Référence multimedia du sénégal
.
Google

KARIM WADE-SARKOZY Retour sur les dessous d'une brouille

Article Lu 1855 fois

«Sarko en Afrique». Ce n’est point une visite. Mais plutôt un livre sur les relations du président Français Nicolas Sarkozy en Afrique. Ecrit par les écrivains Antoine Glaser et Stephen Smith, ce livre divisé en dix chapitres raconte les tribulations Président français en terre africaine. Surtout au Sénégal avec l’affaire Bolloré, de son richissime homme d’affaires et ami Vincent Bolloré pour le contrôle du Port de Dakar. Qui s’est heurté au choix du fils du Chef de l’Etat Karim Wade sur les Emirats Arabes Unis. Mais en politique, comme en affaires, on peut toujours dépasser les malentendus autour d’une table. Surtout lorsque les intérêts sont colossaux.



KARIM WADE-SARKOZY Retour sur les dessous d'une brouille
Depuis l’attribution de la gestion du Port de Dakar à Dubai Port World, les relations entre l’Elysée et le Palais présidentiel ne sont pas au beau fixe. Cette adjudication a jeté un froid entre les deux chefs d’Etat. En effet, Vincent Bolloré, Président directeur général de la société et ami intime du Président Français Nicolas Sarkozy s’est vu refuser cette fois-ci l’adjudication du Port de Dakar en faveur des saoudiens. Selon les auteurs Antoine Glaser et Stephen Smith, malgré, ses appuis politiques traditionnels et ses gestes amicaux à l’égard de Wade. Car lors du 1er Avril 2007, pour la cérémonie d’intronisation de ce dernier à Dakar, Bolloré avait mis à la disposition de Me Abdoulaye Wade, son avion pour acheminer des personnalités telles qu’Alain Madelin, ami politique du Chef de l’Etat. De même que Pierre Aim, l’ancien patron de Saga, une société reprise par Bolloré et François Léotard, ancien ministre et de la même famille libérale que Wade. Les auteurs du livre estiment que Bolloré avait trop négligé, voire même, minimisé le Conseiller spécial chargé de tous les grands chantiers du pays et qui ambitionne de succéder à son père. En l’occurrence, Karim Wade, que les auteurs appellent « Monsieur fils ». Cet ancien golden boy des financiers de Warburg joue à fond la carte du Sultan Ben Souleymane, le Président de Dubai Port World qui pèse près de 200 milliards de dollars. D’ailleurs Karim Wade demeure son guide dans d’autres pays africains et prépare ses entrées au Palais Présidentiel. Mais, sans se fatiguer Vincent Bolloré tente de le contourner au cœur du golfe de Persique.

Le livre révèle qu’au départ, Bolloré voulait un marché de gré à gré. Il a d’abord proposé un important bonus, puis a envoyé des personnalités politiques françaises. Quant à Dubai Port World son intérêt pour le port de Dakar date de juillet 2006. D’ailleurs, ceci a crée une panique générale à Paris avec un redoublement des interventions. Telle que celle d l’Agence française de développement qui avait pris le contrôle financier du projet, la Banque Mondiale et le Fmi.

Malgré toutes ces tractations, le Sénégal avait déjà apposé son choix sur le groupe saoudien. En sus, d’autres projets miniers tels que Mittal au Sénégal qui se chiffre à plus de 2 milliards de dollars ,l’Emir envisage aussi de réaliser une zone franche de 800 millions de dollars, des hôtels pour 200 millions de dollars. Par ailleurs, Dubaï travaille avec le groupe saoudien Ben Laden qui a des ambitions de construction sur l’aéroport de Dakar.

Après l’échec subi à Dakar, Vincent Bolloré ne se décourage pas. Il envoie à l’Elysée une lettre de quatre pages, accompagné d’un mot introductif envoyé à la « cellule africaine » de la Présidence pour contester les « irrégularités » dans l’adjudication de la concession de Dakar.



