Référence multimedia du sénégal
.
Google

Jim Loveland (Consul des Etats-Unis à Dakar) : ‘55 000 visas seront délivrés cette année au titre de la loterie’

Article Lu 12330 fois

Jim Loveland est le Consul des Etats-Unis d’Amérique au Sénégal depuis deux ans.Le diplomate américain se prononce sur la loterie américaine baptisée en anglais ‘Diversity visa’ pour l’obtention d’un visa de résidence. Comme chaque année, le département d’Etat prévoit de délivrer des milliers de visas aux citoyens de pays à faible taux d’immigration pour les aider à réaliser leurs rêves de l’’American way of life ’. Toutefois, le Consul des Etats-Unis d’Amérique à Dakar met en garde les candidats à la loterie contre les sites Internet qui se font passer frauduleusement pour des sites officiels du gouvernement des Etats-Unis.



Jim Loveland (Consul des Etats-Unis à Dakar) : ‘55 000 visas seront délivrés cette année au titre de la loterie’
Wal Fadjri : Quelle est la philosophie de la loterie américaine dénommée ‘Diversity visa’ ?
Jim LOVELAND : La loterie ‘Diversity visa’ a été lancée pour la première fois par le Congrès de notre pays en 1995. Elle est conçue pour amener une plus grande diversité culturelle aux Etats-Unis. C’est un programme qui offre des visas d’immigrants aux ressortissants de pays qui ont un taux d’immigration aux Etats-Unis traditionnellement bas. Cette année, le département d’Etat prévoit de délivrer 55 000 visas aux personnes nées dans ces pays d’immigration faible.

Wal Fadjri : Quels sont les objectifs à court, moyen et long terme que votre gouvernement assigne à ce programme ?

Jim LOVELAND : Comme je l’ai déjà dit, ce que nous voulons, au terme de ce processus, c’est la diversification de notre société. C’est pourquoi, nous n’acceptons de donner des visas d’immigrants qu’aux pays qui ont une faible immigration aux Etats-Unis. Les objectifs pour le court, le moyen et le long terme restent les mêmes. Par exemple, si nous prenons le cas du Sénégal, si votre pays atteint une certaine limite d’immigration aux Etats-Unis, on pourrait peut-être prévoir l’élimination de ce programme de ‘Diversity visa’ dans ce pays. Mais on est très loin de cette éventualité. Ce qui est sûr, c’est que cela n’arrivera pas de sitôt. Car, le taux d’immigration des Sénégalais aux Etats-Unis n’est pas très fort.

Wal Fadjri : Qu’est-ce qui explique la faiblesse du taux d’immigration des Sénégalais aux Usa ?

Jim LOVELAND : Il y a certaines barrières parmi lesquelles la langue. On peut considérer, à raison, le fait que le Sénégal est un pays francophone. Il y a aussi que le Sénégal n’est pas proche des Etats-Unis. Ce qu’on voit, c’est qu’il y a beaucoup plus d’immigrants qui viennent du Mexique et des pays environnants. C’est à cause sans doute de la proximité géographique. Mais, ce qui est clair, c’est qu’il y a une population sénégalaise qui est installée aux Etats-Unis. Et cette population peut demander à leurs parents de venir les rejoindre. Ce qui fait qu’avec le temps, on peut s’attendre à ce que la communauté sénégalaise aux Etats-Unis augmente.

Wal Fadjri : Quels sont les critères pour postuler à la loterie américaine de visas ?

Jim LOVELAND : Parmi les critères que nous avons mis en place, pour avoir le visa de la loterie, il faut avoir au minimum le niveau d’études du baccalauréat ou avoir une expérience professionnelle dans les métiers reconnus par le département du Travail americain. (On peut voir la liste des metiers sur le site d’internet officiel du DV : www.dvlottery.state.gov. Si on a tenu à exiger ce niveau d’études, c’est que nous voulons faciliter l’intégration de ceux qui immigrent aux Etats-Unis. Car il est prouvé qu’avec un minimum d’éducation de base, on s’intègre plus facilement. Mais ce que je voudrais souligner, c’est que le fait de gagner à la loterie, n’indique pas qu’on a automatiquement le visa. Le gagnant doit être qualifié et avoir un certain niveau d’éducation de base ou l’experience professionelle requise.

