Référence multimedia du sénégal
.
Google

L’IMAM DANS LA CITE : La rupture « made in » Guédiawaye ?

Article Lu 11150 fois

Jusqu’ici, les imams du Sénégal étaient peu enclins à porter les revendications des populations. Du moins ouvertement. La rupture va-t-il venir de Guédiawaye ?



L’IMAM DANS LA CITE : La rupture « made in » Guédiawaye ?
Avec ce qui se passe à Guédiawaye, peut-on parler de l’émergence d’un imam de type nouveau au Sénégal ? Si pour l’instant, rien ne permet de l’affirmer ouvertement, chez imam Sarr et ses amis, on est formel : la dynamique enclenchée est irréversible et les sénégalais doivent s’adapter à cette nouvelle réalité. « Il est indéniable que notre action va avoir un impact sur le comportement des religieux », reconnaît imam Sarr, devenu célèbre sans le vouloir. Toujours est-il qu’il reste serein et rappelle sans cesse le sens de leur combat. « Notre unique motivation est d’aider les populations très éprouvées, à faire face aux difficultés auxquelles elles sont confrontées ». A cette démarche citoyenne, s’ajoute le sacerdoce d’un imam qui doit toujours rechercher l’agrément de Dieu. « Le rôle de l’imam ne doit pas seulement se limiter dans les mosquées. Il est également dans ses prérogatives de prendre en charge les préoccupations de sa communauté », laisse entendre Imam Youssoupha Sarr qui milite aussi pour que le Sénégal en finisse avec des imams « qui ne sont là que pour se faire des privilèges ». Selon lui, l’imam ne doit pas être un éternel assisté. « Un imam qui n’est pas indépendant économiquement, ne peut s’acquitter correctement de sa mission », explique le porte-parole des imams de Guédiawaye.

Sur le rapport entre imam et pouvoir, il est assez clair. L’imam, argue t-il, doit s’efforcer d’être en phase avec le gouvernement mais il a surtout le devoir de toujours dire la vérité au gouvernement pour le bien des populations ». Selon Youssoupha Sarr, l’imam est un « directeur de conscience ». Et en tant que tel, il doit jouer son rôle « d’alerte », indispensable pour assurer la paix et la stabilité. Pourquoi l’électricité ? Imam Sarr souligne la transversalité de l’électricité qui, fournie à moindre coût, peut sensiblement influer sur les autres problèmes. « La fourniture permanente et suffisante de l’électricité joue un rôle transversal, indispensable dans l’économie nationale », explique l’imam qui indique également qu’il n’appartient pas aux imams de jouer le rôle des syndicats. « Ce n’est pas à nous de poser tous les problèmes. Nous ne devons pas nous mettre à la place des syndicats », explique imam Sarr qui se considère comme un allié naturel du gouvernement. « On ne peut pas être 40 ans au service de l’Etat et être contre ce même Etat », dit-il, notant que les actes posés par le collectif vont dans l’intérêt supérieur du Sénégal. « Nous avons mesuré toute notre responsabilité avant de mettre sur pied ce mouvement. En réalité, si ce collectif n’était pas né, la situation pouvait dégénérer dans cette banlieue où tous les ingrédients sont réunis pour déclencher la violence ». Et Youssoupha de rassurer l’Etat et la Senelec : « le mouvement n’exigera jamais quelques chose qui mettra la Senelec à genoux ».

Abdoulaye Diallo
Source Le Soleil

Article Lu 11150 fois

Mardi 21 Juillet 2009





1.Posté par Khady le 21/07/2009 10:05
en tout cas, ils sont courageux

2.Posté par M.KANDJI le 21/07/2009 10:46
Ce qui est clair,c'est que ces braves MESSIEURS ne sont pas et ne seront certainement pas comme ceux qui collectionnent des grosses bagnoles et qui s'habillent comme des princes avec peut être le collect de l'argent de leurs disciples qui n'arrivent même pas à faire une bonne GOANA, faute de terres occupées illégalemen par des ..............

3.Posté par MOLACK le 21/07/2009 16:54
Le Sénégal est un pays laïc où la réligion musulmane ne réflète pas sa position démographique. Le code de la famille de notre république est en déphasageavec l'Islam sur plusieurs points. Le premier combat que doit mener le peuple musulmans sénégalais est la correction de ces inperfections nuisibles à la pratique de notre réligion. Cependant l'adjoint-imam , pour ne pas dire le "naïm" est un show man car le rôle de l'Imam n'est rien d'autre que de rappeler les devoirs de tout un musulman, le comment un musulman doit faire pour être sur la voie que doit emprunter tout bon musulman.Maintenet si le peuple sénégalais aspire à êtregouverné par voie unique de l'Islam, il agira en nommant les imam comme se fut en Arabie Saoudite et dans certains pays du monde...

4.Posté par MOLACK le 21/07/2009 17:06
Le naïm Sarr est quelqu'un qui a servi pendant des décennies le ministère de l'Education nationale comme intendant, ne doit pas se permettre de faire crîre aux gens que le Sénégal n'a jamais eu d'imam, que l'imamât vient d'être découvert par les sénégalais par le biais de sa personne. Les sénégalais doivent savoir que l'Imam a pour role d'édifier à tout musulman le rôle qu'il doit jouer dans tout ce qu'il fait dans la vie, les syndicalistes doivent revendiquer, les politiciens doivent s'opposer pour le bien du peuple.Les Sénégalais ne responsabilisent pas les imams sinon, ils allaient au moins élire imam Mbaye Niang , maire de dakar wala

5.Posté par Dr FAlilou SENGHOR le 21/07/2009 20:42
Qu'allons nous faire pour rendre Karim moins puéril .

Peine perdue ..

Rakhass boppou golo , moy Yakkh sa saabou.

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State