Référence multimedia du sénégal
.
Google


hh



Indiscipline des sénégalais : Mary Teuw Niane tient l’autorité publique pour seule responsable

La cérémonie officielle de rentrée sociale des étudiants de l’Université Gaston Berger (Ugb) de Saint-Louis sous le thème «Jeunesse et patriotisme» a été une occasion, pour le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Mary Teuw Niane, de condamner la démission de l’autorité publique. Celle-ci, selon lui, renonce, le plus souvent, à instaurer une société propice à la sanction des fautes commises. Il a, par ailleurs, appelé les jeunes à s’engager dans des projets de développement au lieu de rester oisifs durant les vacances.



Indiscipline des sénégalais : Mary Teuw Niane tient l’autorité publique pour seule responsable
(Correspondance) - Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche tient l’autorité publique pour seule responsable de «l’indiscipline qui frise la sauvagerie» des Sénégalais au sein du pays et à l’étranger en particulier dans les aéroports et à la Mecque. Selon lui, l’autorité publique ne mesure pas, à sa juste valeur, son devoir d’inculquer des valeurs, d’imprimer à la nation entière un comportement et de façonner son attitude et ses aptitudes. Hésitante lorsqu’elle se sent contrainte à annoncer une mesure, à force de tergiversation, de renoncement en reniement, elle finit toujours par l’abandonner. Les pouvoirs publics ne se décident ainsi pas, alors qu’ils devraient instaurer une société propice à la sanction des fautes commises, a déclaré le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Mary Teuw Niane faisait une communication ce vendredi sur le thème «Etudiants responsabilité et patriotisme» à l’occasion de la cérémonie officielle de la rentrée sociale 2012-2013 des étudiants de l'université Gaston Berger (Ugb).

Le Pr Niane estime que les autorités politiques n’ont d’autres choix que le courage d’engager des ruptures, d’assumer la responsabilité de l’autorité dont elles sont dépositaires et de prendre les décisions courageuses qui sauvegardent les possibilités de réussir l’objectif de bien-être pour le Sénégal. Cela, même si elles devaient être impopulaires. Par ailleurs, il a dit sa peine de voir que, pendant que des groupes de volontaires étrangers enthousiastes et durs à la tâche sont en train de construire des salles de classe et des dispensaires, des jeunes destinataires de ces infrastructures s’amusent, jouent au football ou flânent en toute irresponsabilité. Les vacances scolaires et universitaires constituent, a-t-il affirmé, des moments à valoriser. Ce qui est contraire à la réalité sénégalaise où les jeunes sont laissés à eux-mêmes, oisifs ou dans les activités sportives des Navétanes.

L’attitude des autorités inhibe le comportement des jeunes

Mary Teuw Niane a condamné la facilité encouragée, depuis quelques décennies, par l’attitude des autorités et la culture véhiculée qui inhibe profondément le comportement des jeunes. Il estime que l’utilisation de volontaires dans la construction des infrastructures indispensables au développement (routes, digues, barrages, canaux, écoles, universités, périmètres de cultures irriguées, centrales électriques, hôpitaux, dispensaires, étables…) est un facteur important sur lequel le Sénégal pourra compter. Il a, à cet égard, appelé les jeunes à s’engager dans des projets de volontariat parce que, affirme-t-il, la réduction des gaps dans les indicateurs d’atteinte du bien-être des populations et des infrastructures ne se fera pas à travers seulement l’aide et les prêts, mais sera rendue réelle grâce à des bras libres, à la tête pleine. Le Pr Niane dit ne pas comprendre que le Sénégalais qui est compétent dans divers domaines et qui fait montre d’un esprit d’initiative à nul autre pareil lorsqu’il est à l’étranger, reste cependant, inhibé, amorphe, attendant tout de l’Etat quand il est à l’intérieur des frontières du pays. Ce sont de pareils paradoxes qui maintiennent le Sénégal dans la grille des pays pauvres, alors que la qualité du potentiel de ses ressources humaines, dans un monde globalisé de l’information et de l’économie de la connaissance, devrait le situer dans le lot des pays émergents dans le monde. L’ancien recteur de l’Ugb a souligné que la jeunesse constitue un atout pour le Sénégal, qui doit s’appuyer sur cette couche de la population pour propulser son développement économique. Pour lui, l’éducation et la formation restent la voie la plus glorieuse pour participer au développement du pays. La jeunesse ainsi pourvue d’une instruction sera attachée aux valeurs de solidarité et de service volontaire à la communauté. La jeunesse, loin d’être un fardeau, sera alors, dira-t-il, une richesse renouvelable, un moteur pour la transformation de la société et un bien d’exportation.

Une incohérence dans les actions des pouvoirs publics

Le ministre a, également, fait part, en outre, de l’incohérence qu’il a constatée, depuis les indépendances, dans les actions des pouvoirs publics, des institutions publiques, des entreprises et le comportement des hommes politiques. En plus du manque de cohésion, ces actions compartimentent la vie économique, sociale, culturelle, scientifique et technologique. Selon lui, ces structures manquent d’ambition pour le pays. Ou lorsqu’elles en ont, elle est débridée, son fondement rationnel est mal défini et sa mise en œuvre ne mobilise pas l’ensemble des potentialités, des compétences et des capacités dont dispose le pays.Dans un tel contexte, ajoute-t-il, les étudiants, ont une lourde responsabilité. Les intellectuels doivent être, à la fois, les chantres de l’Afrique unie, les démiurges des nouvelles pistes d’exploration pour sortir le Sénégal du sous développement mais aussi, tout en gardant jalousement leur personnalité, leurs idées. Il a invité à la communion des projets de développement individuel afin d’élargir les chances de réussir la construction du Sénégal et de l’Afrique. La rentrée sociale des étudiants permet d'accueillir les nouveaux étudiants et leur présenter leur nouvel environnement académique et social. Elle vise une meilleure intégration des nouveaux bacheliers au sein du campus social et académique. Moult activités académiques et culturelles ont marqué cette rentrée 2012-2013.

