Référence multimedia du sénégal
.
Google

Insécurité aux Parcelles Assainies : une bande d’agresseurs fait la loi pendant toute une soirée

Article Lu 1723 fois

A l’intersection des unités 24 et 26, il faisait environ 23 heures 15 quand un gang, de près d’une quinzaine de malabars, s’est attaqué à un couple, la soixantaine révolue accompagnée d’une autre dame. Sous la menace de leur coupe-coupe, ils ont exigé et obtenu de leurs victimes, qu’elles leur remettent les téléphones portables. Ils s’en sont ensuite pris à deux autres filles qui ont subi le même sort.



Insécurité aux Parcelles Assainies : une bande d’agresseurs fait la loi pendant toute une soirée
Les délinquants ne se sont même pas préoccupés de la lumière des réverbères ou des projecteurs du Stade Léopold Sédar Senghor qui accueillait un match de fooball ce même soir. Mieux, la scène s’est passée sous le regard médusé des passants, y compris votre serviteur, des vendeurs jalonnant cette rue, devant une boutique encore ouverte.

Les bandits se sont livrés à leur sale besogne avec un sang froid déconcertant. Après leur forfait, ils n’ont même daigné s’enfuir. Ils ont tranquillement continué leur chemin.

Un peu plus tard vers 23 heures 30, c’est probablement la même bande qui s’est manifestée aux Unités 24 et 26. Les cinq membres d’une même famille, assis tranquillement devant le portail de leur maison ont été victimes du même modus operandi. Sous la menace des coupe-coupe et couteaux de la bande, ils ont cédé leurs téléphones portables aux voyous avant de courir se réfugier dans leur propre maison.

Le commissaire Camara des Parcelles assainies que nous avons joint au téléphone, affirme que chaque soir ses éléments partent en patrouille. "Ce mercredi soir exceptionnellement, nous avons envoyé, à titre préventif, le gros de la troupe vers Grand-Yoff, en raison des matchs de ‘‘Navétanes’’ qui se déroulaient au Stade Léopold Sédar Senghor ce soir-là », renseigne M. Camara.

N’empêche, les hommes du commissaire Camara intervenus après les dégâts, ont interpellé un individu qui est en garde à vue. L’enquête se poursuit pour retrouver les délinquants et les mettre hors d’état de nuire.

En attendant, les habitants des Parcelles assainies vaquent à leurs occupations, chez eux ou dans la rue, la peur au ventre.

Cheikh Lamane DIOP
Source: African Global News

Article Lu 1723 fois

Vendredi 21 Septembre 2007





1.Posté par bobo le 21/09/2007 10:44
si l'Etat n'est pas capable de proteger les citoyens je crois que chacun doit être sur ses gardes et surtout être prêt comme une éventuelle victime.


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 13:10 L’adultère est-il devenu une banalité ?

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State