Référence multimedia du sénégal
.
Google

Keur Serigne bi: L’illégalité dans la clandestinité

Article Lu 1955 fois

Au mois d’août 2009, le Gouvernement du Sénégal avait pris la décision d’interdire la vente illicite de médicaments à Keur Serigne Bi, situé en plein cœur de Dakar. Aujourd’hui, malgré cette interdiction, les activités ont repris, mais en cachette. Ce qui fait que le simple visiteur n’est toujours pas le bienvenu.



Keur Serigne bi: L’illégalité dans la clandestinité
Entre la gare routière Pétersen et l’ancien Service d’hygiène du quartier Plateau de Dakar, est niché Keur Serigne Bi. Naguère haut lieu de vente de médicaments de rue, l`endroit est encore aujourd’hui débordant d’activités.

En ce samedi matin de mi décembre, certains commencent à s’installer confortablement sur des chaises, posées sous des tentes maures à l’intérieur de la demeure. Sans doute, attendent-ils patiemment de potentiels demandeurs de médicaments.

Pourtant, avant l’interdiction de vente de ces produits pharmaceutiques, il y a encore quelques mois, les vendeurs de médicaments de rue allaient à la rencontre des clients. Aujourd’hui, c’est dans la discrétion totale que le travail se fait.

Chose qui explique notre difficulté à trouver un interlocuteur pour obtenir paracétamol, seringues, antibiotiques, etc. Des produits dont nous n’avons pas besoin, mais qui devaient nous servir d’appât.

Assis sous la véranda de la terrasse voisine de Keur Serigne Bi, Mohamed Mbengue semble accueillant. Il croit tomber sur un client. «Oui monsieur ! Qu’est-ce que vous voulez ?», chuchote-t-il, sourire aux lèvres. Puis il s’approche. «Nous sommes venu voir ce qu’est devenue la vente de médicaments à Keur Serigne Bi, après la décision de l’Etat d’interdire les activités», lui avons-nous répondu.

«Personne ne va vous parler de ce sujet ici. C’est interdit», dit Mohamed, qui se détourne de nous.

«Ici, c’est bouche cousue»

Loin de Mohamed, est assis Abdou Guèye, un vieux dont la barbe impose le respect. Allongé sur une chaise pliante, il tient un chapelet. Quelques conciliabules, puis il comprend l’objet de la notre visite. Ce sont les même propos que ceux de Mohamed.

«Nous ne pouvons pas nous prononcer sur le sujet. Nous avons opté pour le silence»’’, renseigne le doyen Abdou. Interpellé sur l’existence d’une association de vendeurs à Keur Serigne Bi, Abdou répond : «Ici, c’est bouche cousue ! ». Puis il nous conseille de nous éloigner. Pendant ce temps, Keur Sérigne Bi continue à se remplir de visiteurs. Mais il faut tenir compte du conseil du vieux Abdou.

Se reconvertir !

Le soir, nous revenons. Cette fois-ci, il faut adopter une autre stratégie pour percer ce milieu hermétique. Comme tout le monde, il faut se présenter comme acheteur. Et ça marche ! Mais la méthode des vendeurs reste la même : parler très bas. D’ailleurs, Wagane Faye commence par inviter le visiteur à prendre place à côté de lui.

«Qu’est-ce que vous êtes venu chercher? », questionne le natif de Fatick, qui évolue dans ce milieu depuis 10 ans. «Je cherche un médicament pouvant… », répond son interlocuteur. « Attend moi ici, J’irai prendre le médicament». Cinq minutes après, l’homme revient avec le médicament sous le manteau. L’occasion est saisie pour engager des discussions sur leur modus operandi.

«Le commerce ne se fait plus publiquement, mais il continue quand même. La marchandise est laissée non loin de là. Nous ne pouvons pas abandonner ce commerce car, c’est notre seule source de revenus», confie Wagane.

Pour d’anciens vendeurs de médicaments de rue moins audacieux que Wagane, c’est la reconversion dans la vente d’autres produits comme les insecticides et les semences maraîchères. C’est le cas de Mour.

