Référence multimedia du sénégal
.
Google


hh



KAOLACK / SORGHO ET DU SESAME : Les américains suspendent l’appui aux filières

L’agence Américaine pour le développement international (USAID), à travers son Projet de croissance économique (PCE), vient de rendre publique sa décision d’arrêter son intervention directe sur les filières du Sorgho biologique et du Sésame. A ce sujet, elle a tenu conjointement deux rencontres les 6 et 7 Juin dernier dans la capitale du bassin arachidier, pour d’une part procéder à l’évaluation des deux (2) programmes, et de l’autre, les léguer aux organisations de producteurs avec qui elle a cheminé pendant cinq (5) ans dans le programme Sésame et trois (3) ans pour le Sorgho biologique.



KAOLACK / SORGHO ET DU SESAME : Les américains suspendent l’appui aux filières
Suite au programme de renforcement de capacités déjà poursuivi au courant de l’année 2010, en direction d’un effectif de 1658 producteurs investis dans la culture du Sorgho biologique certifié en conformité avec les normes fixées par l’union Européenne, la culture du Sorgho local qui était auparavant considérée comme une emblave marginalisée à cause d’un déficit lié surtout au manque de débouchées commerciaux, s’est, au fil des années, ouverte aux marchés nationaux et internationaux. Les rendements qui ne dépassaient guère 811 Kg à l’hectare d’après les rapports de 2010, servaient plutôt à la consommation des familles qui s’y activaient. C’est surtout à partir de la même année que le Sorgho est revenu à la convoitise des nombreux producteurs dotés par les prix attractifs que la commercialisation du produit revêtait. Outre l’implication d’un grossiste consolidateur, le programme a également réussit à mettre en place des structures d’appui et des consultants, en marge de l’implantation d’un système de contrôle interne de la traçabilité, qui a d’ailleurs autorisé la certification « Ecocert ».

Un mécanisme de suivi a aussi été mis en opération et chaque groupement est équipé d’un matériel informatique. Tout ceci a été précédé par la formation des animateurs pour la collecte de données. En 2010, une production de 129 tonnes de sorgho biologique a ainsi été réalisée. 64 tonnes de cette même production ont relativement été commercialisées pour une valeur de prés de 12 millions de francs. En 2011, ce tonnage tiré de la production a connu une hausse. Les 129 tonnes obtenues en 2010 sont passées de 1500 tonnes. 70 tonnes ont ainsi été commercialisées dans cette même production. S’agissant du Sésame, cette même évolution a été aussi constatée dans la production.

Essentiellement orientée vers l’exploitation autrement dit vers les marchés internationaux, la culture du Sésame a connu aussi une progression fulgurante avec la coopération américaine et un chiffre d’affaires de 3 Milliards de FCfa.
De 302 tonnes en 2007, le volume de production est passé en 2008 au départ du projet à 1305 tonnes avant d’atteindre la barre des 3241 tonnes en 2009. Ainsi durant la période d’intervention, 1571 producteurs et collecteurs ont subi une formation en techniques d’exploitation culturale du Sésame. Et au cours de 5 années d’exercices, une production de 350 tonnes de Sésame naturel a été commercialisée pour un chiffre d’affaire de prés de 88 millions de FCfa.

Abdoulaye Fall
Source Sudonline.sn

Dimanche 10 Juin 2012



Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 19 Août 2013 - 13:13 FERMETURE DES ENTREPRISES : Le fond du débat








Plateforme d’information et d’intéraction a temps réel
Optimisé pour être vu en 1024x768 I.E. 6.0 ou plus récent

Info sur Xibar.net | Conditions d'utilisation | Données personnelles | Publicité | Aide / Contacts |
Copyright © 2007 Xibar multimedia Tous droits réservés