Référence multimedia du sénégal
.
Google

LA MODE A TOUT PRIX: Tour d’horizon des tendances dakaroises

Article Lu 12294 fois

Les vacances d’été sont le signal de départ pour sortir sa nouvelle garde-robe. La mode féminine prend plus de couleurs mais aussi devient plus courte et plus moulante. Aida fait un tour d’horizon des tendances dakaroises



LA MODE A TOUT PRIX: Tour d’horizon des tendances dakaroises
Les vacances ont commencé pour les jeunes élèves et étudiants. Pendant trois mois, on va vibrer au rythme de la saison chaude communément appelée été. C’est la période des soirées discothèques, des baignades dans la mer et qui également rime avec mode. Ainsi, apparaissent de nouvelles couleurs, de nouvelles lignes de vêtements et de maillots de bain. Un tour au marché Sandaga (marché central de Dakar) permet de constater que les sénégalaises sont de véritables adeptes de la mode. Au premier abord, Sandaga impressionne celui qui n’y a jamais mis les pieds. Une foule grouillante composée de marchands ambulants, de vendeuses de lingerie traditionnelle, de chaussures, de clients, vous accueille à votre arrivée. Les vendeurs se précipitent aussitôt vers vous, des body et tee-shirts en main. C’est à peine s’ils ne vous agressent pas pour vous faire acheter leurs articles qu’ils écoulent à des prix relativement bas, 1000 Francs Cfa (1,50 euros) l’unité. Au fur et à mesure que vous avancez à l’intérieur du marché, où se trouve la quasi-totalité des cantines en zinc, les vendeurs semblent être de plus en plus excités. Les moins tolérants risquent de s’énerver rapidement parce que les gérants de ces cantines en zinc vous prennent inopinément la main pour vous mener dans leurs boutiques. C’est généralement l’occasion de scènes de disputes entre clients et vendeurs.

A Sandaga, le contraste est frappant entre les cantines en zinc et les luxueuses boutiques des différents centres commerciaux que compte le marché. Dans une de ses magnifiques boutiques du centre commercial Touba Sandaga, la discussion est âpre entre le gérant et une cliente sur le prix d’un body mauve pailleté. Le prix se situe entre 15 000 Francs Cfa (22 euros) et 20 000 Francs Cfa (30 euros). La cliente ne veut décidément pas passer à côté de ce petit "top" super tendance. Après un long marchandage, la jeune femme décide de laisser tomber étant donné que le vendeur refuse de descendre de la barre des 15 000 Francs Cfa : « Je peux pas vendre cet article à moins de 15 000 Francs. Le mauve se vend très bien ces temps-ci. Si elle n'est pas intéressée, une autre cliente l’achètera volontiers », explique le gérant. Effectivement quelques instants plus tard, une marocaine l’achètera au prix de 20 000 Francs Cfa.

Les couleurs de cet été sont principalement le jaune, le rouge, le mauve, le vert. Elles colorent la majeure partie des artères de Sandaga et se vendent très chers. Les pantalons "pantouflés", les ensembles mini-jupes avec bas, les sous fesses, les pantalons bas cigarettes et tailles hautes font également partie de l’arsenal de la mode estivale qui fait le décor de Sandaga et qu’il ne faut pas manquer d’avoir dans sa garde robe pour ne pas être "old fashion".

La plupart des articles à la mode ne sont pas du tout difficile à dénicher dans le marché. On retrouve les mêmes choses dans pratiquement toutes les boutiques de Sandaga, de telle sorte que les mêmes articles deviennent souvent trop répandus. Pour Gnagna, il est impératif d’être branchée, c’est pourquoi elle ne lésine sur les moyens juste pour être super tendance mais, elle n’aime pas les nouvelles couleurs de l’été qu’elle juge trop voyantes : « Je suis du genre discrète, c’est pourquoi je déteste les couleurs jaune et rouge qui sont trop tapageuses à mon goût. » Y. G. pense par contre que les sénégalais sont de véritables complexés : « nous copions tout de l’extérieur, les sénégalais sont trop complexés. Dès que de nouvelles couleurs ou une nouvelle ligne de vêtements sortent en Europe ou aux USA, en moins de 24heures, nous avons fini de tout copier sans jamais rien remettre en question. C’est de l’aliénation pure et simple », s’écrie-t’elle avant d’ajouter qu’elle préfère les habits traditionnels plus coquets et infiniment plus décents.

Au Sénégal, les heurts entre générations sont fréquents en ce qui concerne l’habillement des jeunes jugé trop provocateur. Les chanteuses Coumba Gawlo et Viviane, coqueluches de la jeunesse dakaroise, ont eues leur dose de critiques en raison de leurs tenues super-sexy. Il n’est pas rare d’entendre des commentaires venant de personnes âgées : « Comment voulez qu’il n’y ait pas de viols ? Les jeunes filles sont presque nues. C´est de l’agression visuelle et une façon d’inciter les pervers à faire des coups tordus » ai-je déjà entendu dire l’une d’entre-elle visiblement décontenancée par la mode actuelle.

Toujours est-il que les jeunes filles veulent à tout prix être au diapason de la mode internationale quitte à subir les foudres des vieux qui ne cessent de se plaindre.

Ndeye Aida Dia

Source: Dakarblog.info

Article Lu 12294 fois

Vendredi 8 Août 2008





1.Posté par loks le 08/08/2008 15:18
soyez plus decents cheres soeurs

2.Posté par diop le 08/08/2008 18:17
qu'est ce que ça veut dire vacances d'ètè?non vraiment wade a bien raison de dire que les journalistes n'ont aucun niveau....primo tu te repete vacances et ètè. secondo c'est une faute grave et impardonable de parler d'ètè en afrique...on recopit beaucoup l'europe mais cela est impossible puisque il s'agit d'une saison qui n'exciste pas encore au senegal.....quelle soit soif interarissable de l'europe....c'est honteux..

3.Posté par wi le 08/08/2008 19:22
Si on as envie faire tout nue pourquoi pas, on s en merde les gens qui critique. le monde avance ! fechier waay

4.Posté par zinconnue le 09/08/2008 01:04
Les articles de dakarblog.info sont faits par des étudiants.

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State