«Depuis l’interdiction, j’ai changé d’activités», affirme t-il. Pour son collègue Aliou, la reconversion est une réussie. «J’ai oublié que je vendais des médicaments. Mon commerce de produits alimentaires m’apporte plus que celui des médicaments», indique Aliou, qui conseille à ses anciens collègues vendeurs de médicaments de se reconvertir.

Edouard Toure
Source Kanal150.com

Article Lu 1955 fois

Lundi 28 Décembre 2009





1.Posté par Mouride le 28/12/2009 19:04
REPONSE A "SAMBA NGOUYE THIAM"

«L'erreur est humaine, la persistance dans l'erreur est diabolique.»
Les prises de position publiées par "Bathie" dans la presse depuis un certain temps, n'avaient révélé, jusque là, que son ignorance de la spiritualité en général et du Mouridisme en particulier.
Par contre sa dernière publication, en plus de confirmer son ignorance, met à nu ses intentions secrètes : Diviser la Voie mouride en essayant de monter certains mourides contre d'autres et jeter la confrérie en pâture aux yeux de l'Islam et des autres confessions religieuses.
C’est bien cette entreprise, dangereuse pour la stabilité de notre cher Sénégal que nous tenons à dénoncer ici (Car, tenez-vous bien, "M.Thiam" est allé jusqu’à prédire "d’autres réactions" après celle qu’il a prêté au Porte parole du Khalif Général des Tidianes! suite au discours de Wade à Gouye Mouride ! Si ce n’est pas de l’incitation à la polémique ça! )
Après analyse de votre texte "M.Thiam", il apparait clairement que derrière votre soi disant souci de restaurer les enseignements de Serigne Touba, pour sauver le Mouridisme de l’obscurantisme, se cache une entreprise machiavélique.
Si vous avez le courage de vos idées défendez-les "M.Thiam", mais à visage découvert. Dites simplement que le Mouridisme vous dérange et que vous ne croyez ni en Serigne Touba ni en ses écrits.
Car, si vous remettez en cause le fait qu'une personne puisse obtenir le Salut pour avoir simplement vu de ses yeux un saint investi par Serigne Touba dans ce sens, ce sont les grâces infinis que Serigne Touba a dit avoir obtenu de Dieu que vous niez. Parce que, à titre d’exemple, Serigne Touba à bien dit à Mame Thierno Birahim Mbacké, au moment de l'envoyer baptiser Serigne Adou Khadre Mbacké (4ème Khalif de Serigne Touba), que toute personne qu'il croiserait sur son chemin irait au paradis, en hommage à l'illustre nouveau-né. Il a même fait plus en décrétant que quiconque verrait la "Khassida Minal Aqqi" irait au paradis. Ça, ce ne sont pas les mourides qui l'ont fabriqué "Bathie" et je défie quiconque de prouver le contraire.

Par ailleurs, les mourides ne vous diront jamais que Touba est plus sacrée que la Mecque. Par contre, ils vous diront bien que Serigne Touba a écrit dans la Khassida "Khaatimatoul Mounaadjaaati Bil Khatti" que Dieu a décrété que le Prophète (PSL), la Kaaba, et Djibril (Aley Salam) sont venus le rejoindre à Touba pour l'éternité ("Kataballahou tabaaraka wa tahala annala baytil laahil haraam tarfahoul malaayikatou ilaa Touba...").
Dans ce même élan, Il a dit aussi que quiconque va à Touba pour le Maggal, obtient une rétribution supérieure à celles du "Hadj" de la "Djihad" et du "Oumra".

