Référence multimedia du sénégal
.
Google

KARIM peut-il succéder à son père comme président de la République ?

Article Lu 11032 fois


KARIM peut-il succéder à son père comme président de la République ?
L’histoire politique du Sénégal de l’alternance reste rigoureusement liée à celle d’un homme, Karim Wade, le très influant fils du Président de la République Abdoulaye Wade. L’histoire politique du Sénégal de l’alternance reste rigoureusement liée à celle d’un homme, Karim Wade, le très influant fils du Président de la République Abdoulaye Wade. A tort ou à raison, on lui prête l’ambition de vouloir succéder à son père comme chef de l’Etat. Conseiller spécial du président de la République et président de l’Anoci, et peut-être futur président de la Goana, Karim Wade occupe une place stratégique au cœur du pouvoir étatique. Comme ce fut le cas de feu Jean Colin, il aurait son mot à dire sur certains destins politiques et nominations dans les hautes fonctions de l’Etat. Avec son ami Abdoulaye Baldé, ils ont mis sur pieds une structure dénommée «Génération du Concret», qui, en fait, serait un tremplin pour la marche au sommet de l’Etat au cas où le Parti démocratique sénégalais (Pds), parti de son père de Président, restait imprenable. C’est pour ces raisons que beaucoup de mes compatriotes se posent la question de savoir si Karim Wade peut succéder à son père comme président de la République du Sénégal. Dans le cas d’une réponse positive, ils craignent que l’on soit dans une sorte de monarchie déguisée.

Sur le plan purement juridique, bien qu’étant fils du président de la République, rien n’empêche, en principe, qu’il soit candidat à l’élection présidentielle le moment venu. Ni notre Constitution, ni les règles et lois de notre République, ni aucun autre principe de valeur juridique n’empêche un membre de la famille d’un Président sortant d’être candidat à la succession de celui-ci à la suite d’élections disputées, libres et transparentes. Il n’y a donc aucun empêchement lié au seul fait de la parenté.

Maintenant, notre Constitution, en son l’article 28, titre III : Du président de la République énonce : «Tout candidat à la Présidence de la République doit être exclusivement de nationalité sénégalaise, jouir de ses droits civils et politiques, être âgé de 35 ans au moins le jour du scrutin. Il doit savoir écrire et lire couramment la langue officielle (le français).» Cet article à lui tout seul suffit à fonder la légalité de la candidature de Karim Wade à la magistrature Suprême. Il ne fait pas de doute que Karim Wade jouit de ses droits civils et politiques, qu’il a plus de 35 ans, qu’il sait lire et écrire couramment le français, notre langue officielle. Mais si l’on peut supposer que Karim Wade est Sénégalais, est-il en revanche sûr qu’il soit exclusivement sénégalais en dehors de toute autre nationalité, car les conditions que pose cet article sont des conditions cumulatives.

Ne comprenant pas très bien le français, je me suis permis de chercher le mot ‘exclusivement’ dans le dictionnaire ‘le Robert pour tous’ qui le définit comme ‘seulement, uniquement, en excluant tout le reste ‘. Donc tout candidat à l’élection présidentielle au Sénégal doit être Sénégalais et seulement Sénégalais, il ne doit pas avoir une double nationalité, il ne doit pas être sénégalais de manière inclusive, mais exclusive et seulement exclusive. A ce stade de notre réflexion, je me suis demandé si Karim Wade, en plus d’être Sénégalais, n’est pas aussi Français. Les commentateurs pourront me rétorquer que si tel est le cas, il peut à tout moment renoncer à la nationalité concurrente à sa nationalité sénégalaise, car là, il y a un vide juridique.

