Référence multimedia du sénégal
.
Google

KENYA : Violents heurts entre manifestants et policiers

Article Lu 1543 fois


La Police kenyane a réprimé hier par la force des partisans de l’opposition qui protestaient contre la réélection très contestée du président Mwai Kibaki, tuant deux personnes et en blessant plusieurs dans le pays au cours d’une énième journée de manifestations.

Nairobi - Depuis les élections générales du 27 décembre, le Kenya, jusqu’alors considéré comme un îlot de stabilité dans une Afrique de l’Est rongée par les conflits, est plongé dans une crise politico-ethnique qui a fait au moins 700 morts et provoqué, à ce jour, le déplacement d’environ 200.000 personnes. L’opposition avait appelé à de nouvelles manifestations dans tout le pays de mercredi à vendredi, mais la Police les a de nouveau interdites et a réprimé violemment ceux qui tentaient de désobéir. Kisumu, ville de l’Ouest du pays et l’un des fiefs de l’opposition, a été le théâtre des incidents les plus graves hier : deux manifestants ont été tués et plusieurs blessés par des balles tirées par la Police, qui a vidé le centre-ville, où les magasins ont été fermés, tandis que des pneus et des véhicules brûlaient dans le reste de la ville. A Nairobi, la Police a aussi tiré à balles réelles sur des partisans de l’opposition, qui tentaient de gagner le centre-ville depuis le bidonville de Kibera, l’un des fiefs de l’opposition.

Trois personnes ont été blessées. Le centre-ville de la capitale, où l’activité avait été normale dans la matinée, s’est en partie vidé dans l’après-midi sur ordre de la Police, qui a tiré des gaz lacrymogènes contre des passants et battu de supposés partisans de l’opposition.

Dans plusieurs autres villes du pays, des supporters de Raila Odinga, arrivé deuxième de la présidentielle, se sont rassemblés, avant d’être, là aussi, dispersés par les forces de l’ordre.

A Eldoret (Ouest), qui a connu les violences les plus meurtrières fin décembre-début janvier, la Police a tiré en l’air à balles réelles pour disperser plusieurs milliers de personnes qui manifestaient pacifiquement en scandant "Kibaki doit démissionner !". Une personne a été sérieusement blessée à coups de matraque. Dans le port de Mombasa (est) et à Nakuru (Ouest), la Police a eu recours aux gaz lacrymogènes...En fin d’après-midi hier, le bilan humain des manifestations de la journée était cependant moins élevé que lors des précédents rassemblements. En dépit des victimes, M. Odinga a campé sur ses positions, en maintenant l’appel aux manifestations. "Rien ne nous empêchera d’organiser de telles manifestations", a déclaré le candidat malheureux à la présidentielle, lors d’une conférence de presse à Nairobi. "Les Kenyans continueront à demander le respect de leurs droits de manifester inscrits dans la Constitution", a-t-il encore dit.

Les rassemblements d’hier interviennent au lendemain de la victoire hautement symbolique du Mouvement démocratique Orange (Odm) de M. Odinga qui a emporté le siège prestigieux de président de l’Assemblée nationale.

Lors de l’élection présidentielle, M. Kibaki a devancé d’un peu plus de 230.000 voix M. Odinga, selon des résultats officiels, mais les observateurs internationaux ont émis de sérieux doutes sur le processus de dépouillement et l’opposition a crié à la fraude, plongeant le pays dans le chaos.


AFP

Article Lu 1543 fois

Jeudi 17 Janvier 2008


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 18:11 Trump se risque à un bras-de-fer contre la Chine

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State