Wal Fadjri : En faisant de la qualification un critère de base pour l’obtention du visa de loterie, ne favorisez-vous pas la fuite des cerveaux ?

Jim LOVELAND : La qualification par les études n’est pas le seul critère. Le demandeur de visa de loterie peut être qualifié dans le domaine des études ou par le biais de l’expérience professionnelle.

Wal Fadjri : Quelle est la périodicité entre deux loteries ?

Jim LOVELAND : Chaque année, il y a une période d’inscription qui dure deux mois et demi. Cette année, les inscriptions à la loterie ont commencé le 5 octobre et elles vont finir le 30 novembre prochain. Ceux qui s’inscrivent actuellement pour la loterie ‘Diversity visa’, s’ils gagnent, vont se voir livrer leurs visas en 2010 ou 2011. Par exemple, celui qui gagne actuellement son visa à la loterie, il peut se présenter à l’ambassade pour faire la demande de visa entre le 1er octobre 2010 et le 30 septembre 2011.

Wal Fadjri : Quelle est la part du hasard dans cette loterie quand bien même il y ait d’autres critères à remplir après avoir gagné ?

Jim LOVELAND : La sélection des gagnants est faite au hasard par un ordinateur. Comme vous l’avez dit, il y a une différence entre gagner à la loterie et être qualifié pour l’obtention du visa. Ce sont deux étapes différentes.

Wal Fadjri : Y a-t-il beaucoup d’appelés et peu d’élus ?

Jim LOVELAND : Ce que je sais, c’est que, dans le monde entier, il y a eu 13 à 14 millions de demandes au dernier tirage. Et quelque 100 mille personnes ont été sélectionnées finalement. Je vous laisse juger.

Wal Fadjri : Combien de demandes avez-vous reçues d’Afrique ?

Jim LOVELAND : Je ne connais pas le chiffre exact. Mais ce que je sais, c’est que 52 mille candidats ont été sélectionnés en Afrique sur les 100 mille.

Wal Fadjri : Combien de Sénégalais ont été sélectionnés au dernier tirage ?

Jim LOVELAND : Au Sénégal, cinq cents personnes ont gagne la loterie pour l’année 2010. Actuellement, ceux qui ont été sélectionnés sont en train de remplir les formulaires pour la demande de visa. Et cela va se terminer le 30 septembre 2010.

Wal Fadjri : Avez-vous une idée du nombre de bénéficiaires de ce programme depuis 1995, dans le monde, en Afrique et au Sénégal ?

Jim LOVELAND : Malheureusement, je n’ai pas les chiffres.

‘Je veux mettre en garde les candidats à la loterie de visas américains (…) contre ces sites Internet qui se font passer frauduleusement pour des sites officiels du gouvernement des Etats-Unis. Il faut suivre seulement le site officiel de la loterie : www.dvlottery.state.gov. Ce site contient les instructions du programme, en detail, et en francais.’

Wal Fadjri : Après la sélection, qu’est-ce qui va se passer ?

Jim LOVELAND : Je dois d’abord préciser que les candidats sélectionnés seront informés au printemps prochain (avril, mai 2010) par courrier postal par le Centre consulaire de Kentucky et non par courrier électronique. Si j’ai tenu à faire cette précision, c’est que je veux mettre en garde les candidats à la loterie de visas américains. En effet, il y a des sites Internet qui se faisaient passer frauduleusement pour des sites officiels du gouvernement des Etats-Unis. Certaines sociétés qui prétendent représenter le gouvernement des Etats-Unis, ont ainsi collecté de l’argent afin de ‘remplir’ les formulaires des candidats à la loterie. Or, il n’y a aucun frais pour télécharger et remplir le formulaire électronique d’inscription à la loterie ‘Diversity visa’.

Après cela, les personnes retenues devront s’acquitter des frais de demande de visa immigrant uniquement auprès de l’ambassade des Etats-Unis. Les candidats ne doivent, en aucun cas, envoyer de l’argent pour les frais de visa par courrier ni par un service de distribution, quel qu’il soit. Après avoir déposé tous les documents, un rendez-vous d’entretien est fixé au candidat. Une autre chose très importante que je voudrais rappeler, c’est que, dans ce processus, nous ne demandons à aucun moment de l’argent jusqu’à l’entretien à l’ambassade. Si quelqu’un demande de l’argent, il ne le fait pas en notre nom. Car nous n’avons pas d’intermédiaires.