En effet, notre Constitution ne dit pas à partir de quand, avant le dépôt des candidatures le candidat doit être Sénégalais et seulement Sénégalais. De plus elle ne dit pas non plus si c’est au candidat d’apporter la preuve de sa ‘Sénégalité’ exclusive ou s’il y a pour lui une présomption de bonne foi. La jurisprudence constitutionnelle, non plus, n’a jamais eu l’occasion de se pencher sur cette question, je n’ai pas vu de réponse en droit comparé. D’ailleurs, rien ne nous dit que tous nos Présidents, de Senghor à Abdoulaye Wade, en passant par Abdou Diouf remplissaient cette condition, à moins que ce ne fut pas une exigence en leur temps. Si l’on regarde aussi ce qui se passe dans les grandes démocraties, on peut aisément défendre le principe de la candidature de Karim Wade, à la Magistrature suprême. L’actuel Président des Etats-Unis d’Amérique, Georges W. Bush, a succédé à Bill Clinton qui venait de succéder à Bush père. Hillary Rodham Clinton fut première Dame des Etats-Unis de 1993 à 2001 ce qui ne l’empêcha pas, le 20 janvier 2007, d’annoncer sa candidature à l’investiture démocrate pour la présidentielle de 2008 aux Etats-Unis avant d’être finalement battue par Barack Obama, le sénateur noir de l’Illinois au Sénat des Etats-Unis. Les jumeaux Kacsynski ont gouverné ensemble la Pologne (pays membre de l’Union européenne) pendant deux ans, l’un comme Président élu le 23 octobre 2005, l’autre comme Premier ministre après avoir, à son tour remporté les législatives. Le 10 décembre 2007, Madame Cristina Kirchner venait de gagner les élections présidentielles en Argentine, succédant ainsi à son mari Néstor Kirchner qui a présidé le pays du 23 mai 2003 au 10 décembre 2007.

Les exemples sont nombreux dans des pays qui sont souvent cités comme exemples de démocratie. Mais hélas, les contre-exemples sont aussi nombreux dans des pays africains. Ainsi, à cause du déclanchement de la rébellion militaire du 02 octobre 1998 en République démocratique du Congo (Rdc), Joseph Kabila fils, en formation militaire en Chine rentre au pays. Lorsque son père, le Président rebelle tombeur de Mobutu, est assassiné à son tour, le 16 janvier 2001, il s’empare du pouvoir. Il est alors considéré comme un usurpateur par bon nombre de Congolais. Mais depuis, les choses se sont améliorées en matière de démocratie et de paix sociale. Ainsi, le 29 octobre 2006, Joseph Kabila fils devient le premier Président démocratiquement élu du Congo avec 58,05% au second tour. Au Togo, après le décès de Gnassingbé Eyadéma, le 05 février 2005 après 38 ans de présidence sans discontinuité, l’armée prend le pouvoir et installe Faure Eyadéma, alors que la constitution stipule clairement que c’est le Président de l’Assemblée nationale (à l’étranger lors du décès) qui doit assurer l’intérim. Sous la pression de l’Union africaine (pour une fois) et de l’Occidenth le coup d’Etat constitutionnel échoue avec la démission de Faure Eyadéma le 25 février 2005. Le 24 avril 2005, une élection trop controversée est organisée, l’opposition crie victoire, tandis que le gouvernement déclare Faure Eyadéma élu. Il s’en suit des contestations énergiques dans les grandes villes du Togo, contestations que l’Armée n’a pas hésité de réprimer dans le sang, faisant ainsi des centaines de morts et des dizaines de milliers de déplacés vers des pays voisins comme le Bénin et le Ghana.

Ces derniers exemples montrent que l’Afrique n’est pas encore suffisamment préparée pour des successions putatives au sommet de l’Etat dans le cadre d’une République. Nous avons déjà beaucoup de mal à organiser des élections disputées libres et transparentes. L’alternance démocratique n’est pas encore la chose la mieux partagée en Afrique. A ce propos, l’honorable député Me Ndèye Fatou Touré, députée de la liste Tekki sur sa proposition de loi portant modification de l’article 28 : «Tout candidat aux fonctions de président de la République du Sénégal doit être exclusivement de nationalité sénégalaise, jouir de ses droits civils et politiques, être âgé de trente cinq (35) ans au moins et soixante quinze ans (75) ans au plus, le jour du scrutin et ne pas avoir d’ascendant ou de descendant aux premier (1°) et second degré (2°) ou ceux de son conjoint, occupant ou ayant occupé ladite fonction, depuis au moins cinq (5) ans.»

De plus, la manière dont les choses se passent au Sénégal semble indiquer que Karim Wade bénéficiera et commence même à bénéficier de facilités essentielles pour parler comme en droit public des affaires. Tous les hommes politiques qui ont eu a caresser le rêve d’un dessein politique à la tête de l’Etat sont vite envoyés au purgatoire. Ce fut le cas, hier, de Idrissa Seck entre autres raisons, cela semble être le cas, aujourd’hui, de Macky Sall.

