Référence multimedia du sénégal
.
Google

KHADIM TABET :«Je demande réparation... »

Article Lu 1863 fois


À Mbour, la bataille fait rage au sein des rangs du Parti démocratique sénégalais (Pds) en vue des locales du 18 mai prochain. Le choix du superviseur départemental divise les libéraux dont certains affichent leur ambition et annoncent déjà les hostilités. Parmi eux, Khadim Tabet qui, depuis 10 ans, se bat pour la conquête de la mairie. Dans cet entretien qu’il nous a accordé, le député libéral revient sur l’épisode de « Ngor Diarama », l’élection du bureau municipal de 1998 et un coin de voile sur son programme de campagne pour les élections à venir.





Le Matin :



Que pensez-vous du choix d’Omar Sy comme superviseur départemental ?



Khadim Tabet :

Je remercie d’abord le Président de la République, Me Abdoulaye Wade de tout ce qu’il a fait de moi, je lui resterai loyal pour toujours. Je rappelle la devise de notre parti : Dignité – Justice – Fraternité. Le choix de M. Omar Sy ne pose pas de problème. Cela pourrait être un autre. Ce qui m’a poussé à dire non à Omar Sy, c’est qu’il fait partie de l’équipe qui a dit non à mon investiture comme maire de Mbour en 2002. Je veux parler de la rencontre de Ngor Diarama où ils ont désobéi au Secrétaire général national pour me barrer la route, je ne peux faire confiance à la personne.

Voulez-vous revenir sur ce qui s’est réellement passé en 2002 ?

Le deuxième personnage de notre parti et Directeur de cabinet du Chef de l’Etat de l’époque, Idrissa Seck, nous avait convoqués à la veille des élections locales, pour nous demander d’aller gagner d’abord les élections locales en nous signifiant que nous allions ensuite être convoqués de nouveau pour nous dire qui sera Maire parmi nous. C’est ainsi qu’on nous a appelés à Ngor Diarama, et Idrissa Seck qui nous y a reçus, nous a d’abord affirmé le souci du parti d’avoir à Mbour une gestion communale saine, en rupture avec celle du Parti socialiste tout en annonçant que tous les trois mois, Mbour allait recevoir un Inspecteur. Ensuite, abordant l’objet de la rencontre, il nous a annoncé que le Président de la République avait choisi comme candidat à la mairie Khadim Tabet. Si Idrissa Seck s’était arrêté là et avait levé la séance, je serais le maire de Mbour. Mais il a ajouté que nous sommes dans un parti libéral et celui qui veut postuler n’a qu’à lever la main. Mbaye Diagne et Malick Camara Ndiaye ont levé la main. On est passé aux primaires et j’ai perdu car je n’avais que 10 personnes. J’ai perdu parce qu’ils ont désobéi au Président Abdoulaye Wade.

On peut donc dire que c’est Idrissa Seck votre tombeur ?

Oui et non, Il parlait au nom du parti, c’était un émissaire et le deuxième personnage du parti. Seulement, on sait bien qu’il a fait installer certains maires de la même manière dont je ne citerai pas les noms. Je pense bien qu’il s’agissait d’un deal. Toutefois, je remercie le Président de la République une fois encore de me laisser batailler avec mes frères libéraux qui lui ont manqué de respect.

Concernant les élections de 2008, comment appréciez-vous le fait qu’on vous ait mis sur la liste des 11 superviseurs ?

Quand je l’ai appris à travers la radio, j’ai demandé à Omar Sy d’enlever mon nom, en insistant sur le fait que je ne veux pas du tout que mon nom figure sur cette liste. Je l’ai clairement exprimé. Je ne peux pas travailler avec des gens qui se sont opposés à moi. Je ne peux plus leur faire confiance.

Qu’allez-vous faire maintenant ?

Je vais demander à la direction réparation, de revenir sur la décision de 2002. Si tel n’est pas le cas, je prendrai avec mes 92 secteurs de 100 personnes une autre direction ; n’oubliez pas que la logique des élections locales est différente de celle des présidentielle et des législatives. Il ne faudrait pas que le parti soit amnésique. Les Mbourois sont avec moi. Ils veulent réparer l’injustice que j’ai subie. Le problème, c’est qu’il n’y a pas eu de renouvellements qui nous auraient permis de savoir qui est qui.

Pourquoi tant d’hostilité si tant est que le superviseur n’est pas forcément le candidat choisi ?

