuvent être relaxés. Si vous êtes d’accord avec le principe, il peut être relaxé parce que le magistrat aura exercé souverainement son indépendance.

Ça nous amène à la question du principe de la déclaration de patrimoine. Le Premier ministre actuel s’était prêté à cet exercice. Est-ce qu’on peut s’attendre à ce que cela soit élargi à tous les autres membres du gouvernement y compris vous-même qui êtes en charge de la bonne gouvernance ?

Elle qui est Premier ministre l’avait fait sans obligation. Elle ne fera que réactualiser ce qu’elle avait fait. C’était une bonne indication. Aujourd’hui, il reste juste que l’Assemblée nationale revienne en session pour que la loi sur la déclaration de patrimoine soit votée. C’est une obligation pour tous les ministres voire tous les élus de la République. Cette question me permet de clarifier un certain nombre de choses. J’ai entendu dans la presse que dans le projet de loi, tous les parlementaires seront soumis à la déclaration. Ce n’est pas normal. Il n’y a que le bureau de l’Assemblée qui doit y être soumis. Il ne faudrait pas qu’on fasse le contraire même de ce que les députés ont décidé. Il faut savoir que le 28 décembre 2012 les députés ont voté une loi sur la transparence qui prévoit le mécanisme de la déclaration de patrimoine. Dans cette loi, on dit tous les élus et hauts fonctionnaires ; l’élu le plus emblématique de la loi c’est le député, le représentant du peuple.

Comment on pourrait exclure les députés sans violer la loi. Le gouvernement ne fait que se conformer à la loi. La déclaration de patrimoine devient une obligation pour tout administrateur de crédit, ordonnateur de dépenses et administrateur de recettes qui gère un budget de l’ordre de 500 millions F Cfa. Tous. Ce seuil vise à éviter qu’on en arrive à une situation telle que l’Ofnac qui va recevoir les déclarations ne se retrouve pas avec des déclarations de l’ordre de plus de 2000 ou 3000 fonctionnaires. Ce n’est pas possible. C’est la raison pour laquelle on a donné un délai de trois mois à compter de la date de nomination.

Si on n’avait pas limité, même l’intendant du lycée qui gère un budget de 40 ou 100 millions par an fera une déclaration de patrimoine. Ce n’est pas l’objectif recherché. L’idée est donc de fixer un seuil où le niveau de corruption, de prévarication est potentiellement important. Par ailleurs, il y a la question de ceux-là qui ne gèrent pas des fonds publics alors qu’ils occupent une position sociale ou politique susceptible de les exposer dans une posture où ils pourraient être amenés à être corrompus ou assumer une concussion. Légiférer, c’est prévenir l’avenir. Si vous êtes un élu, votre mandat est irrévocable, si vous refusez de faire votre déclaration de patrimoine où qu’il y a une déclaration inexacte, vous devez rectifier sous peine de voir votre salaire amputé du quart.

Le président de la République déclare que le pays n’a « jamais été aussi liquide », pourtant le commun des Sénégalais semble vivre une autre réalité qui a même suscité le slogan « Deuk bi daffa Macky » ?

Cette question est totalement dénuée de tout fondement et les statistiques fiables notamment celles de la Dpee(Direction de la prévision et des études économiques) sont là pour le prouver. J’en ai fait un résumé. Si l’on considère les critères macroéconomiques qui permettent de jauger la circulation monétaire dans le pays, les statistiques de la Dpee établissent qu’entre juin 2012 soit juste deux mois après l’entrée en fonction du Président Macky Sall et juin 2013, la masse monétaire qui est la somme des dépôts en banque et chèques postaux ainsi que les pièces et billets en circulation dans le territoire sénégalais, est passée de 2753 milliards de FCfa à 2791,1 milliards de FCfa soit une variation de 1,4%.