Depuis l’alternance, la plus haute ambition que Gorgui tolère, c’est de se réclamer de la «Génération du Concret», donc d’être derrière Karim Wade, sinon on est envoyé au purgatoire. Toute ambition concurrente à celle de Karim Wade est vue comme un casus bellis à l’égard de Me Wade. Sur le plan purement politique, les détracteurs de Karim Wade peuvent dire qu’il n’a aucune légitimité, il n’a jamais eu de responsabilités politiques, ni à la base, ni au sommet, il n’a jamais été confronté au rude électorat populaire, n’a jamais été un véritable acteur politique de la longue marche de son papa vers le pouvoir avec ce que cela a impliqué de sacrifices et de souffrances pour de nombreuses personnes. Il a toujours été à l’écart des contingentements politiques du pays. Il n’a pas débroussaillé le champs, ne l’a pas cultivé, il n’a rien semé, il ne l’a même pas surveillé, mais il a récolté et semble vouloir s’approprier toute la récolte. Le seul bilan de Karim Wade, c’est de se targuer d’être l’architecte du onzième sommet de l’Oci, et là encore, aucun bilan, ni aucun audit n’a été fait. Il ne participe à aucun débat contradictoire pour permettre aux Sénégalais de mieux le saisir. C’est toujours ses lieutenants qui parlent à sa place. S’il a des ambitions politiques, il ferait mieux de les dévoiler et de nous permettre, par respect, de discuter son idéologie et ses idées pour un Sénégal meilleur et prospère. Ou bien, il n’a pas encore d’ambitions politiques, il siffle la fin de la récréation de ses lieutenants et de son mouvement.
En fin, sur le plan sociologique, ses adversaires peuvent aussi soutenir que Karim Wade ne connaît pas la société sénégalaises, ni les Sénégalais, et les Sénégalais ne le connaissent pas non plus. Il ne parlerait couramment aucune de nos langues nationales. A ce propos, Me Wade ne disait-il pas que l’on ne peut pas gouverner un peuple avec lequel on ne partage pas les mêmes souvenirs, les mêmes histoires et les mêmes souffrances, car on ne peut avoir avec ce peuple le même rêve donc le même destin.

CISSE OUMAR SADIO -Strasbourg Juriste en droit public des affaires Membre de la Fédération Pds de Rufisque

Source: Le Quotidien

Article Lu 11032 fois

Mercredi 13 Août 2008





1.Posté par wiseman le 13/08/2008 16:02
Tout ce que je puisse vous dire est que Karim WADE veut remplacer son pére à la tête du pays car son entourage est en train de proposer à des femmes de se regrouper pour être financé par la Génération du Concret dans des projets mais, à condition d'acheter des cartes de membre.
Si son entourage monte au créneau et que lui, il ne nie pas d'avoir des ambitions présidentielles c'est dire qu'il en a car "qui ne dit mot, consent". A mon avis, c'est rêver aujourd'hui que de vouloir imposer quelqu'un à un peuple mais s'il y a des élections transparentes et qu'il gagne, il n'y aura rien à dire. Personnellement, je ne voterai jamais pour Karim WADE car je ne le considére pas comme un Sénégalais même s'il a la nationalité de notre pays.

2.Posté par LANSANA DABO le 13/08/2008 16:23
ÇA Y EST, C´EST PARTI. LE COUP D´ENVOI EST FAIT SI LONGTEMPS. NUL N´ IGNORE CELA. JE DIS QUE OUI, CE MONSIEUR N´EST PAS SENEGALAIS D´ESPRIT, IL EST EUROPEEN. LA FRANCE A DEJA PREPARE LE TERRAIN POUR CE MONSIEUR. QUE LES SENEGALAIS SE MEFIENT DE SARKOZY ET DE WADE, CAR ILS ONT DEJA INSTALLÉ CE PETIT WADE. OUVREZ VOS YEUX ET SOYEZ VIGILANTS. PETIT WADE, PRESIDENT DU SENEGAL....OOH YOOYIII, MON CHER AMI, CE SERA LA FIM DU MONDE POUR NOS PETITS SENEGALAIS.

BONNE CHANCE

3.Posté par kunta le 13/08/2008 16:40
Cette fois je ne vais pas faire de commentaires sur l'article. Car je ne vais pas contribuer à la promotion de ce mec.
Simplement j'attire votre attention sur l'auteur de cet article cela veut tout dire!!!
De grâce boulone ko sakh khoromal

4.Posté par alphonse le 13/08/2008 16:48
FIGLIO DI PUTANA KARIM WADE

5.Posté par LAYE le 13/08/2008 17:22
Ce connard être mon président ?
JAMAIS !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Au nom de quoi, quel est son mérite sinon d'être le fils de fantomas ?
Mais DIEU pourquoi WADE ose nous imposer quelqu'un dont nous ne voulons absolument pas, un opportuniste qui ne se serait jamais mis cet idée en tête si nous n'avions pas eu le malheur d'avoir élu son dictateur de pére.

