Référence multimedia du sénégal
.
Google


hh



LA DISQUALIFICATION DES FAITS SAUVE FAMA GADIO : Elle avait accouché dans le garage avant de déposer son enfant dans une fosse septique



LA DISQUALIFICATION DES FAITS SAUVE FAMA GADIO : Elle avait accouché dans le garage avant de déposer son enfant dans une fosse septique

Etant la dernière accusée de la troisième session de la Cour d’assises de Dakar à être jugée pour infanticide, Fama Gadio a échappé de plus belle à la condamnation de 10 ans de travaux forcés, requise par l'avocat général. Au terme de son procès, la Cour a disqualifié le crime d’infanticide en violation de la loi sur l’inhumation, ce qui fait qu’elle a pris six mois avec sursis. Issue d’une famille Toucouleur, la dame de trente ans avait, après son divorce, contracté une grossesse à la suite de rapports sexuels avec son amant, un certain Senghor. Ce dernier, locataire dans la même maison que l’accusée, avait par la suite quitté la capitale pour aller s’installer à Matam. Ne voulant pas être la risée de son entourage, elle avait caché sa grossesse et n’a jamais fait de visites prénatales. Ayant senti des douleurs le 25 décembre 2010, elle avait senti l’heure de la délivrance, vers les coups de 19 heures. Étant seule dans la maison, elle avait accouché sans assistance d’un bébé de
sexe masculin avant de le jeter dans une fosse septique. En effet, ce ne fut que le lendemain, que son oncle Abdou Aziz Gaye a découvert le corps sans vie de l’enfant. Ayant informé sur le champ le commissariat de police des Parcelles Assainies, les limiers se sont déplacés sur les lieux pour découvrir le corps sans vie d’un enfant de sexe masculin tout nu en état de décomposition. Face aux enquêteurs, Fama n'a pas hésité à reconnaître les faits. Elle a déclaré avoir accouché en position debout, d’un enfant de sexe masculin qui a crié à la naissance et ne voulant pas éveiller les soupçons des membres de sa famille, elle a étranglé le nouveau-né jusqu’à ce que la mort s’en suive, pour ensuite le déposer tout nu dans la fosse sceptique. L’aveu étant la reine des preuves, elle sera ainsi placée sous mandat de dépôt le 6 janvier 2010. Devant le magistrat instructeur, F. Gadio soutient avoir accouché au bout de cinq mois et que l’enfant était par conséquent mort-né. Elle nie avoir mis l’enfant sur la dalle de fosse et non à l’intérieur. Après avoir souligné que le procès verbal de la police ne traduit pas fidèlement ses propos, elle a soutenu, hier, à la barre de la Cour d’assises avoir accouché dans la chambre. Aussi, elle explique qu’au moment de l’accouchement, elle avait une crise d’asthme. Il faut signaler que lors de son réquisitoire l’avocat général avait requis à l’encontre de Fama Gadio dix ans de travaux forcés.

L’état mental de l’accusée au centre des débats
Me Fatou Sarr qui assurait sa défense demeure convaincue que sa cliente présente des carences mentales. Ce qui fait quelle a plaidé l’acquittement pure et simple. L’avocate s’est servie d’un rapport médical sur l’état de santé de sa cliente, délivré par l’hôpital psychiatrique de Thiaroye. Un document qui atteste de la démence de Fama Gadio. Ce qui a poussé Me Sarr a parlé de déni de grossesse. Il faut à ce titre préciser qu'à la barre, l'accusée en question a beaucoup varié dans ses déclarations, allant même jusqu'à servir des incohérences. D'ailleurs, au sortir du procès, les membres de sa famille, accrochés dans le hall du tribunal ont confirmé qu'elle ne jouissait pas de toutes ses facultés mentales. Quoi qu'il en soit, la Cour n'a pas tenu compte de son éventuel état de démence, lors de son délibéré, même si, finalement, de larges circonstances atténuantes lui ont été accordées.

Awa DABO
source le populaire

Vendredi 21 Décembre 2012



Nouveau commentaire :
Twitter








Plateforme d’information et d’intéraction a temps réel
Optimisé pour être vu en 1024x768 I.E. 6.0 ou plus récent

Info sur Xibar.net | Conditions d'utilisation | Données personnelles | Publicité | Aide / Contacts |
Copyright © 2007 Xibar multimedia Tous droits réservés