Référence multimedia du sénégal
.
Google

L'Union africaine condamne le coup d'Etat au Niger

Article Lu 11106 fois

Par RFI :Vendredi 19 février, le président de la commission de l'Union Africaine (UA), Jean Ping, a « condamné la prise du pouvoir par la force au Niger ». La situation semblait calme dans tout le pays, au lendemain du coup d’Etat qui a mis fin à la présidence de Mamadou Tandja. Les mutins ont annoncé la suspension de la Constitution et la dissolution de toutes les institutions du Niger.Elles sont remplacées par un « Conseil suprême pour la restauration de la démocratie » (CSDR) dirigé par le chef d'escadron Salou Djibo.



L'Union africaine condamne le coup d'Etat au Niger
L'atmosphère à Niamey était calme ce vendredi matin. Les militaires ont levé certains barrages pour libérer la circulation. La situation est quasi normale en ville avec une partie des fonctionnaires se rendant au travail, les taxis circulent, les boutiques ont commencé à rouvrir.

Dans le centre du pays, il y a eu des manifestations de joie hier soir. Certains habitants, en voiture ou à moto, ont klaxonné à l'annonce du coup d'Etat. Ce matin, la situation est normale, les élèves vont à l'école par exemple. A Agadez, dans le nord, des ateliers et commerces ont commencé à ouvrir. Les transports publics et commerciaux fonctionnent, même vers Niamey.

Dans la capitale nigérienne, devant les casernes, les soldats de garde la nuit dernière sont remplacés par de nouvelles équipes. Par contre, des barrages militaires bloquent l'accès à la zone du palais présidentiel. Devant le bâtiment, des hommes armés montent la garde, il y a également des véhicules blindés. Selon un témoin, un orgue de Staline a été déployé, il s’agit d’un camion capable d'envoyer des roquettes en rafale. Selon une source, les soldats seraient désormais équipés d'armes toutes neuves, notamment des AK 47.

Devant la gendarmerie et devant la garde républicaine, qui se situe dans le même secteur, il y a un dispositif de sécurité également, avec une douzaine de soldats en faction, et des 4x4 équipés d'automitrailleuses.

Plusieurs points névralgiques de la ville sont sous haute surveillance. Il y a une forte présence militaire sur la route de l'aéroport, dans l'est de la ville, plus précisément à la compagnie d'appui, dans l'enceinte du commandement de la zone de défense numéro un. « C'est le siège du colonel Djibrilla Hima, dit Pelé, l'un des leaders putschistes. Beaucoup de soldats montent la garde et ont installé des barrages. Ils refoulent les piétons et les véhicules ».

Quelle est la situation du président déchu Mamadou Tandja ?

Selon une source proche des mutins, il serait en bonne santé et bien traité. Il aurait reçu la visite de son médecin. On ne sait toujours pas exactement où il est détenu. On a joint ce matin des proches du chef d'Etat. Ils n'ont pas de nouvelles de lui depuis son arrestation. Ils ont simplement affirmé que les mutins avaient évacué le personnel de la présidence hier soir.

Lors du putsch, les ministres se réunissaient en Conseil au palais présidentiel. Ils ont été enfermés dans une salle du Conseil national de la Communication. Dans la soirée, ils ont été déplacés, peut-être dans une caserne, en tout cas leurs téléphones portables leur ont été confisqués. Deux d'entre eux visiblement manquent à l'appel, les ministres des Sports et de la Culture, qui assistaient au 31e championnat de lutte traditionnelle, à Zinder, dans le Centre du pays.

Ce matin, la radio nationale a diffusé deux nouveaux communiqués, lus par le chef d'escadron Salou Djibo, le président du nouveau Conseil suprême pour la restauration de la démocratie (CSDR), l'organe créé par les putschistes à la tête du pays. Il a déclaré que suite à la dissolution du gouvernement, les affaires courantes étaient désormais gérées par les secrétaires généraux des ministères. Même chose en ce qui concerne les gouverneurs du pays, ils sont remplacés par leurs secrétaires généraux. Il a également appelé la population à vaquer à ses occupations.

Source Lematinedelafrique.com

Article Lu 11106 fois

Samedi 20 Février 2010





1.Posté par Text Cache le 20/02/2010 18:50
Xibar, l'mage publicitaire cache une ligne de texte que l'on ne peut pas lire.

2.Posté par Dr FAlilou SENGHOR le 20/02/2010 23:05

Les wolofs disent que :

" tombey moy indï ay gaff " = " lorsque la même personne est souvent impliquée dans des affaires d'infortune cela procède de la poisse " au Niger, il fallait s'y attendre depuis qu'un certain Wade Yondiar qui ne sait régler aucun problème au sénégal a voulu être médiateur au Niger .

En tout état de cause, Wade n'aura pas porté bonheur à son alter ego, cet imbécile de Tandja.....

Le futur homme fort du niger aura intérêt à fermer ses tympans et sa porte à Wade le pernicieux.... ( le cas Dadis Camara est frais dans nos mémoires).


3.Posté par fifi le 21/02/2010 02:49
l´union africaine se fiche des gens. pourquoi elle ne condamne pas la violation constitutionnelle . sooooooof

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State