6.Posté par rew le 13/08/2008 17:31
karim doit succéder à son père car il ,est compétent ,travailleur et sérieux.
Or , l'opposition est composée de bandits politiciens, de mafiosi et de voleurs!!!!!!!!!
vivement que karim devient le quatrième président du sénégal!! je le siouhaite et le prie le bon Dieu!!

7.Posté par sarr le 13/08/2008 18:08
on n est plus au baol ou cayor où le fils succede son père....arreter votre cinè....le coup qu wade vous prepare vous viendra c est sùr de ngorsi ou maky...

8.Posté par pape n le 13/08/2008 18:25
continuons de disserter sur ce sujet au lieu de descendre sur la rue .WADE VA INSTALLER SON FILS .au lieu de parler il faut une opposition populaire.diok diotna

9.Posté par LUCETTE le 13/08/2008 20:26
KARIM KARIM KARIM FUTUR PRESIDENT, WHY NOT?

10.Posté par Marieme le 13/08/2008 20:28
vive la génération du Concret, lui au moins il fait du Concret! Karim on t'encourage!!!!!

11.Posté par WAAROU le 13/08/2008 20:32
Karim pourra succéder à son père, mais pas maintenant. Abdoulaye Wade le TRICHEUR n'a pas encore fini ses magouilles. Pour se convaincre qu'il est intelligent, il ambitionne de retoucher la colonne vertébrale de la société sénégalaise, c'est à dire le cadre juridique, les valeurs etc... Aprés il pourra passer le relais à ce fils de PU..E de K rime le PD.

12.Posté par meissa le 13/08/2008 22:43
sil veu riské sa vie rek contre les senegalais

13.Posté par NIAGASSE le 13/08/2008 23:32
Si Wade a déclaré: "on ne peut pas gouverner un peuple dont on a pas les memes souvenirs" comment Karim peut il se souvenir k'il est issue de la banlieue?( dISCOURS DES PARCELLES ASSAINIES)

14.Posté par NIAGASSE le 13/08/2008 23:37
encore un connard ki se dévoile en signant de son vrai nom.Le chomage et le xoslo poussent certains à verser dans la banalité!!! Cet article est insensé,et manke de saveur!!!

15.Posté par FANNY le 14/08/2008 05:36
LE DROIT C'EST LA PERTINENCE ET LA RIGUEUR DANS LE RASONNEMENT. MERCI .SI LE RAISONNEMENT EST RIGOUREUX, LA QESTION MANQUE DE PERTINENCE: 2 RAISONS:

1/ K. WADE EST NE AVEC LA POSSIBILITE D'UNE DOUBLE NATIONALTE; CERTAINS SOUTIENNENT QU'IL A EU LA NATIONALITE SN APRES 2000; PERSONNE N'EN A JAMAIS DONNE UN DEBUT DE PREUVE.
A SUPPOSER QU'IL SOIT BINATIONAL. S'IL N'EST PAS PERMIS DE RENONCER A UNE NATIONALITE UNIQUE AU RISQUE DE DEVENIR APATRIDE, RIEN N'INTERDIT DE RENONCER A UNE NATIONALITE DES LORS QU'ON EN A UNE AUTRE DONT ON PEUT SE PREVALOIR VALABLEMENT.
LES REDACTEURS DE LA CONSTITUTION N'ONT PAS PRIS LA PRECAUTION DE VEROUILLER CETTE CONDITION, CE DEBAT N'A PAS SA RAISON D'ETRE. LE VRAI DEBAT EST COMMENT IL COMPTE S'Y PRENDRE.

ET SI C'ETAIT PAR LA VOIE DES URNES?
L'OPPOSITION SN, CELLE LA MEME QUI A COMMIS L'ERREUR HISTORIQUE DE NE PAS CROIRE QUE LES PRESIDENTIELLES DE 2007 AURAIENT LIEU A ECHEANCE DUE, VA T-ELLE ENCORE DETOURNER LE PEUPLE SN DE CETTE EVIDENCE?

LA REVISION DE L'ARTICLE 27 EST DE LA RESPONSABILITE HISTORIQUE DE L'OPPOSITION SN. SI ELLE ETAIT ALLE AUX LEGISLATIVES, UNIE OU PAS,ELLE AURAIT PU COMPTABILISER UNE TRENTAINE DE DEPUTES. AVEC LA DESORGANISATION DANS LES RANGS DE LA MAJORITE , ELLE AURAIT PU FAIRE UN LOOBBYING INTENSE ET EMPECHER LE VOTE DE LA REVISION. POUR PREUVE, AU PLUS FORT DE LA MISE EN ACCUSATION DE I. SECK, IL A FALLU FAIRE UN FORCING HORS LA LOI MAIS L'UNION ET LA DISCIPLINE DES "BAGNKAT" A REUSSI A FAIRE ECHUER CETTE PROCEDURE DE MISE EN ACCUSATION. CE QUI S'EST PASSE APRES TOUT LE MONDE S'EN RAPPELLE.

