Référence multimedia du sénégal
.
Google

Italie : Le gardien des Lieux saints de l’Islam reçu par le chef de l’Eglise catholique

Article Lu 1540 fois


Le pape Benoît XVI et le roi Abdallah d’Arabie saoudite se sont rencontrés trente minutes en tête-à-tête hier au Vatican, lors de la première rencontre de l’histoire entre un chef de l’Eglise catholique et un souverain wahhabite, gardien des Lieux saints de l’Islam.

Cité du Vatican - Le monarque saoudien, vêtu d’une tenue traditionnelle bleue, blanche et or, est arrivé au Vatican accompagné d’une suite de douze hommes et a été chaleureusement accueilli par le pape. Aucune information n’a filtré sur le contenu de leurs échanges. Le pape a offert au roi d’Arabie saoudite une grande gravure du XVIe siècle représentant le Vatican, ainsi que des médailles de son pontificat. En échange, le roi Abdallah a offert à Benoît XVI une petite sculpture en or et argent représentant un chameau et une feuille de palmier, ainsi qu’une grande épée en or sertie de pierres précieuses.

Le roi d’Arabie saoudite s’est ensuite entretenu avec le secrétaire d’Etat du Vatican, le cardinal Tarcisio Bertone. L’Arabie saoudite et le Saint-Siège n’entretiennent pas de relations diplomatiques.

La rencontre entre le pape et le monarque saoudien intervient dans un contexte d’apaisement des relations entre le Vatican et le monde musulman après la crise provoquée en septembre 2006 par le "discours de Ratisbonne" de Benoît XVI semblant assimiler Islam et violence.

C’est hier soir qu’un communiqué nous apprend que le pape Benoît XVI et le roi Abdallah d’Arabie saoudite se sont prononcés dans la matinée pour "une solution juste aux conflits" du Proche-Orient et se sont engagés en faveur d’un "dialogue inter-religieux" pour promouvoir la cohabitation des peuples.

Les deux hommes "n’ont pas manqué de procéder à un échange d’idées sur le Proche-Orient et sur la nécessité de trouver une solution juste aux conflits qui tourmentent la région, en particulier le conflit israélo-palestinien".

Le pape et le roi "ont renouvelé leur engagement en faveur d’un dialogue interculturel et inter-religieux dont l’objectif est la cohabitation fructueuse et pacifique entre les hommes et les peuples et l’importance de la coopération entre chrétiens, musulmans et juifs pour la promotion de la paix, de la justice et des valeurs spirituelles et morales".

EN BREF - TCHAD : « Arche de Zoé » : divergences Paris-N’Djamena sur le lieu du procès

Le lieu d’un futur procès des membres de l’association « Arche de Zoé », accusés d’avoir voulu emmener du Tchad 103 enfants, a suscité de vives passes d’armes hier entre Paris et N’Djamena, qui semblait fermement décidée à régler le dossier jusqu’au bout sur son territoire. Nicolas Sarkozy a déclaré hier matin qu’il irait "chercher tous ceux qui restent, quoi qu’ils aient fait" au Tchad, où sont encore détenus six bénévoles français dans le cadre de ce dossier. Réplique immédiate du ministre tchadien de la Justice, Albert Pahimi Padacké : "ce n’est pas le président Sarkozy qui décidera", a-t-il assuré, jugeant "inopportune" la déclaration du chef de l’Etat français. Hier matin déjà, dans une interview au quotidien français « Le Parisien », le ministre tchadien de l’Intérieur, Ahmat Mahamat Bachir avait estimé qu’"un procès en France constituerait une insulte pour le peuple tchadien". "Quand nos délinquants se font arrêter chez vous, ils ne sont pas amenés ici", avait-il ajouté. "Les faits ont été commis au Tchad.

C’est pourquoi ces bandits doivent être jugés et condamnés ici". "Les faits ont été commis au Tchad. C’est pourquoi ces bandits doivent être jugés et condamnés ici", avait-il insisté. Les inculpés "doivent aussi purger leur peine dans le pays : qu’ils goûtent à nos prisons !", s’était exclamé le ministre.

AFGHANISTAN - 40 morts et 120 blessés dans un attentat suicide

Quarante personnes, dont six parlementaires, ont été tuées et 120 blessées, selon un responsable hospitalier, dans l’attentat suicide le plus meurtrier en Afghanistan commis hier contre des parlementaires en visite dans une usine du nord du pays. L’attentat s’est produit dans l’après-midi dans l’agglomération de Pul-i-Khumri, dans la province généralement calme de Baghlan, à environ 150 km au nord de Kaboul. "Dans quatre hôpitaux, nous avons enregistré 120 blessés et 40 tués", a déclaré Youssouf Faiz, le responsable des hôpitaux de la province de Baghlan. Le président afghan Hamid Karzaï a aussitôt condamné "cet acte haineux de terrorisme". L’attentat, qui s’est produit dans une usine de sucre de la ville de Pul-i-Khumri, dans la province de Baghlan, à environ 150 kilomètres au nord de Kaboul, est le plus meurtrier jamais commis en Afghanistan, touché par une vague d’attaques suicide depuis le renversement des talibans à la fin 2001. "Cet acte haineux de terrorisme est dirigé contre l’Islam et l’humanité et je le condamne dans les termes les plus fermes", a déclaré M. Karzaï. "C’est l’œuvre des ennemis de la paix et de la sécurité en Afghanistan", a-t-il ajouté.

Source: AFP / Le Soleil

Article Lu 1540 fois

Mercredi 7 Novembre 2007


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State