Oui "Bathie", les mourides savent de quoi ils parlent, quand ils mettent Serigne Touba au dessus de tous, car il a, à Lui seul, supporté plus de la totalité des multiples épreuves (cumulées) de l'ensemble des 124000 prophètes. Et ça aussi, c'est Lui qui l'a affirmé.
Je m'en arrête là, de peur de provoquer chez vous un infarctus, parce qu'au fonds je sais que vous n'en croirez rien! Ces affirmations preuve à l'appui et d'autres et d'autres encore ne vous feront pas changer d'avis, pas plus que celles faites par le Prophète sur l'Islam n'avaient convaincu ses détracteurs hier. Parce qu'en réalité, "Samba Ngouye", votre problème c'est Serigne Touba. Et pour cette raison que voici, dites-vous bien aussi, que vous auriez été de la Mecque d'alors ou de Médine, vous ne croiriez pas en l'Appel du Prophète (PSL).
De même, si vous étiez un contemporain de Mame Cheikh Ibrahima Fall, vous feriez parti de ses contempteurs parce que lui aussi, plaçait Serigne Touba au dessus de tout : Œuvrer pour Serigne Touba dans ses champs, par exemple, était prioritaire à la prière, à ses yeux. Pourtant personne n'ose croire un seul instant qu'il n'avait pas la bénédiction de Serigne Touba, puisqu'il en fit le porte étendard des mourides ("Baaboul Mouridiine").
Bien évidemment, en tant que Pôle de son temps, Serigne Touba a aussi une autre dimension, celle de gardien de la Chariah.
A ce titre, il a d'ailleurs rédigé beaucoup d'ouvrages comme "Koun Kaatiman", "Tazawoudou Chikhaar", "Tazawoudou Choubaan", "Massaalik"...pour rappeler les préceptes de l'Islam, mais non sans préciser, à la suite du Prophète (PSL) que nul ne peut accéder au paradis par le simple fait de ses œuvres, et que seule la Miséricorde divine peut faire obtenir le Salut ("Laa Yad Khouloul Djanna Ahadine Bi Ahmaalihii").
Cette Miséricorde Divine, nous mourides, ne la voyons ailleurs qu'en Serigne Touba.

N'a-t-Il pas d'ailleurs affirmé, dans ce sens : "Si ce n'était pas pour les fils d'Adam, je ne passerais pas une seule nuit sur Terre. N'abusez pas de ma condition d'homme noir pour ne pas profiter de moi, car je suis le serviteur éternel et chaque génération aura la certitude que je suis venu pour elle" ?
Qu'un "Samba Ngouye Thiam" refuse d'y croire n'y changera absolument rien. Evoquez les arguments que vous voudrez "M.Thiam", faites vous même passer pour un "mouride soucieux de l'orthodoxie de la voie", un érudit aussi, si ça vous chante nous vous répondrons : "croyez en ce que vous voulez, laissez nous croire en Serigne Touba". C’est notre droit le plus absolu.
Je ne saurais terminer sans publier ici les lettres des mecquois et médinois (des voix autorisées celles-là) venus de leurs contrées respectives rendre visite à Serigne Touba en 1926 à Diourbel. Cela édifiera davantage, j’en suis sûr, les gens de bonne foi que vous tentez d'abuser en les montant contre Serigne Touba et sa noble communauté à travers vos contres vérités si bien maquillées. Cette communauté qui a, du reste, fini de faire ses preuves au Sénégal comme à l'étranger dans le culte du travail, la discipline et la foi. Oui, "Ngouye" au regard de ce que les mourides ont réalisé sur le plan économique, sociale…comment ne pas souhaiter que le Sénégal devienne République Mouride pour le bénéfice de tous ?
Si au Sénégal, nous avons pu nous inspirer de modèles d’organisation économiques et sociaux conçus par d’autres, d’autres pays (le socialisme avec Karl Marx, le capitalisme avec Adam SMITH, pour ne citer que ceux-là) alors pourquoi pas aussi et surtout nous inspirer du Mouridisme, de Serigne Touba ?
Ceci ne ferait certainement que nous grandir, à l’instar des peuples de la Mecque et de Médine dont nous publions ci-dessous les témoignages d’allégeance à Serigne Touba et de sollicitations pour la prospérité et la stabilité de leurs cités respectives, à cette époque-là où ces dignes descendants du Prophète (PSL) n’avaient d’autres ressources que les maigres retombées économique du pèlerinage annuel à la Maison de Dieu.