VOUS ME DITES ASSISES, JE VOUS REPONDS QUE L'OPPOSITION SN A DEMISSIONNE DEPUIS LONGTEMPS.

LE PEUPLE DOIT PRENDRE EN CHARGE SA DESTINEE ET SE DONNER UN LEADER FIABLE. THAT IS THE RIGHT THING TO DO

16.Posté par sodio le 14/08/2008 06:12
il faut agir et surtout ceux qui sont au senegal les imigrees suivront il faut une volontee du peuple pour cesser cela et les aidaient a leur reconversion de prisonier car ils ont andette le pays pour leur bien eux memes et karim chasse que si tu te barre pas tu devra rendre compte pour ton pere A WADE dawal si gay amy ay tanka car tes parents doive des comptes aux senegal depuis l affaire mr seye et j en passe a d autre que celle si donc courage a cette famille du PDS agir aussi c est de la part des dignites religieux d appeler a la pratique a la place du politique qui n est pas vos roles tous ceux qui cour derriere eux aussi les paradis appartienne a ceux qui pratique le palais de la republique et plus pres que les paradis du bon dieu mais ya aucun marabou qui le promait a une personne donc agissont nous les senegalais c serat que par une volontee pour faire un senegal qui avance

17.Posté par raban le 14/08/2008 11:06
togg léne foffou rék di kass rék !
karim sera président et qu'on le veuille ou non , nous pauvres senegalais on y pourra rien !
comme je le dis toujours et pas plus tard qu'hier dans un autre avis , nous senegalais on a tout subi de wade , il nous a fait toutes les salopries et on a jamais bougé !
je ne vois pas pourquoi il va se gener pour nous imposer son fils !
de toutes les façons il est sur que comme d'habitude , les senegalais ils ne vont faire que parler et puis c'est tout !
d'autant plus que nous on ne croit qu'au fric et il le sait , et ça il va en sortir et l'affaire passera comme lettre à la poste !
nioune gueumou niou dara loudoul XALISS
ça ne fait pas l'ombre d'un doute !

un peu de politique fiction s'il vous plait , mais pas loin de la réalité !
karim a commencé à démarché un certain gros fanfaron qui a du monde , surtout des jeunes , derriére lui et qui , là , il fait du cinéma , juste pour faire monter les enchéres !
karim et entrain de lui réaliser tous ses désirs et quand , le moment venu il va lui deverser des milliards et des milliards , ce faux cul lui deversera à son tour tous les gosses qui ne respirent que par lui !
les senegalais n'y verront que du feu , et le tour est joué !
TOUT EST DEJA REGLE COMME DU PAPIER A MUSIQUE !!!
wade est entrain d' installer son fils par petites touches et par petits vérrouillages , et nous on est là di xollé rék !
qu'on le veut ou non , wade est trés fort pour ce qui est d'atteindre ses objectifs !
ça y'a pas à dire !
et nous on est là à parler au lieu d'ouvrir nos yeux et nos oreilles !

mais c'est bien fait pour nous , comme nioune bouggou niou dara !

18.Posté par OR le 14/08/2008 12:03
Wa Sénégal nio niake fayda deuge deuge, han?? Abdoulaye WADE néke Président de la république niou sone babeugueudé légui nake guéne beuge soueuleugué Laye dioguéfi doomedji nieuwe, wayé bakhena louniouléne défe rék daguana douyénagui beugeu déé ake khiife doyoule guéne beugeu indi doomedji ayetha wakhoula khiife wayé nioye rawe ya éthiopi

19.Posté par Petra le 14/08/2008 18:38
Sur le mot "EXCLUSIVEMENT"...
Mon cher savais tu que SENGHOR, DIOUF ET WADE ONT TOUS UNE DOUBLE NATIONALITE? SAVAIS TU QUE LES PRETENDANTS IDRISSA SECK, DANSOKHO ET MACKY SALL L'ONT EGALEMENT?
Alors de l'eau dans ton bissap mon gars, petit aprenti juriste................


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 13:42 « Khalifa Sall n’est plus dans le Ps »

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State