Référence multimedia du sénégal
.
Google

L'athlète Sénégalais suspendu pour dopage: Ndiss Kaba Badji raconte ses ‘'deux années de galère''

Article Lu 1782 fois

Suspendu deux ans par la Fédération internationale des associations d'athlétisme (Iaaf) pour dopage, Ndiss Kaba Badji a confié à l'envoyé spécial de l'Aps avoir "beaucoup appris pendant ces deux années de galère''.



L'athlète Sénégalais suspendu pour dopage: Ndiss Kaba Badji raconte ses ‘'deux années de galère''
"Il y avait beaucoup de choses qui m'échappaient. Je suis arrivé à les maîtriser après mes deux années de suspension'', a expliqué le spécialiste des sauts horizontaux (triple saut et longueur) attendu sur le sautoir des Championnats du monde à Osaka, mercredi. Évoquant la nécessité de "pouvoir compter sur sa seule personne en cas de coup dur'', Badji ajoute : "je croyais naïvement que tous ces gens qui grenouillaient autour de moi étaient des proches mais il a fallu la sanction de l'Iaaf pour que le cercle se vide autour de moi, à l'exception de mes parents les plus proches''.
L'athlète rappelle avoir été dopé à son insu par son entraîneur d'alors, le Russe Victor Kuzine qui officiait au Centre international d'athlétisme de Dakar (Ciad) et avance qu'il gardera toujours en travers de sa gorge cette sanction. "Elle était d'autant plus difficile à accepter que je suis innocent. Je ne suis pas tricheur et voilà qu'on me désigne du doigt avec ce que cela peut signifier dans la vie de tous les jours pour mes parents, ma famille et ma propre personne'', a-t-il ajouté avant d'insister : "j'ai été sanctionné pour une faute que je n'avais pas commise''. "J'ai compris que la vie n'était pas aussi simple que je l'imaginais, que ce n'était pas seulement les méchants qui étaient punis'', a-t-il relevé ajoutant que sa famille était là et croyait à son innocence.
"C'était très important pour moi dans la perspective de revenir sur les sautoirs''. Ndiss Kaba Badji ajoute : "si j'avais des doutes, j'ai compris pendant ma suspension que rien n'était plus important que la famille dans la vie. Il a fallu que je sois suspendu pour que je le comprenne encore mieux''. L'autre "grande leçon'' de vie de l'ancien sociétaire du Dakar université club (Duc), "c'est de ne pas donner sa confiance à 100 % à quelqu'un''.
"Même si je suis convaincu que Kuzine ne m'a jamais voulu du mal, il reste qu'aujourd'hui, il me serait difficile de donner toute ma confiance à quelqu'un, fut-il mon entraîneur'', a-t-il reconnu rappelant qu'il fait du bon travail avec son nouveau coach. "Le Cubain Bernado Centeles qui travaille au Ciad et m'entraîne depuis janvier. Il m'apporte beaucoup surtout les trucs et les astuces pour progresser'', a-t-il expliqué. "Il m'apporte beaucoup et j'arrive à concilier les techniques russe et cubaine qui font partie des meilleures écoles de saut'', a expliqué l'athlète, âgé de 24 ans, qui s'est inscrit dans un Institut de formation où il suit des cours de marketing.

(Aps)
Source: Le Matin

Article Lu 1782 fois

Mercredi 29 Août 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State