Référence multimedia du sénégal
.
Google

L'ETAT MOBILISE 9 MILLIARDS POUR LES LACS ARTIFICIELS: Djibo Ka veut un bassin dans chaque communauté rurale

Article Lu 1509 fois

Venu présider au centre forestier de Thiès, hier mercredi, un atelier national sur la gestion des bassins et lacs artificiels, avec la participation de différents acteurs évoluant autour de ce secteur, le ministre de l'Environnement, Djibo Leïty Ka a révélé que 9 milliards de francs Cfa ont été mobilisés pour la construction de bassins dans toutes les communautés rurales du pays.



L'ETAT MOBILISE 9 MILLIARDS POUR LES LACS ARTIFICIELS: Djibo Ka veut un bassin dans chaque communauté rurale
«Chaque bassin vaut 200 millions et il nous en faut un dans chaque communauté rurale. Ce qui fera un total de 20 bassins», a expliqué, hier, le ministre de l'Environnement, de la Protection de la nature, des Bassins de rétention et des Lacs artificiels. Djibo Leïty Ka était venu présider au centre forestier de Thiès un atelier national sur la gestion des bassins et lacs artificiels. Selon lui, tout cet investissement est estimé à 9 milliards de francs Cfa. À en croire le ministre de l'Environnement, trois principales activités sont pratiquées dans ces différents sites. Il s'agit de l'élevage, de la pisciculture et particu­lièrement les cultures maraîchères.

Fort de ce constat, Djibo Ka reconnaît, en outre, que «l'on ne pourrait pas réaliser des bassins et les garder au plaisir, car ce sont des édi­fices coûteux.» Non sans rappeler que ce programme de bassins de réten­tion et autres lacs artificiels intéresse également tous les villages.

Les bassins de rétention, à l'en croire, permettent la recharge des nappes dans la lutte contre les inon­dations, le développement d'activités diversifiées génératrices de revenus de même que la restructuration des écosystèmes et l'amélioration de la biodiversité. Et de faire remarquer : «Plus de 187 bassins ont été construits avec des impacts sur l'économie locale et sur le tissu social dans les agglomé­rations abritant des ouvrages considé­rés comme de petits aménagements aux grands effets. La plupart de ces bassins servent aussi de rempart pour lutter; proteger les terres contre la sali­nité, les érosions et sont aussi des réservoirs pour l'abreuvement du cheptel ou le développement d'activi­tés telles que la pisciculture et l'agroforesterie.»

Au cours de l'atelier, les différents acteurs ont souligné quelques contraintes liées tant à l'insécurité qu'à l'ensablement des bassins entraînés par les eaux de pluies. Mais

le directeur des bassins, Mohamed Thiam a tenu à expliquer que «cet ensablement est un problème mon­dial. On les trouve dans tous les pays du monde.» Selon lui, la solution nécessiterait la mobilisation de gros moyens.

Ramatoulaye SARR
Source Walf Grand Place

Article Lu 1509 fois

Vendredi 2 Octobre 2009





1.Posté par deug le 02/10/2009 08:21
regarde ce traitre avec ses joux de fondé tu perireras en enfer dorram

2.Posté par sad le 02/10/2009 13:25
un bassin de retention a 200 millions, lolou cher na dé! vraiment ils sentent pas la crise ces arrivistes!

3.Posté par Snoopy le 02/10/2009 14:17
Pauvre con Sad c'est comme si tu connaissais le cout d'un bassin de retention, avant de chahuter il faut au moins comprendre les choses.

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State