LETTRE DES MEDINOIS A SERIGNE TOUBA
« La lumière de la sainteté est une preuve évidente,
Mais ne peut la distinguer que celui dont l’intellect est illuminé.
Regardez-la bien apparente sur le visage de celui qui a dissipé l’ignorance dans le Soudan.
C’est le Cheikh Ahmed qui s’est distingué par les louanges et les actions de grâce.
C’est le Cheikh de la Haqiqa, de la Tarîqa et de la guidance.
Il conduit les créatures vers leur Seigneur en toute évidence.
Il est l’astre des connaissances qui rayonne sur les intelligences.
Il est l’océan du savoir qui déborde de bienfaisance.
Ô serviteur du prophète ! Toi dont les secrets sont au-delà de la compréhension,
Vos grâces nous sont parvenues jusqu'à Médine
Et vos chants ont enchanté notre atmosphère.
Nous voici au nom des Médinois te présentant
Les hommages et les remerciements dus à ton illustre rang.
Tu es notre protecteur et notre sauveur, nous le clamons haut et fort,
Afin que les contemporains et les générations futures
Trouvent la voie du Salut et du bonheur.
Daigne, Ô Cheikh ! Poser sur nous ton regard sanctissime,
Afin de purifier nos âmes et apaiser nos craintes.
Sois magnanime envers les habitants de Médine
Et satisfais leur requête en égard au prophète élu,
Sur lui la paix et le salut tant que dureront les terres et les cieux ».

LETTRE DES MECQUOIS A SERIGNE TOUBA

« Bismillah Errahman Errahim
De la part des habitants de Médine la lumineuse au serviteur du prophète élu, sur lui la paix et le salut, pour le maître qui puise dans l’océan de la pureté, le connaissant par Allah, le guide qui manifeste le Seigneur en toute évidence et en toute subtilité. L’initiateur aux illuminations Mecquoises et aux privilèges célestes, l’aimé d’Allah, fils de Habiboullah, le Cheikh Ahmad ibn Mouhammad ibn Habiboullah, qu’Allah vous assiste par Son esprit sanctissime et par la proximité de Son souffle transcendant et vous protège des djinns et des humains. Nous vous saluons par les meilleures et pures salutations de la terre bénite de Médine qui a abrité les lumières de la Prophétie et de la Révélation, et nous vous informons que les habitants des lieux saints se sont mis sous votre protection et sont certains d’obtenir de votre illustre personne tous leurs besoins. Nous renouvelons notre pacte et nous confirmons notre dévouement tout en vous certifiant que nous vous sommes redevables pour les prières et les louanges que vous dédiez au meilleur des êtres, sur lui les plus pures prières et les plus parfaites salutations. Nous vous remercions infiniment pour la bonté que votre bienveillante personne ne cesse de déverser sur notre peuple ; et nous attirons votre aimable attention sur le fait que les émissaires que nous avons délégués auprès de vous sont des personnalités éminentes : ce sont le Cheikh Mouhammad Ali Jawwad et le Cheikh Omar Bin Darwich Moammargi qu’Allah les assiste. Nous prions votre excellence de veiller à leur bien-être et de les honorer à la mesure de leur illustre rang, car ils sont nos langues qui exprimeront nos doléances et nos préoccupations. Nous sommes toutefois certains d’obtenir ce que nous souhaitons de vous grâce à leur médiation. Vous êtes notre ultime recours dans cette période cruciale, et nous sommes conscients de votre prodigieux secours.
Vous êtes notre refuge et notre abri dans ces circonstances décisives et nous sommes éternellement fidèles au pacte contracté avec vous, et notre amour envers votre personne s'accroît perpétuellement. Qu’Allah vous enveloppe de bonheur et de félicité.
Meilleures Salutations »

Franchement "Ngouye", après de tels témoignages vos agitations et gesticulations ne peuvent nous inspirer que de la pitié.
Oui, c’est pitoyable qu’au Sénégal, après tout ce que Serigne Touba a enduré pour la Oummah islamique en général et pour son peuple en particulier, on en soit encore à accorder de l’importance à des propos aussi diffamatoires que les vôtres au point de les publier dans un journal ! Quel gâchis vraiment !!!
Mais évidemment, comme «qui se ressemblent s’assemblent», vous devez sans doute, servir les mêmes desseins que ceux qui vous servent de média pour vous permettre de vous livrer à votre passe-temps favori : Dénigrer Serigne Touba et Sa Communauté.
Je vous plains "Bathie", je vous plains car s’attaquer à un Homme de Dieu est pire que s’attaquer à Dieu Lui-même.

A bon entendeur…



Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State