Référence multimedia du sénégal
.
Google

L'HISTOIRE DE L'OCI: né le 25 Sept. 1969 suite à un incendie criminel de la Mosquée Al Aqsa de Jérusalem par un extrémiste australien...

Article Lu 11809 fois

Le Sénégal s’apprête à accueillir le 11ème sommet de l’Organisation de la conférence islamique pour la deuxième fois en l’espace de 17 ans. La rencontre regroupera 57 Etats ayant en commun l’appartenance au monde musulman et éparpillés sur quatre continents. Une conscience commune d’avoir un même idéal qui est né le 25 septembre 1969 à Rabat suite à un incendie criminel de la Mosquée Al Aqsa de Jérusalem par un extrémiste australien.



L'HISTOIRE DE L'OCI: né le 25 Sept. 1969 suite à un incendie criminel de la Mosquée Al Aqsa de Jérusalem par un extrémiste australien...
De nos jours, l’OcI est la deuxième plus grande organisation intergouvernementale après les Nations unies. Elle est la voix autorisée du monde musulman dont elle assure la sauvegarde et la protection des intérêts dans un esprit de promotion de la paix, de la stabilité et de l’entente entre les différents peuples du monde. C’est en 1970, un an après sa création, que la première réunion de l’histoire de la Conférence islamique des ministres des Affaires étrangères (Cimae) a été tenue à Djeddah en Arabie saoudite et a décidé de mettre sur pied un Secrétariat permanent qui y sera basé et dirigé par le Secrétaire général de l’organisation. Lors de la 3ème Cimae en 1972, la Charte fixant les objectifs et principes de l’Oci de même que les moyens fondamentaux de renforcer la solidarité et la coopération entre les Etats membres a été adoptée. Trente-huit ans après sa création, le nombre des membres de l’Oci est passé de 30 membres fondateurs à 57 Etats membres avec pour objectif majeur de mobiliser la Oummah pour défendre les défis qui tiennent à cœur plus de 2,5 milliards des musulmans éparpillés à travers le monde. Elle entretient des liens de concertations et de coopération avec l’Onu et d’autres organisations intergouvernementales, pour protéger les intérêts vitaux des musulmans et œuvrer pour le règlement des conflits dans lesquels des Etats islamiques se trouvent impliqués. Outre ses prises de position dans le conflit israélo-palestinien, l’Oci s’est illustrée en octobre 2006 avec le « Document de La Mecque », un appel lancé pour la fin des violences interconfessionnelles, la libération de tous les otages et la préservation de l’unité de l’Irak signé par des responsables irakiens chiites et sunnites. Par ailleurs, elle a beaucoup œuvré pour dissiper les préjugés sur l’Islam et a fortement milité en faveur de l’élimination de la discrimination sous toutes ces formes et manifestations en l’encontre des musulmans. Pour faire face aux multiples défis du 21ème siècle auxquels les Etats membres doivent faire face, la 3ème session extraordinaire du Sommet islamique de La Mecque, en décembre 2005, a élaboré un programme d’action décennal pour une action commune des Etats membres, une promotion de la tolérance et de la modération, la modernisation et la réforme dans tous les domaines d’activités y compris la science et la technologie, l’éducation, le renforcement du commerce. Un programme qui insiste aussi sur la Bonne gouvernance et la promotion des droits de l’Homme dans le monde musulman, particulièrement les droits de l’enfant, de la femme et des personnes âgées, ainsi que des valeurs familiales consacrées par l’Islam. Au sein de l’Oci, la Conférence des rois et des chefs d’Etat et de gouvernement, ou Conférence islamique au sommet, est l’instance suprême qui se réunit tous les trois ans pour définir la politique de l’organisation et élire le Président de l’organisation, qui assume ses fonctions jusqu’à la prochaine session.

Réduction de la pauvreté dans les pays membres La seconde instance est la Conférence islamique des ministres des Affaires étrangères (Cimae), qui se réunit annuellement pour faire le point de la mise en œuvre des décisions qu’elle a prises dans le cadre de la politique définie par le Sommet islamique. Le Secrétariat général est l’organe exécutif de l’organisation, chargé d’appliquer les décisions arrêtées par les instances de décisions précitées. Durant ses 38 ans d’existence, l’Organisation de la conférence islamique a tenu dix conférences au sommet et trente-quatre Conférences islamiques des ministres des Affaires étrangères (Cimae). Le dixième et dernier sommet a été tenu en Malaisie qui, de ce fait, assure la présidence en exercice de l’organisation. Depuis sa prise de fonction, elle a abrité ou participé activement à différentes réunions sous l’égide de l’organisation. Elle a notamment initié le Programme de renforcement des capacités pour la réduction de la pauvreté dans les Pays membres les moins avancés et à revenu faible. L’objectif de ce programme est d’aider à formuler des projets adéquats pour renforcer les capacités et développer des ressources humaines et des compétences de management institutionnel et organisationnel, ainsi que des infrastructures. Pour coordonner et impulser son action, unifier ses vues et ses politiques et inscrire à son actif des résultats tangibles dans les divers domaines de coopération, politique, économique, culturel, social, spirituel et scientifique entre les Etats membres, l’organisation a créé divers comités, presque tous au niveau ministériel. Parmi ceux ci le Comité d’Al-Qods, le Comité permanent pour l’Information et les affaires culturelles, le Comité permanent pour la coopération économique et commerciale et le Comité permanent pour la coopération scientifique et technologique, présidés par des chefs d’Etat. Avec le temps, les organes et institutions secondaires, qui concourent à la réalisation des objectifs de l’Oci se sont multipliés et diversifiés. Au nombre de vingt et un, ils ont des vocations spécifiques dans les domaines culturel, scientifique, économique, juridique, financier, sportif, technique, pédagogique, professionnel, médiatique, social et humanitaire. Ces comités sont classés, en organes subsidiaires, organes spécialisés et institutions affiliées, selon leur degré d’autonomie par rapport à l’organisation mère.