La réconciliation

Le 22 mars 2008, Karim Wade se rend au mariage de Cécilia ex-Sarkozy et de Richard Attias. Ce qui n’a pas été du goût de Nicolas Sarkoz , ce qui ne réchauffe pas ses relations avec le Chef de l’Etat français. Lors du sommet de l’OCI, Paris n’avait pas répondu à la demande du Sénégal en matière sécuritaire. Et une sortie de Wade dans le Nouvel Observateur du 22 mai 2008,estimant que des forces prépositionnées risquaient de destabiliser certains pays, mais pas le Sénégal qui a un régime solide et une armée fidèle.

Toutefois, le fils du Chef de l’Etat a rendu visite le 26 aôut dernier, accompagné de l’avocat Robert Bourgi, à Nicolas Sarkozy à qui il a fait un coming -out sur ses ambitions politiques d’héritier. Sarkozy se prête à la manœuvre et accepte de se faire photographier dans son bureau avec le « dauphin ». Et à ce moment, Karim Wade propose carrément à Nicolas Sarkozy de choisir lui-même les entreprises françaises qui participeront aux grands travaux du Sénégal avec des financements émiratis. Une aubaine qui va aiguiser l’appétit du très « concret » Sarkozy. Et faire enterrer définitivement ( ?) la hache de guerre entre les deux hommes.

Source: L'observateur

Article Lu 1855 fois

Mardi 11 Novembre 2008





1.Posté par aliou le 11/11/2008 21:12
Déclaration des responsables du PDS aux Etats-Unis.

Réunies en Assemblée générale ce jour 10 Novembre a New-York, Nous responsables du P.D.S dans les villes de New-York, Atlanta (Georgia),Wilmington (Delaware),Philadelphia(Pennsylvanie),Boston(Massachussetts), Denver (Colorado ) ainsi que nos militants, tous militants de la première heure du parti démocratique sénégalais vivant au Etats-Unis disons aujourd’hui notre amertume, notre désappointement, et notre déception en face de ce parti que nous avons aime, pour lequel nous nous sommes battu et avons tout sacrifie.

Le Parti démocratique Sénégal que nous avons connu était un parti de la justice sociale, de l’égalité et du progrès qui mettait en avant l’intérêt supérieur des sénégalais.

Les brimades, coup bas et l’acharnement dont a été victime Macky Sall, ont fini par montrer au monde entier la face odieuse du PDS d’aujourd’hui, parti familial au service et pour la promotion d’une famille aux visées obscures et obscurantistes.

Ces attaques de basses étages ont consacrée un PDS qui ne souci plus de l’intérêt publique mais plutôt mue par des intérêts prives. UN PDS qui ne se gène pas a jouer avec les institutions du pays, au prix de la déstabilisation de la république et de la nation.
Le parti démocratique sénégalais d’aujourd’hui est devenu le parti de l’injustice, du non progrès et surtout de promotion d’intérêts individuels occultes au service de l’intérêt d’un homme et de la famille.

Non, ce PDS n’est plus celui que nous avons connu. Nous décidons de ce fait de démissionner a compter d’aujourd’hui de ce parti , suivi en cela par tous les militants dont nous sommes les responsables et invitons tous les autres militants valeureux et sincères, aux Etats-Unis, dans la Diaspora et au Sénégal de nous suivre dans ce geste et tourner le dos a ce parti devenu dangereux pour la stabilité du pays.

Nous témoignons de notre soutien à Macky Sall et lui réitérons notre engagement dans ses projets futurs et a travers nous celui des tous les militants des Etats-Unis.

Faits à New-York le 10 Novembre 2008,


2.Posté par Wakh Deugue le 12/11/2008 12:58
Sale type,tu va tout rembourser jusqu'au dernier centime.
C'est parceque tu a trop bouffé que ton père ne peut accepter qu'un autre le remplace, mais sache Dieu est Grand et est là pour tout le monde.
Je te plains vraiment car aujourd'hui tu fait le petit prince mais demain te reserve degrandes surprises.
Tu connait pas le Sénégalais et tu connait pas non plus les Sénégalais.
En 2000, ton père ne croyait même pasqu'il allait devenir Président et pourtant le Bon l'a voulu ainsi.
Mais puisque toi tu ne connait pas le Bon Dieu, tu te dis que tu vas tous nous acheter avec les milliards que tu a volés.
Seulement rappelle toi que ce sont nos milliards que tu détiens et que tu devra nous rembourser quelque soit alpha.

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State