Walfadjri Aïda Coumba DIOP

Lundi 21 Janvier 2013




1.Posté par Mimi le 22/01/2013 07:53
je n'aime pas sa façon de faire o tps où il est recteur, mais deug nékhoul il a parfaitement sur le comportement des autorités étatiques dans chaque instance de décision et qui fait de notre Sénégal léldorado des incapables et d'une jeunesse sauvage.

Mimi

2.Posté par Ngomack le 22/01/2013 10:02
Une telle Verite est rarement prononcee par une Autorite Senegalaise;
Bravo !!! Mr. le Ministre
Au juste c'est l'Autorite Administrative qui a le Role d'eduquer les Administres par les Multiples Moins qu'elle detiene.

3.Posté par Toutie le 23/01/2013 11:11
Merci Mr le Ministre et illustre professeur tu ne finis jamais de nous seduire par tes idees
Merci

4.Posté par yuusu le 25/01/2013 09:05
Félicitations pour cette excellente communication venant d'une autorité politique.
cependant son argumentaire aurait dû avoir plus de pertinence s'il avait le courage d'aller jusqu'aux causes les plus profondes de ce manque initiative citoyenne des jeunes. Parce que ce navétanes qu'il décrit tant et à juste titre ont été jusqu'aux années 80 une cadre qui permettait aux jeunes des villes d'initier des cours de vacances, des set settal et des investissements dans les champs collectifs des villages. D'ailleurs l'idée des vacances citoyennes qu'avait reprise le régime de l'alternance s'inspirait des initiatives des années 70.
Le seul regret dans l'argumentaire du Ministre est de ne pas dénoncer le rôle des politiques; lesquelles déjà s'enrichissent sans travailler faisanr croire aux jeunes que la politique promeut beaucoup plus rapidement que les études et ensuite, ils sont plus motivés à financer une finale de navétane qu'un micro projet de jeunes;
Donc pour moi cette jeunesse dont on décrit les agissements malsains que je condamne ne sont que le produit de cette société politique de Abdou Diof en passant par Abdoulaye Wade et jusqu'à Maky Sall qui vient de l'illustrer par la nomination de Doudou Ndiaye Mbengue au poste de PCA du BSDA, auen pensent les jeunes sur ces promotions

5.Posté par Didier Six le 25/01/2013 15:56
Voila un homme qui aime son pays et son développement.
Nous devons changer de comportement. Les sénégalais se croient civiliser à 100% mais loin de là.
"Exige beaucoup de toi-même et attends peu des autres. Ainsi beaucoup d'ennuis te seront épargnés." Confucius

6.Posté par issa Diarra promo sanar 1 le 26/01/2013 10:57
MERCI DE VOTRE COURAGE CAR VOUS AVEZ ETE TJRS DE LA TREMPE DES CADRES DONT LA COMPETENCE N'EST POINT LIEE A LA POLITIQUE POLITICIENNE. POUR LE DEVELOPPEMENT IL FAUT OSER PRENDRE DES MESURES IMPOPULAIRES MAIS DANS L'INTERET GENERAL DE TOUT LE PAYS.
AU LIEU DE PENSER A UN MINISCULE GROUPE D'INDIVIDUS OU DE VEUREUX MARABOUTS, LA PRIORITE AU PEUPLE ENTIER. MERCI MONSIEUR DE VOTRE COURAGE LENGENDAIRE DE DIRE TOUJOURS HAUT CE QUE LES AUTRES PENSENT TOUT BAS. CONTINUEZ DANS CETTE LANCEE MEME AU PRIX DE VOTRE LIMOGEAGE. IL FAUT ETRE DIGNE DANS TOUTE MISSION QUE L'ON VOUS CONFIE ET POUVOIR MARCHER LA TETE HAUTE POUR LA PROSPERITE.
VIVEMENT VOUS

7.Posté par bob le 26/01/2013 12:30
Merci de cette prise de conscience .
Je me rappelle à une époque, les jeunes pendant les vacances, de retour dans leurs localités, organisaient des activités culturelles, éducatives et sportives. Ce qui maintenait une dynamique dans les régions.
Parfois les jeunes faisaient également des actions de sensibilisation sur l'hygiène, la propreté avec des interventions de nettoyages, de désherbages des écoles, hôpitaux, dispensaires etc...
Relancer ces activités permettra au sénégal, par l'action civique, d'aider les populations et l'Etat dans ces politiques de préventions sur le plan de la santé et de l'éducation. Ainsi peut-être voir nos villes et bourgades devenir propres et accueillantes.
Il faudrait que les responsables administratifs (tout corps) informent, sensibilisent et final sanctionnent.
La sanction est utile quand les individus refusent la vie en communauté. Et comme nous le savons tous, au sénégal, la sanction pécuniaire est la plus douloureuse, donc à appliquer le plus souvent et vous verrez les résultats.

Pour ce qui est de la sensibilisation et de l'éducation, les médias devraient être mis à contribution au lieu de nous divertir du matin au soir avec des émissions abrutissantes (musiques, débats en n'en plus finir etc..)
Bien à vous, Tous mes encouragements
.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >







Plateforme d’information et d’intéraction a temps réel
Optimisé pour être vu en 1024x768 I.E. 6.0 ou plus récent

Info sur Xibar.net | Conditions d'utilisation | Données personnelles | Publicité | Aide / Contacts |
Copyright © 2007 Xibar multimedia Tous droits réservés