Quant à la situation fiduciaire (billets, pièces de monnaie) dans la même période, elle fait état de 597,5 milliards de FCfa contre 575,6 milliards de FCfa en 2012 soit une variation de 4,2%. Pourquoi ? Parce qu’en 2011-2012, les incertitudes politiques et les rétrécissements des investissements, entre autres, expliquent qu’on était quasiment en baisses constantes, en 2013 on redresse. Le mérite en revient au gouvernement mais également à la quiétude et la confiance retrouvées. Prenons un autre critère, l’encours du crédit intérieur qui est la capacité d’endettement de l’Etat, il est établi en juin 2013 à 2355,8 milliards de FCfa contre 2248 milliards de FCfa soit une variation de 4,9% en rythme annuel. Quant aux crédits à l’économie, c’est-à-dire les crédits octroyés aux entreprises et aux ménages, ils sont à 2208,4 milliards de FCfa en juin 2013 contre 2112 milliards de FCfa en juin 2012 soi une progression de 4,6%. Bref, la liste n’est pas exhaustive mais ces chiffres-là parlent d’eux-mêmes...

Néanmoins le niveau macro ne reflète pas le vécu des Sénégalais…

Quand vous prenez 100 Sénégalais, les 62% sont identifiés comme des pauvres, pauvres hier, pauvres aujourd’hui. Vous avez alors toutes les chances quand vous vous promenez, d’en rencontrer un qui a effectivement le sentiment que l’argent ne circule pas. Parce que pour lui en réalité l’argent n’a jamais circulé parce qu’il est pauvre. Et il va répéter à l’envi que l’argent ne circule pas. Il ya une théorie économique qui considère que la circulation monétaire dans la masse, plus elle est importante, plus la consommation l’est également.

Un autre courant de pensée économique a battu cette théorie en brèche en soutenant qu’il faut plutôt enrichir une élite et par l’effet du « ruissellement » vers la base « trickle-down ». Cette dernière théorie a merveilleusement fonctionné sous l’ancien régime, vous le savez très bien. Il y avait une élite qui tournait autour du pouvoir, qui recevait des milliards qui, par cet effet de « ruissellement », atteignaient les populations quelque part. Ce sont ces gens-là qui, ayant été privés des circuits de cet argent-là et détenant des moyens et des pouvoirs d’information importants, font courir le bruit que l’argent ne circule pas.

L’argent ne circule plus pour eux parce que ces circuits ont été cassés. Pour exemple, on avait budgétisé et investi 24 milliards de FCfa pour les abattoirs de Touba. Ils n’ont jamais été finalisés, où est passé cet argent ? Un potentat du système l’a accaparé et en a fait une redistribution à une échelle réduite. C’est ce phénomène de « Trickle down » qui ne fonctionne jamais pour l’économie mais seulement pour certains individus qui finissent par truster les médias. On est ainsi obligé, face à une certaine désinformation, de donner l’information vraie. Mais le gouvernement a conscience que la situation est difficile et que c’est de mettre en place des politiques socio-économiques qui vont placer le pays sur la rampe du développement.

Entretien réalisé par Bacary Domingo MANE Et Malick NDAW
A suivre
source sudonline

