Référence multimedia du sénégal
.
Google

L’avocate Jacqueline Moudeina accuse: « Le Sénégal bloque le procès de Hissène Habré »

Article Lu 1537 fois

Jacqueline Moudeina, avocate, s’inquiète des retards pris dans la procédure contre l’ex-président du Tchad, poursuivi pour crimes contre l’humanité.



L’avocate Jacqueline Moudeina accuse: « Le Sénégal bloque le procès de Hissène Habré »
Le procès de Hissène Habré attendra et ses victimes aussi. Le Sénégal, où vit paisiblement dans une somptueuse villa l’ex-président du Tchad, devait organiser, « au nom de l’Afrique », le procès du dictateur au pouvoir à N’Djaména de 1982 à 1990 à la demande de l’Union africaine (UA). Mais le dernier sommet de l’UA, qui vient de s’achever à Accra (Ghana), s’est bien gardé d’aborder cette question qui fâche, et Dakar continue à tout faire pour ne pas juger son hôte. Selon Human Rights Watch, « il est évident que Hissène Habré, accusé par la commission d’enquête du Tchad d’avoir vidé les caisses du Trésor public avant de fuir [environ 7 millions d’euros, ndlr], possède de solides et puissants supporteurs au Sénégal ayant tenté d’influencer le cours de la justice ». Hissène Habré a été inculpé en 2000 par la justice belge, au titre de la compétence universelle, de crimes contre l’humanité, crimes de guerre et d’actes de torture, à la suite d’une plainte déposée par d’anciennes victimes résidant en Belgique. Human Rights Watch estime que 40 000 personnes ont été tuées ou ont subi des tortures systématiques pendant qu’il était au pouvoir. Dakar a refusé d’extrader Habré devant des juges occidentaux, promettant d’organiser un procès sur son territoire. De passage à Paris, Jacqueline Moudeina, avocate et présidente de l’Association tchadienne pour la promotion et la défense des droits de l’homme (ATPDH), qui a été victime d’une tentative d’assassinat au Tchad en 2001, s’inquiète du retard pris par les autorités sénégalaises. Pourquoi la mise en place du tribunal prend-elle autant de temps ? Tout simplement parce que le Sénégal bloque la procédure. En acceptant que Hissène Habré soit jugé sur son sol comme l’avait demandé l’UA [le 2 juillet 2006 au sommet de Banjul, ndlr], qui ne veut pas que l’ancien dictateur soit jugé par des « blancs », le Sénégal aurait dû tout faire pour que le procès commence au plus vite. La justice sénégalaise, qui déjà en 2000 s’était déclarée incapable de juger l’accusé de crime de guerre, de crime contre l’humanité et d’actes de torture, a demandé une aide de 66 millions d’euros à l’Union africaine et à la communauté internationale pour la construction d’un nouveau palais de justice et pour payer les honoraires des 15 juges sénégalais. Ce qui est une somme absurde. De plus, la législation sénégalaise doit être révisée et le corps judiciaire sénégalais formé pour être en mesure de juger Hissène Habré sur la base du droit humanitaire international, qui n’est pas connu des magistrats. Le temps est notre pire ennemi. Plus il ­pas­se, plus la capacité des victimes à témoigner est amoindrie. Psychologiquement et physiquement, elles ont subi de très lourds traumatismes qui altèrent leur lucidité au fil des ans. D’autres, trop affaiblies, vont probablement mourir. Quel est le rôle de l’UA au sein du tribunal ? L’UA doit réaffirmer son soutien au Sénégal et financer le tribunal. Ce 9e sommet était symbolique, car, un an jour pour jour, l’UA donnait au Sénégal la mission de faire juger « au nom de l’Afrique » le criminel Habré. Or le dossier n’était pas à l’ordre du jour, et l’UA nous a refusé la demande d’envoi d’un émissaire spécial pour le dossier Hissène Habré. Le président actuel du Tchad, Idriss Déby, soutient-il votre démarche ? En tout cas, il nous soutient publiquement. Il avait invité en 2002 le juge d’instruction belge Daniel Fransen, qui à l’époque était chargé de l’affaire Habré. Fransen avait pu interroger au Tchad des victimes, des témoins, mais aussi des anciens membres de la Direction de la documentation et de la sécurité, la DDS, qui emprisonnait, torturait et tuait les opposants. Le président Déby a même affirmé qu’il était prêt à affréter un avion pour que les victimes tchadiennes puissent se rendre au procès au Sénégal. La réconciliation entre les bourreaux et les victimes de Hissène Habré est-elle possible ? Seulement si justice est rendue. Les victimes sont sans cesse humiliées par les bourreaux qui ont été réintégrés au sein de l’administration tchadienne. Quel regard ces « bourreaux » portent-ils sur vous ? En tant que Tchadienne, le fait que je sois à la tête d’une association nationale de défense des droits de l’homme les agace profondément. J’ai d’ail­leurs été la cible d’un policier en 2001 lors d’une marche en faveur des victimes de Habré. Cet ancien bourreau, contre qui ATPDH avait lancé une poursuite judiciaire au Tchad, m’avait tiré dessus. Même si les bourreaux continuent de me menacer, je ne laisserai pas tomber. Nous voulons que Hissène Habré soit jugé au plus vite, que ce soit au Sénégal ou par un tribunal interna­tional. Par Raja Khelifi

Source: Nettali

Article Lu 1537 fois

Lundi 9 Juillet 2007


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State