Personne ne peut me convaincre du contraire. Ils disent que le superviseur n’est pas la tête de liste mais, moi, je n’y crois pas. On devait mettre un neutre. On ne peut pas être juge et partie, arbitre et joueur. Et pourtant c’est ce qui se passe. Qui vivra, verra. La plupart des superviseurs seront des maires. Regardez bien les noms de ces derniers, la majorité sont actuellement maires dans leur localité.

En 1998, vous aviez raté l’opportunité d’être maire en ne déclarant pas votre candidature alors que vous étiez majoritaire. Vous aviez 54 voix contre 51 pour Moussa Ndoye. Vous aviez obéi à la direction de votre parti de l’époque, le Ps. L’avez-vous regretté ?

Ce n’était pas le même contexte. Vous savez, il y avait au Parti socialiste de l’époque le centralisme démocratique. Je venais d’arriver au parti et j’avais trouvé des structures régulières. Il est vrai que compte tenu des actions sociales que j’avais menées en direction des jeunes Mbourois quand j’étais au Gabon, les Mbourois avaient tous voulu que je sois leur maire. Je l’aurais été si j’avais désobéi au parti ; j’avais 54 voix, soit plus que le maire Moussa Ndoye qui en avait 51, c’était le vote du bureau municipal, j'ai été victime de mon excès de discipline.

Quel est votre programme pour la ville de Mbour ?

Je ne veux pas révéler mon programme, ma stratégie pour ne pas être plagié. (Rires)

Mais quand même, vous pouvez nous en donner une idée ?

Aujourd’hui Mbour a reculé de plus de 20 ans. C’est pourquoi tout est à refaire, tout est prioritaire. Il y a des problèmes d’adduction d'eau, d'électricité, des problèmes d’assainissement, de sécurité, de voirie. Tout est prioritaire. En 1997, Mbour avait bénéficié d’un contrat de ville pour des infrastructures et autres pour 900 millions de nos francs. La mairie devait verser une contrepartie de 15 millions. Ce contrat est tombé à l’eau parce que tout simplement ces 15 millions qui avaient été dégagés avaient été détournés par le maire de l’époque.

Certaines voix dont la vôtre, se sont élevées pour demander l’érection de Mbour en région. Pourquoi ?

Mbour a aujourd’hui beaucoup de potentialités qui lui permettent de devenir chef-lieu de région. Il y a la superficie, la population, les atouts économiques comme le tourisme, la pêche, l’agriculture, le commerce. Mbour remplit tous les critères. Et j’ai soumis le problème aux ministres concernés à l’Assemblée Nationale. Il est bon aussi de rappeler que pendant la période coloniale, Mbour contribuait au transport d’arachide par les chalands qui passaient par le Wharf, ce Wharf qui d’ailleurs mérite d’être réhabilité. C’est un site historique que nous envisageons d’immortaliser. Un symbole, le « Mballing » aussi a ressuscité, un cours d’eau qui nous produisait beaucoup de crabes et de poissons.

Source: Le Matin

Article Lu 1863 fois

Jeudi 14 Février 2008





1.Posté par silla le 14/02/2008 13:24
okho vraiment khadim dimbaliniou

khadim PS, Khadim Afp, Khadim PDS, mais khadim lo gueme ?

s'il te plait réponds à cette question lo gueme?

vous les vieux briscards de politicien symbole même de la tortuosité vous devez vous reposer de grâce allez vous reposer vous n'êtes pas des exemples, nous avons besoins de gens loyaux, de personnes propres, de nouvelles têtes, de gens "neufs" ou à défauts de personnes constantes you gueme dara au moins mais pas de personnes qui ont épousé toutes les couleurs politiques de la planète, encore une fois frères Mbourois levez vous nguiir yalla et barons la route à ces vieux politiciens véreux et surtout boulimiques, assoiffés de pouvoirs et surtout soucieux de relancer leurs activités économiques éteintes depuis belle lurette. Car pour ces gens l’unique soucis est de se relancer par le biais de la mairie, tout le monde sait que khadim a investi et perdu en politique la preuve il a vendu ses bien à titre d’exemple ( tamou khadim kouné khamnako) si les mbourois commettent l’erreur de te confier la mairie nous sommes cuits.


2.Posté par silla le 14/02/2008 13:29
et puis qui te dit que les mbourois sont avec toi?

si celà est vrais pourquoi avoir peur que ton nom soit mis sur la liste des 11?

pourquoi veux tu que le pds t'impose içi ? évident que si tu es majoritaire comme tu le dis la direction de votre gie ( pds) n'aura pas besoin de t'imposer logiquement de grâce va à la retraite

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State