Référence multimedia du sénégal
.
Google

L’Afp sur les « pitreries » de Karim le week-end dernier :« Là au moins le talent est incontestable"

Article Lu 11181 fois

Le supposé débat entre Karim Wade et Ousmane Tanor Dieng ne laisse pas indifférent l’Alliance des Forces de Progrès. Réunis Bureau Politique (Bp), Niasse et ses camarades estiment que la démesure et le ridicule sont deux ferments constants de la dictature, que viennent d’actualiser les pitreries du week-end dernier. Et là au moins l’Afp reconnaît en Karim Wade, « un talent incontestable ».



L’Afp sur les « pitreries » de Karim le week-end dernier :« Là au moins le talent est incontestable"
La gestion de l’Anoci continue toujours de susciter des réactions. Mais l’Afp est beaucoup plus amère quand des « pitreries » s’y ajoutent avec le défi lancé par Karim Wade à Ousmane Tanor Dieng pour un supposé débat télévisé. « Le genre de mascarade organisée le mardi 30 juin dernier à l’Assemblée Nationale captive, pour donner un grossier quitus à une longue série de forfaitures, confirme une vérité palpable dans les péripéties de l’histoire universelle : la démesure et le ridicule sont deux ferments constants de la dictature, que viennent d’actualiser les pitreries du week-end dernier ». Et là au moins, l’instance dirigeante de l’Afp reconnaît en Karim Wade, « un talent incontestable ». Toutefois, les progressistes se veulent catégorique : « Le peuple continue d’exiger le bilan contrôlé de l’ANOCI, par un audit indépendant qui fasse la lumière sur les 432 milliards déclarés ».


Concernant le Conseil Economique et Social, l’Afp indique que « le schéma institutionnel de notre pays, déjà dévoyé par Me Wade, souffre du non respect du principe de la séparation des pouvoirs et continue sa descente aux enfers, avec toute l’érosion de la démocratie qu’un tel cheminement implique ». A cet effet Niass et ses camarades sont d’avis que « la recréation et la composition du Conseil Economique et Social sont le reflet d’une approche sectaire qui se traduit par l’ostracisme à l’endroit de certaines associations et autres groupements représentatifs, ayant eu le tort de ne pas s’insérer dans le discours monolithique laudateur de l’Etat-PDS ». « Le règlement de comptes et la promotion d’une clientèle par le biais des Institutions de la République confirment l’incapacité de Me Wade et de son régime à se hisser à la hauteur des exigences d’une crise qu’ils ont eux-mêmes provoquée, même s’ils convoquent des facteurs exogènes postérieurs aux contre performances actuelles », indique le communiqué. Qui ajoute que « la réception tardive du nouveau Palais de justice, neuf ans après le 19 mars 2000, avec des malfaçons préjudiciables à la fonctionnalité de l’édifice, est un autre exemple du peu de respect que les tenants du pouvoir nourrissent à l’endroit d’une institution fondamentale dans les démocraties modernes ». Ces dérives institutionnelles se déroulent à en croire le Bp de l’Afp, « dans un contexte de morosité, où l’économie nationale subit les contrecoups de l’impéritie, avec la remise en cause des grands équilibres macro-économiques, et le ralentissement de l’activité qui se reflète dans les projections désastreuses d’un taux de croissance autour de 2% ».



Le Bp de l’Afp s’est aussi pencher sur la prochaine édition du Fesman, dont le président de la République vient de reconnaître le manque d’organisation qui le frappe. Et à en croire Niass et ses camarades, « ce rendez-vous mondial appelle une approche multidimensionnelle et pluridisciplinaire. Par ailleurs la construction des infrastructures doit tenir compte de l’avis des hommes de l’art et non dépendre du génie non confirmé de Me Wade, qu’il s’agisse du grand théâtre ou du pseudo monument de la renaissance africaine qui constitue déjà une agression pour les populations riveraines ».

Birahim NDIAYE

Source: Sununews.com

Article Lu 11181 fois

Mardi 21 Juillet 2009





1.Posté par dou le 21/07/2009 16:41
senegal mo dakh deuk yeup !!!

2.Posté par Khady le 21/07/2009 17:07
c une bonne réaction

3.Posté par Dr FAlilou SENGHOR le 21/07/2009 18:30
Wolof ndiay neena khalé bou khamadi mo geun magg mou yaradiku.

Un psy qui aurait examiné Roger Karim dirait :

" Ce Koerim est comme un névrosé immature qui conjugue tout ce qu'il fait à la mode ludique ."

Ce garçon a grandi entouré de jeux électroniques alors que son père était absent. Ses parents n'ont pas eu le temps de l'éduquer, selon un minimum de references sociales.
Il a probablement excellé naguère dans les jouets electroniques mais leur maniement diffère de la gestion de la vie quotidienne des adultes.

Il faut qu'il apprenne à se refrener son impulsivité à vouloir polémiquer avec des hommes qui ne sont pas ses adversaires de jeux.

Cela sera un bon début de psychothérapie !

wayé nak, Sougniel ken douko ndeupeul !!


4.Posté par mame birame le 21/07/2009 19:07
bayi lén porté press té débatr sonne na gnou thi khoulo par voie de press

5.Posté par Dr FAlilou SENGHOR le 21/07/2009 22:43
Le Sénégal réjouirait si certains politiques pouvait s'investir dans la prise en charge de chevaux dans les étables.

Il y a lieu de se demander si Roger Karim est digne d'être palefrenier à Mekhe Pekess la capitale , à nous promis par son père.

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State