Lundi 9 Septembre 2013




1.Posté par MANE Moussa le 09/09/2013 20:04
Maintenant qu'ils se sont dit que le formatage des cerveaux est bien réussi, maintenant que les fanatisés sont bien ferrés, des dossiers commencent à être déclassifiés. La presse, aujourd'hui, révèle que Y en a marre était financé par des ONG. Et puisque les ONG sont financés par des officines occidentales, alors, Y en a marre était financé par l'Occident. Nous l'avions dit au moment de la campagne de feu et sang. Maintenant, il reste à déclassifier les dossiers des financement de l'opposition d'alors par des officines occidentales et le financement de la campagne de feu et sang. Bientôt les sénégalais comprendront comment sont morts les 14 Mamadou Diop.
Dés 2004, l'Occident, avec la France en tête, s'est levé contre la politique de Wade au Sénégal. Réorientation de l'axe de coopération du Sénégal par la démultiplication des partenaire, choix plus accentué des partenariats avec les pays émergents, entrée d'entreprises et de groupes autres qu'occidentaux au Sénégal (DPW, Sudatel, Tata), opposition aux accords CEE/ACP, etc... Il fallait, à l'Occident, trouver un levier interne au Sénégal sur lequel s'appuyer pour freiner Wade. Pour combattre Wade la France n'a pas chercher loin de Wade les portes glaives nécessaires. Le premier débauché a été Idy. Les armes mises dans ses mains: la presse (les Latif, SJD, J Habib Sy, Alioune Tine... et même un petit Joe Gaye Ramaka) . Le soutien a été une campagne de diabolisation médiatique a outrance contre Wade et tout ce qui a été proche de Wade. La dévolution monarchique était née. Aux élections de 2007, Échec et Mat ! Wade gagne (Et Latif tombe malade et disparaît des médias).
Le deuxième Brutus a été Macky Sall, une légion d'honneur pour marquer l'adhésion. Il ne restait qu'à fabriquer dans les médias une bulle de victimisation de Macky. La loi Sada Ndiaye était la bienvenue. Quatre ans elle a été présentée comme une loi uniquement contre Macky jusqu'à ce que Macky arrive au pouvoir en 2012... et refuse de la supprimer. Merci, Sada, d'avoir aidé Macky qu'il ait été dans l'opposition ou au pouvoir. A la campagne de diabolisation de Wade, à la bulle "dévolution monarchique", aux bulles des détournements de milliards de milliards de milliards, plus que tout ce que la planète terre ait jamais possédé de richesse, à la candidature anti constitutionnelle, et aux milles autres bulles médiatiques qui ont maintenus le citoyens déboussolé et baba, il fallait y ajouter une campagne de Feu et Sang. Pour ce dernier volet, les M23 et Yen a marre furent montés. Alioune Tine ne l'avouera qu'à la fin. Il dit: "Macky a profité du harcèlement du M23". Fadel, qui, au début niait même être membre du YAM pour laisser mousser la première bulle d'un mouvement de simples rappeurs de Guédiawaye, Fadel fait le deuxième aveu. Et pourtant, ce n'est là que ce que Xeme a toujours écrit sous les insultes. Bientôt le reste sera compris par tous les sénégalais.
La vérité, elle a beau être noctambule, elle ne passera pas la nuit dehors. Et Haqq, Vérité, est un nom d'Allah. Celui qui ment combat Al Haqq. Peut il y avoir victoire ? Non. Une illusion, oui.

2.Posté par MANE Moussa le 09/09/2013 20:06
Confessions de Y'en a marre? Et alors, peuple du Sénégal, vous avez tout entendu, enregistré et archivé. Nous ne mettrons aucune arme sur la tempe de personne mais ils se confesseront un à un jusqu'au dernier membre du complot et de la subversion qu'ils ont mûrement concoctés, muris, planifiés et exécutés de main de maître à l'encontre du peuple Sénégalais. Je jure au nom de Dieu qu'ils paieront cette traîtrise par l'humiliation s'il leur reste encore de l'honneur à l'égard du peuple Sénégalais et du Président WADE contre lesquels, ils ont monté leur plan diabolique de dénigrement, de haine, d'égoïsme, de méchanceté et de mensonge en collaboration avec l'étranger. Ils ont voulu nous faire avaler de la sous culture en inversant les valeurs Sénégalaises qu'ils érigent en méthodes de gouvernement par la traîtrise, le mensonge, la haine, la méchanceté et l'égoïsme sous prétexte de justice téléguidée par les pourvoyeurs de légionnaires et de laquelle ils se sentent exclus. On vous avait très bien dit que ce sont des personnes payées, nourries et entretenues par des forces occultes anti nationales pour vouloir instaurer la subversion dans ce pays de tolérance et de non violence. Et jeunesse et peuple du Sénégal, où sont donc, vos héros humanistes, révolutionnaires que vous croyiez libres, honnêtes, intelligents et indépendants? Une leçon à méditer pour l'avenir du pays; préférons ceux qui se contentent du riz, du mil, du...

