Référence multimedia du sénégal
.
Google

L’Etat ne sait pas encore quoi faire des 200 millions de dollars de la SUDATEL

Article Lu 1423 fois

La pluralité dans la téléphonie fixe, le mobile, l’Internet et l’accès à l’international va débuter dans 6 mois. En remettant hier un chèque de 200 millions de dollars à Abdoulaye Diop, argentier de l’Etat, Emad H Ahmed, président-directeur général de Sudatel, a décliné les ambitions de son Groupe. Même si l’Etat ignore pour le moment l’usage qui sera fait de ce pactole, Sudatel ne compte pas jouer les seconds rôles.



L’Etat ne sait pas encore quoi faire des 200 millions de dollars de la SUDATEL
"La pluralité commence et la remise de chèque de 200 millions de dollars n’est que la première étape". Tel semble être le cri de guerre du groupe Sudatel, adjudicataire de l’appel à concurrence pour la nouvelle licence globale de télécommunications au Sénégal. La société soudanaise compte se battre pour asseoir pour prendre sa place dans le landernau des opérateurs de téléphonie du pays pour booster les investissements et le développement des télécoms au Sénégal.

Pour se faire, la société s’engage à faire "un important investissement au Sénégal qui générera plusieurs emplois à travers la fourniture de services de troisième génération, notamment la technologie CDMA via un réseau 3G de connectivité à base de fibre optique dans la téléphonie fixe, le mobile, l’Internet et l’accès à l’international", a soutenu Emad H. Ahmed, son président-directeur général. Poussant le bouchon plus loin, il estimera que "Sudatel, sur requête de l’Etat du Sénégal, ouvrira son capital au secteur privé national à hauteur de 15%" .

Aussi, la société, qui revendique une assise financière avec une trésorerie de 695 millions de dollars us et des revenus en forte augmentation, "prend des participations substantielles au capital de plusieurs sociétés aux activités connexes", a - t-il poursuivi. Et avec le démarrage de ses activités prévues dans six mois, les coûts des communications en vigueur seront d’abord appréciés et les tarifs entre ses abonnés pourraient être réduits de 40 % comme c’est le cas en Mauritanie. Cette option figure en bonne place dans la stratégie commerciale et marketing que compte déployer la société et "tous nos services seront fournis en même temps et de façon transparente et équitable", dira - t-il.

À sa suite, Abdoulaye Diop, ministre d’Etat, ministre de l’Economie et des finances estimera que l’arrivée de Sudatel entre dans le cadre "des investissements judicieux arrêtés par le gouvernement dans des projets identifiés pour booster la croissance économique d’ici 2011, comme le prévoit la stratégie de croissance accélérée". Dans cette optique, il citera pêle-mêle les 200 milliards de Dubai Port World, les 1100 milliards de Mittal, les 840 milliards du secteur de l’énergie, les 256 milliards de l’autoroute à péage… Aussi, "au-delà de l’aspect financier, le Président directeur général de Sudatel mérite d’être félicité pour avoir accepté de financer 200 millions de dollars, qui représentent 60 % de l’investissement direct étranger (IDE) 2006 du Sénégal", a-t-il soutenu.

L’Etat fait marche arrière dans la cession de ses parts à la Sonatel

L’usage qui sera fait des 200 millions reçus de Sudatel a préoccupé les journalistes présents à la cérémonie. Sur cette question, Sophie Gladima Siby, ministre des Postes, des Télécommunications et des NTIC estimera que son collègue Abdoulaye Diop "a fait un geste assez important en remettant le chèque à Ibrahima Sarr, le directeur général de la comptabilité publique et du trésor". Avant de poursuivre que "l’allocation de ces ressources se fera sous la direction du Président de la République, du Premier ministre et l’ensemble du gouvernement qui vont déterminer les priorités et donc décider de la destination de cet argent".Interpellée également sur la volonté exprimée par l’Etat de se séparer de ses parts dans le capital de la Société nationale des télécommunications (SONATEL), elle a soutenu que "pour le moment, l’Etat a sursis à la vente des parts au niveau de la Sonatel". Avant de poursuivre que "mais si d’aventure, ça arrivait, il appartiendrait aux hommes d’affaires sénégalais intéressés de prendre d’ores et déjà toutes les dispositions pour faire des propositions attractives à Sonatel ou à l’Etat pour l’achat de ces parts".

Source: Sud Quotidien

Article Lu 1423 fois

Vendredi 16 Novembre 2007





1.Posté par BOY NDOYE le 16/11/2007 12:00
CHERS AMIS INTERNAUTES REFLECHISSONS ENSEMBLE SUR LE SORT DE CET IMPORTANTE SOMME D'ARGENT QUI VIENT D'ENTRER DANS LES CAISSES DE L'ETAT : MOI EN TOUT CAS JE PENSE A TOUTES CES ENTREPRISES ET LEURS PERSONNELS QUI AGONISENT FAUTE DE NE PAS ETRE PAYE PAR L'ETAT POUR QUI ILS ONT ABATTU UN TRAVAIL SANS ETRE PAYE.

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State