Référence multimedia du sénégal
.
Google

L'INFIRMITE MOTRICE CEREBRALE: La maladie n'est pas liée à la sorcellerie

Article Lu 11799 fois

Déclarée première cause de han­dicap moteur chez l'enfant, l'Infirmité motrice cérébrale (Imc) a été choisie par le Groupe de recher­che et d'appui aux initiatives mutua­listes (Graim) (une association basée à Thiès travaillant dans des secteurs variés comme la santé, l'éducation, la communication sociale, l'écono­mie, la décentralisation et la coopéra­tion), pour animer une conférence à l'occasion de la journée internatio­nale des personnes handicapées. Cette maladie, qui se manifeste dès la naissance par une malformation ou des troubles moteurs, est souvent assimilée à une malédiction dans la conception populaire. Autrement dit, les enfants atteints d'Infirmité mo­trice cérébrale sont perçus comme des victimes de sorcellerie ou de mauvais sort jeté à leurs mères du­rant la grossesse. De ce fait, ils sont souvent rejetés par tous y compris leurs parents acculés par la médi­sance du voisinage.



Déclarée première cause de han­dicap moteur chez l'enfant, l'Infirmité motrice cérébrale (Imc) a été choisie par le Groupe de recher­che et d'appui aux initiatives mutua­listes (Graim) (une association basée à Thiès travaillant dans des secteurs variés comme la santé, l'éducation, la communication sociale, l'écono­mie, la décentralisation et la coopéra­tion), pour animer une conférence à l'occasion de la journée internatio­nale des personnes handicapées. Cette maladie, qui se manifeste dès la naissance par une malformation ou des troubles moteurs, est souvent assimilée à une malédiction dans la conception populaire. Autrement dit, les enfants atteints d'Infirmité mo­trice cérébrale sont perçus comme des victimes de sorcellerie ou de mauvais sort jeté à leurs mères du­rant la grossesse. De ce fait, ils sont souvent rejetés par tous y compris leurs parents acculés par la médi­sance du voisinage.

Et c'est dans le but de faire connaître ses causes réelles à la population que le Graim a organisé une conférence publique suivie d'une visite du foyer d'accueil et de réédu­cation des enfants atteints d'Imc sis à Thiès. C'était l'occasion pour les conférenciers les docteurs Magatte Ndaw (médecin-chef, chirurgien orthopédique à l'hôpital régional de Thiès), Habibou Ndiaye, (médecin­ chef du district sanitaire de Thiès) et Mme Anne Marie Mortier (formatrice dans la rééducation des enfants avec une Imc à Dakar et Thiès) de mieux expliquer aux parents l'origine de la maladie. «L'Infirmité Motrice Céré­brale : une maladie naturelle et non une malédiction» a été le thème large­ment développé par ces spécialistes pour démontrer au public que rien de tout cc que l'on avance sur ces patients n'est exact. Selon eux, «il s'agit d'une maladie comme toutes les autres qui nécessite un suivi et une bonne rééducation.»

Aussi, le coordonnateur du Graim, André Demba Wade, déplore le déficit de communication sur ce handicap du fait que le personnel médical et paramédical n'ont pas une bonne connaissance de la maladie. À leur niveau, «ils ne sont pas capables de renseigner les décideurs qui se trou­vent dans les collectivités locales ou les services de l'Etat pour une insertion dans les programmes d'appuis aux handicapés.»

«Dans les statistiques, sur 1.000 enfants au moins deux sont atteints de la maladie ou même plus. Ce qui fait qu'il nécessite de faire quelque chose pour leur prise en charge.» Seulement pour ce traitement pluridisciplinaire, à en croire le docteur Ndaw, ces der­niers auront besoin d'une prise en charge de plusieurs types de spéciali­tés médicales notamment un neuro­chirurgien, un pédiatre, un kinésithé­rapeute. Pour le moment, souligne-t­-il, seuls des traitements palliatifs sont possibles. Et ces derniers permet­tront d'alléger un peu le durcisse­ment des membres atteints. «Ce sont certes des soins chers, mais à force de persévérer on arrivera à un résultat positif pour la prise en charge. Aussi, il faudra que chacun apporte sa pierre à l'édifice», invite-t-il.

Sur le même registre, Magatte Ndaw annonce que le Graim ambi­tionne de former des relais commu­nautaires et élargir ainsi la prise en charge de 70 enfants en renforçant deux axes de sa stratégie globale que sont l'information préventive par une sensibilisation de la communauté sur l'Imc et l'approche participative de la rééducation précoce des enfants handicapés par une utilisation de techniques simples avec des moyens financiers limités dans les familles.

Ramatoulaye Sarr
Source Walf Grand Place

Article Lu 11799 fois

Samedi 5 Décembre 2009




Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 13:10 L’adultère est-il devenu une banalité ?

Mercredi 7 Décembre 2016 - 12:16 NDIGUEUL DU KHALIFE DES MOURIDES: 500F par personne

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State