3.Posté par kouly le 09/09/2013 20:20
Le titre de l'article prouve que le pseudo-journaliste qui l'a écrit n'a rien compris de ce que Latif Coulibaly a dit....Titre insensé, qui ne réflète pas le contenu de l'Article.

4.Posté par ffahf le 10/09/2013 19:24
Merci de poster.

5.Posté par MANE Moussa de Simbandi Brassou le 10/09/2013 19:29

Evidemment, mon honneur n'est pas le leur, comme ma dignité, mes valeurs. En avouant le bénéfice des largesses du Président WADE pour MACKY, des 20 millions de CISSE LÔ, du financement par des ONG étrangers de la subversion et de la corruption de Y'en a marre (95 millions confesse Fadel BARRO) et puis de tous les autres qui baissent encore la tête; oh non, je ne partage pas leurs valeurs. Avec cette traîtrise dont les Sénégalais pouvaient s'inquiéter, ils entendaient inverser nos valeurs à l'aide de la communication, en puisant dans le bas fond abject de l'instinct humain. Leur projet? Nous faire admettre que sous le prétexte de justice qui ne s'applique pas à eux, les "révolutionnaires" qui tentent de créer le NTS = NEKH TASS SENEGAL veulent nous éloigner de nos valeurs intrinsèques où la haine, le mensonge, la méchanceté et l'égoïsme sont élevés au rang de mode de gouvernement brandis avec le support de médias affiliés à la danse du ventre ou la peur de la terreur venant des tenants du pouvoir. Alors, on vous fait comprendre que donner des véhicules aux chefs de village est une injustice; il faut donc, les confisquer et surtout nous dit-on, MACKY a fait tout le Sénégal et connait le pays; sans connaitre le rôle de ces chefs de village qui manifestent en ce moment à la télévision et que les Sénégalais découvrent maintenant. Qu'ils aiment sévir alors qu'ils sont incapables de montrer patte blanche eux-mêmes. Des réalisations du Président WADE, ils s'abonnent à leur inauguration avec des chrysanthèmes comme si les populations étaient aveugles. Eh, bien oui, nous nous attendions à l'invention d'autres chefs d'inculpation pour M. Karim Meïssa WADE après qu'ils eurent fait le tour du monde à la recherche du moindre indice de culpabilité. De DPW en passant par AHS et des terrains pour M. Karim Meïssa WADE, ils atterrirent sur des véhicules de moindre importance qu'ils brandirent comme leurs trophées de chasse et que les Sénégalais ont compris. Nous ne sommes pas bêtes parce que nous sommes Sénégalais. Nous disons non à l'apologie des tares humaines auxquelles nous préférons les nôtres et d'ailleurs, on ne retrouve pas ce qu'ils nous suggèrent en Europe, à moins que l'on nous choisisse comme un champs d'expérimentation de la nouvelle donne mondiale? Par MANE Moussa de Simbandi Brassou.