Pour mieux comprendre

En 1991, le Sénégal organisait pour la première fois la sixième édition du sommet de l’Organisation de la conférence islamique (Oci). Nous étions au tout début des années 90, dans la dernière décade du 20ème siècle. Le monde était en pleine mutation avec de nombreux bouleversements géopolitiques dont le plus marquant a été la chute du Mur de Berlin qui a entraîné l’implosion de l’Union soviétique. Cette nouvelle donne a eu des répercussions au sein de la Ummah islamique, ne serait-ce que parce que des millions de musulmans vivent dans les nouveaux Etats nés des flancs de l’ex-Urss. D’ailleurs, ces nations émergentes n’ont pas manqué de rejoindre la grande famille de l’Oci qui leur a grandement ouvert ses bras. Près de dix-sept ans plus tard, Dakar abrite le onzième sommet des pays ayant l’Islam en partage (pour reprendre une formule chère aux francophones) dans un autre contexte. En effet, depuis les attentats du 11 septembre 2001 et la destruction des tours jumelles du World Trade Center à New-York, le monde traverse une crise multiforme. L’Islam (dont se réclament les auteurs de ces attentats) subit des attaques de toutes sortes. Désormais, terrorisme rime avec islamisme, surtout dans le monde occidental où intellectuels et stratèges politiques tombent dans le piège de l’amalgame et des jugements hâtifs. En ce début de 21ème siècle, bon nombre de pays musulmans sont empêtrés dans des conflits et des guerres civiles horribles. Les populations d’Irak, du Liban, du Soudan, de la Palestine et de nombreux autres zones où vivent des musulmans sont quotidiennement victimes des bombes et des attentats. Parfois, « l’ennemi » vient de l’extérieur, mais souvent il est issu de l’intérieur même de ces pays. En fait, les causes de ces mésententes n’ont parfois rien à voir avec la religion musulmane, dont le soubassement est la Paix. Les dirigeants des pays de la Ummah, qui vont se réunir dans une dizaine de jours à Dakar, ont du pain sur la planche car les défis à relever sont multiformes. Dans un siècle marqué par un développement fulgurant des nouvelles technologies et par des mutations économiques multiformes, les Etats musulmans ont le devoir de s’unir, de s’entraider afin de faire face, ensemble, à ce challenge qui les interpelle. C’est pour aider ses lecteurs à comprendre les enjeux du sommet de l’Oci que « le Soleil » entame, à partir de ce numéro, la publication d’un Cahier quotidien sur le sommet. Pendant deux semaines, nous essayerons de vous familiariser avec cette organisation dont tout le monde parle actuellement, mais que peu de Sénégalais connaissent réellement. Nous interrogerons des spécialistes, déterreront les archives et ferons des reportages, enquêtes et analyses sur tous les sujets qui concernent la Ummah islamique. Comme en 1991, « le Soleil » sera au cœur du sommet, avant, pendant et après ce grand événement qu’abrite le Sénégal pour la deuxième fois.

Alassane DIAWARA

Source: Le Soleil

Article Lu 11809 fois

Lundi 3 Mars 2008





1.Posté par omzo le 03/03/2008 09:23
bonne chance et reussite inchala.

2.Posté par Kadialy le 03/03/2008 09:46
Bonne Chance oui, mais à condition que ce ne soit pas un tremplin pour l'accession de Karim Wade au pouvoir.

3.Posté par mamadou le 03/03/2008 11:53
c'est une trés bonne initiative. mais faut aussi parler des mesures gouvernementales prises et qui ne sont pas à l'avantage de la population. nous avons nous aussi besoin d'etre respecter quoi en quelque sorte. (referez vous à l'arrivé du president george bush à gorée)

4.Posté par babou le 03/03/2008 15:16
bonne reussite de cette rencoutre biannuelle pour l'honneur du senegal et du monde islamique.

5.Posté par kent le 03/03/2008 23:39
le cheval vert est en mouvement le malheur va s'abattre sur le senegal a cause de ces demons qui sont les dirigeants musulmants
c faux la population musulmane terroriste est 1.5 milliard non 2.5
les terrorites meutriers et mecroyants represent un quart de l'humanite

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State