Wal Fadjri : Voulez-vous dire que la loterie est totalement gratuite ?

Jim LOVELAND : Pour jouer à la loterie, c’est totalement gratuit. Le seul moment où on doit remettre de l’argent, c’est à l’entretien.

Wal Fadjri : Les bénéficiaires seront-ils accompagnés pour leur insertion aux Usa ?

Jim LOVELAND : Je voudrais dire que le gouvernement américain n’a pas de programme de soutien économique pour les immigrés qui arrivent. On considère que celui qui demande le visa de loterie, veut démontrer par là qu’il a les moyens économiques de vivre de son travail aux Etats-Unis, sans accepter aucune aide de notre gouvernement. Mais en général, ceux qui font la demande de visa de loterie, s’ils n’ont pas personnellement les moyens économiques, trouvent la plupart du temps une personne aux Etats-Unis qui va les aider pour quelques mois, un an, voire deux ans, le temps de trouver du travail et de se prendre en charge.

Wal Fadjri : N’y a-t-il pas chez vous des programmes pour requalifier les migrants en vue d’une meilleure insertion ?

Jim LOVELAND : Ce type de programme existe aux Etats-Unis. Mais ce n’est pas au niveau du gouvernement central. Chaque Etat a son programme local pour aider les gens qui viennent aux Etats-Unis par le biais du programme de loterie de visas, par exemple, les aider à parler la langue.

‘Ceux qui gagnent à la loterie, ont un statut de résident légal, c’est-à-dire la ‘green card’. Et après cinq ans de vie aux Etats-Unis, le résidant légal peut demander la naturalisation pour devenir un citoyen américain’

Wal Fadjri : Celui qui gagne à la loterie, une fois chez vous, a-t-il les mêmes droits que les autres Américains ?

Jim LOVELAND : Ceux qui gagnent à la loterie, ont un statut de résident légal, c’est-à-dire la ‘green card’. Et après cinq ans de vie aux Etats-Unis, le résidant légal peut demander la naturalisation pour devenir un citoyen américain. Toute personne qui a la ‘green card’, a des opportunités de devenir citoyen américain.

Wal Fadjri : Peut-on être déchu du nouveau statut ainsi acquis et à quelles conditions ?

Jim LOVELAND : N’importe quel résident peut perdre ce statut. Il y a deux critères importants. Le premier critère pour maintenir ce statut, c’est de rester aux Etats-Unis en y résidant. On ne peut pas avoir le statut de résident légal et rester à l’étranger. On doit rester aux Etats-Unis et y habiter une fois qu’on a la ‘green card’, mais on ne peut pas l’abandonner. Le deuxième critère important, c’est qu’on doit respecter les lois des Etats-Unis. Si on commet un crime assez sérieux, le gouvernement peut décider de retirer le statut de résident légal aux Etats-Unis.

Wal Fadjri : Cette loterie est-elle limitée dans le temps ?

Jim LOVELAND : Selon la loi, il n’y a pas de limite temporelle à ce programme de loterie ‘Diversity visa’. Et d’après les tendances actuelles, rien n’indique qu’il va s’arrêter un jour.

Wal Fadjri : Qu’est-ce que les Usa attendent de ces nouveaux immigrants ?

Jim LOVELAND : Depuis la création de notre pays, nous avons toujours valorisé l’immigration qui nous a beaucoup apporté. Pour moi, nous sommes tous bénéficiaires de l’immigration. Les immigrants qui viennent avec leurs talents et leur enthousiasme pour habiter chez nous, apportent quelque chose de très important pour notre identité.

Wal Fadjri : Quel est le secret des Usa en matière d’intégration ?

Jim LOVELAND : Je ne vais pas dire que nous n’avons pas de problèmes d’intégration des immigrés. Tous les pays ont ce type de problème. Je dois reconnaître que nous sommes très ouverts envers les immigrés. Et c’est un peu lié à notre histoire. Chaque Américain connaît au moins un citoyen américain qui est issu de l’immigration ou ses parents. Donc, l’immigration est une chose naturelle chez nous. Cela fait partie de l’identité américaine. C’est pourquoi, l’ouverture est très importante pour nous.

b[Propos recueillis Mamadou SARR
Source Walfadjrib

Article Lu 12330 fois

Jeudi 12 Novembre 2009




Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State