6.Posté par BD le 11/09/2013 16:50
LES GRAPPES DE L’OPULENCE.
La démocratie permet, entre autres principes fondamentaux, la libre expression des opinions.
Dans notre pays, c’est un acquis irréversible qui nous vaut d’ailleurs une considération à l’échelon international.
Voila qui explique certainement qu’à l’occasion de l’arrivée à la tête de la Primature de Madame Aminata TOURE (MIMI) et d’autres changements intervenus, certains de nos compatriotes se soient appropriés en s’engageant dans un débat qui fait en florès.
Cela dit, celui qui est aujourd’hui dépositaire de la majorité des suffrages des sénégalais est mieux que quiconque disposer à faire en sorte que ce pour quoi a été élu. La satisfaction de la demande sociale, le soit avec efficience et dans les délais raisonnables qui prennent en compte la crise que traverse le monde.
C’est là tout le sens qu’il faut donner à l’affirmation de Aminata TOURE, selon laquelle il faut accélérer la cadence.
Mais avant de revenir à cette grande dame, il est toujours bon de faire certaines précisions qui aident à comprendre où à tout le moins, à mieux lire le contexte politique sénégalais du moment.
En effet, les véritables observateurs de la scène politique ne sont pas sans savoir que le Chef de l’Etat, dans son remarquable parcours à la fois politique et professionnel, a eu à rencontrer diverses formes d’adversités qui font qu’il sait faire dans l’endurance, opter pour l’essentiel par rapport à ce qui ne l’est pas, mais mieux, inscrire résolument son action dans ce qui fait avancer le pays. Nous aurons à faire les cas de beaucoup de faits qui en attestent graduellement.
Pour revenir à Mimi TOURE, ce sont des dossiers relativement sensibles qui l’ont propulsée au devant de la scène et non le contraire. Son passage dans le système ONUSIEN, sa fréquentation du mouvement associatif à « la OBAMA », sa grande discrétion (eh oui) mais surtout sa détermination dans la quête du travail bien fait, constituent autant d’atouts qui la prédisposent à réussir avec brio sa mission de coordination de l’activité gouvernementale, inspirée par la vision scientifique du Gardien de la Constitution, Macky SALL.
Dans cette perspective, comment ne pas accueillir avec bonheur la nomination de Abdou Aziz TALL qui suggère, au regard de la formation académique de l’homme et à sa sensibilité politique différente de celle du Président de la République, un bon suivi de dossiers techniques qui ne manquent jamais d’affluer ? En clair Abdoul Aziz. C’est également un signe d’une volonté de transparence que manifeste celui qui l’a porté à cette station stratégique.
Autant donc dire que c’est essayer de faire un mauvais procès d’intention au garde des Sceaux quand on sait que sa subjectivité à lui prêtée s’efface nécessairement devant le programme politique porté par le Chef de l’Etat et validé par le peuple souverain.


Il y a les formes cachées du langage. Quand on n a pas la pédagogie des mots, on fausse toujours celle du langage.
Puisqu’en linguistique, il y’a un phénomène qu’on appelle la « NOMINALISATION » qui constitue à définir un processus comme s’il s’agissait d’un événement ou d’une chose.
Lorsque vous faites cette opération, vous confondez les gens autour de vous et vous vous confondez vous-même, sauf si vous vous rappelez que le résultat est une présentation et non votre expérience elle-même.
C’est dommage, nos intellectuels parlent beaucoup et pour rien, cela s’appelle le « verbiage gauchissant ou le déleage inutile». C’est ce qu’on appelle aussi la Révolution mentale, qui manque de confiance parce qu’ils ne sont pas à l’aise dans leur peau.
Notre société rêve de transformations radicales, autant même dire de transmutations radicales. Elle attend la chimie sociale, elle imagine une alchimie miraculeuse. Elle attend le Faust qui transformera son vil métal en or pur.
Aux langues qui délient, les cordons cassent.
Mais encore une fois, la parole est libre dans ce pays ; Travaillons simplement à lui faire porter les habits de la décence et de la responsabilité.

Mamadou AMADOU Tamimou WANE
PCA SSPP / Le Soleil

7.Posté par laye le 12/09/2013 08:15
ce petit ministre de latif ne merite pas un article

Nouveau commentaire :
Twitter








Plateforme d’information et d’intéraction a temps réel
Optimisé pour être vu en 1024x768 I.E. 6.0 ou plus récent

Info sur Xibar.net | Conditions d'utilisation | Données personnelles | Publicité | Aide / Contacts |
Copyright © 2007 Xibar multimedia Tous droits réservés