Référence multimedia du sénégal
.
Google

LAGUNE DE SOMONE: Deux millions et demi de recettes en 13 jours

Article Lu 113497 fois

La lagune de Somone est une merveille de la nature. Les populations des villages riverains de cet estuaire ont pris conscience qu’il s’agit là d’un produit touristique à vendre et dont elles doivent profiter. Aussi, un comité de gestion a-t-il été mis sur pied. Et depuis le 1er juillet, l’accès à cette lagune tellement fréquentée est payant. Résultat : en moins de 15 jours les recettes ont atteint 2 millions et demi.



LAGUNE DE SOMONE: Deux millions et demi de recettes en 13 jours
La réserve naturelle d’intérêt communautaire qui regroupe les villages de Somone, Guéréo, Thiafoura et Soro khossap date de 1999 suite à une délibération de la communauté rurale de Sindia. Mais pendant 7 ans la gestion de cette réserve ne permettait pas aux populations d’en profiter. Désormais ; l’ accès à cette lagune est payant et une partie des recettes ira directement aux populations. 40 % seront réservés au fonctionnement et à l’aménagement du site, 10 % aux jeunes volontaires, 20 % aux groupements féminins, actrices principales du repiquage de la mangrove, 10 % à la réserve et le même pourcentage ira à la communauté rurale.
L’auteur de cette initiative est le Lieutenant Colonel Mor Samb, conservateur de la réserve naturelle depuis un an, après des années passées à Niokolo Koba. « Entre le 1er et le 13 Juillet, nous avons fait une recette de deux millions 407 mille francs. Notre mission, au niveau de la Direction des parcs nationaux, c’est la conservation de la biodiversité, le respect de l’intégrité de la réserve, la création d’activités génératrices de revenus, le développement de l’écotourisme. », a déclaré le Lieutenant Colonel Mor Samb. La réserve naturelle de Somone, d’une superficie de 700 ha, est une merveille de la nature, un écosystème d’exception avec la beauté de ses eaux claires serpentantes entre les bancs de sable au gré des marées.
Tout au long de l’année, de nombreuses espèces d’oiseaux fréquentent la lagune, pélicans, aigrettes, flamants roses, aux cris berçants, un monde féerique de beauté, de fraîcheur, de musicalité. Pour en arriver là, il a fallu batailler ferme par le reboisement des palétuviers mené par les femmes des villages environnants. « Nous avons restauré la mangrove. Nous adhérons à ce projet de la préservation de la réserve. C’est un nommé Abdoulaye Diop qui nous a formées dans le repiquage de la mangrove. L’année dernière, nous avons commencé à travailler avec Mor Samb que nous remercions pour son engagement et son dynamisme pour le développement de notre localité.
Nous souhaitons que cette idée fasse tâche d’huile dans d’autres localités. », a déclaré Aby Ndoye de Guéréo, l’une des trois Amazones de la réserve avec Fatou Seck de Thiafoura et Nafi Ndione de Soro Khossap. « Les populations ont adhéré à ce projet qui va contribuer au développement de Somone et environs. Entre Dakar et Joal, il y avait beaucoup de lagunes, mais elles ont toutes disparu à l’exception de celle de Somone. Il faut que les populations puissent en profiter », se réjouit Elhadji Sadji de l’Alliance pour le développement de la Somone.
Il reste que la sensibilisation doit continuer afin que les populations puissent comprendre les enjeux. Par ailleurs, il importe de lever certaines contraintes, l’ensablement de la lagune, l’insuffisance des crédits alloués, les moyens de surveillance limitée, l’exploitation illicite des espèces végétales et halieutiques, la divagation des animaux, la spéculation foncière avec comme conséquence une occupation anarchique. « La réserve naturelle de Somone est un site d’ancrage par rapport au programme de la Gestion intégrée des ressources marines et côtières. Nous apportons notre soutien financier et technique aux conservateurs quand, en rapport aux populations, ils nous expriment les besoins.
C’est un programme intégré entre les Ministères de l’environnement et celui de l’économie maritime qui a eu un démarrage passif mais qui a accéléré sa cadence », a pour sa part déclaré Youssoupha Mbengue, le chargé de la communication de la GIRMAC. San, le génie protecteur de la Somone va certainement appuyer cette initiative. En 1999 avec la création de la réserve, des offrandes avaient été faites, un repas servi avec fourchettes et couteaux au génie parce que tout simplement San(Jean) est un Blanc.

Aboubackry KANE ( Correspondant à Mbour)
Source: Le Matin

Article Lu 113497 fois

Lundi 16 Juillet 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State