Référence multimedia du sénégal
.
Google


hh



KATY DIOP, COACH À NDAKARU, PARLE DE SON POULAIN « Yékini dérange… »

Yékini devenu rare depuis sa défaite contre Balla Gaye 2, on s’est rabattu sur Katy Diop, son coach et confident pour évoquer la carrière de l’enfant de Bassoul. Comme à son habitude, l’ancien champion d’Afrique met en avant son franc-parler légendaire et n’élude aucune question.



KATY DIOP, COACH À NDAKARU, PARLE DE SON POULAIN « Yékini dérange… »
Il est 20h et quart ce jeudi de décembre et pourtant, malgré la fraîcheur sévissant sur Dakar, Katy Diop et ses amis devisent comme d’habitude devant la maison du coach de Yékini, sise à la rue 17 de la Médina. Ce lieu est le rendez-vous quotidien de la quasi-totalité du staff de l’écurie Ndakaru, autour des ‟trois normauxˮ. Dans cette ambiance bon enfant, Katy Diop a reçu TOUT LE SPORT (TLS) pour un entretien à cœur ouvert. Sur Yékini, sa première défaite dans l’arène, son avenir dans la lutte et les mesures préfectorales interdisant la pratique des entraînements dans les cours d’écoles : l’ancien champion n’esquive aucune question.



L’AVENIR DE YÉKINI : « Il n’a jamais été aussi fort »

« Yékini n’est pas âgé au point de penser à sa retraite. Donc, qu’est-ce qui lui manque ou qui a changé chez lui pour qu’il doive, ne serait-ce qu’envisager arrêter la lutte ? Sa force augmente de même que ses aptitudes physiques. Il n’a jamais été aussi fort. Ceux-là qui estiment qu’il doit raccrocher ne font part en fait que de leur désir. Ils disent simplement ce qu’ils souhaitent. Ils laissent parler leur cœur. Ils sont pressés d’entendre que Yékini abandonne la lutte. Ils pousseraient alors un ouf de soulagement. Ils rendraient grâces à Dieu, car Yékini les dérange. Il ‟étouffeˮ certains. Seulement, Yékini n’a encore rien dit à qui que ce soit. Il peut encore rester dix ans. Et il vaincra alors tous ses prochains adversaires, Inch Allah ! Ses potentiels adversaires ? Je ne vois personnes. Cela dépend aussi de la proposition des promoteurs. Yékini est un vrai professionnel. Personne ne l’a jamais vu venir s’entraîner (avec l’écurie) par hasard. Il a toujours fonctionné ainsi. C’est seulement à deux ou un mois de son combat qu’il vient faire des séances de contacts avec les autres. Présentement, il s’entraîne matin et soir en salle. Nous sommes régulièrement en contact ».



SA PREMIÈRE DÉFAITE CONTRE BALLA GAYE 2 : « Il était blessé… »

« Un défaite, c’est juste un faux pas. Peut-être que les aptitudes physiques qu’il devait avoir ce jour-là, il ne les affichait pas. Je savais qu’il était blessé et pas totalement en possession de toutes ses capacités physiques. Il a traîné sa blessure pendant au moins un mois, mais avec le courage qu’on lui connaît, sa détermination et son audace, il a travaillé ainsi durant tout le temps. Le secret a été bien gardé, pourquoi pas ? Il n’empêche, je croyais en sa victoire, parce que son courage peut lui offrir tout ce qu’il veut. Ce que j’ai retenu en premier chez Yékini, c’est que c’est un homme qui s’investit beaucoup dans les entraînements. Il s’exerce tout le temps et rigoureusement. Je vous assure que nos entraînements sont très durs. Il les a toujours supportés. Depuis son arrivée à Ndakaru, il n’a jamais fait comme certains en séchant les exercices. Non ! Il ne rate jamais les entraînements. Jusqu’à présent, il s’entraîne régulièrement, sans relâche. C’est cela sa vie. C’est un homme discret ».



L’INTERDICTION PRÉFECTORALE : « Des jaloux et des aigris »

« Ceux-là qui ont écrit aux autorités pour se plaindre du fait que les écuries s’entraînent dans les écoles, ne sont pas des intellectuels. Ils sont bornés. La lutte est un pan de notre culture. Nous ne gênions personne dans les écoles. Les heures où démarraient nos entraînements, c’était après la sortie des classes. Il faut respecter sa culture et ses us et coutumes. Il y en a qui sont vraiment jaloux, aigris. La lutte n’est rien d’autre qu’un sport, un patrimoine national. Il n’y a pas de terrains à Dakar, pas d’espaces pour pratiquer la lutte. Nous n’avons même pas une arène. Nulle part où nous entraîner. Le stade Assane Diouf n’existe plus, le terrain du Champ de Courses non plus. J’ai été voir les militaires du stade Iba Mar Diop, mais les responsables ont prétexté qu’il n’y avait pas d’espace, alors même qu’il y a suffisamment d’espace. Je n’ai pas insisté. Nous nous entraînons en ce 21ème siècle à la plage, c’est un recul. Les choses évoluent dans la lutte. À la plage, rien ne peut être gardé secret ».

Rokhaya THIAM
source tout le sport via arenebi

Lundi 17 Décembre 2012




1.Posté par fifi le 17/12/2012 22:51
svp j voudré savoir si le forum sur xibar es tjr en marche

2.Posté par fifi le 17/12/2012 22:52
p8sk jété hors du pays et dp8 mon retour jarive pl8 a me conecté

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 15 Septembre 2014 - 17:39 Mondial 2014 : les Lions classés 16e sur 24








Plateforme d’information et d’intéraction a temps réel
Optimisé pour être vu en 1024x768 I.E. 6.0 ou plus récent

Info sur Xibar.net | Conditions d'utilisation | Données personnelles | Publicité | Aide / Contacts |
Copyright © 2007 Xibar multimedia Tous droits réservés