Référence multimedia du sénégal
.
Google

Immigration : à qui profite le chiffre ?

Article Lu 1989 fois

La statistique est l’axe central de la communication du ministre français Eric Besson. Au cœur de la communication politique du ministre français de l’Immigration, la statistique prétend à l’objectivité. Mais, face au très vif débat sur la politique migratoire française, la prudence s’impose. Un chiffre peut très vite être détourné de son interprétation première, voire directement instrumentalisé. A côté des chiffres officiels, reste, pour certaines associations, à prêter l’attention à ce qui justement n’est pas décompté.



Immigration : à qui profite le chiffre ?
La statistique est une arme politique, sur un sujet aussi polémique que la politique migratoire française. Manipulés, mis en valeur ou bien ignorés, les chiffres peuvent avoir un grand impact sur les décisions politiques. Le ministre français de l’Immigration s’est une nouvelle fois illustré à cet exercice mercredi, alors qu’il répondait aux questions de France Inter.

Liberté d’interprétation

Axe central de sa communication, le ministre a expliqué sur France Inter que la France est le pays le « plus généreux en terme de droit d’asile ». Le quotidien Libération l’a pourtant démontré dès le mois d’octobre, la France arrive deuxième au niveau des demandes d’asile, avec 22 751 demandes dans les sept premiers mois de 2009, contre 28 297 aux Etats-Unis. Le taux d’acceptation des demandes est également plus bas que plusieurs autres pays d’accueil. Avec tact, le Haut commissariat aux réfugiés (HCR) s’est attribué auprès de Libération ce malheureux « malentendu » dans la compréhension de ses données.

A propos des séjours de courte durée, le ministre de l’Immigration a par ailleurs affirmé au cours de l’interview que les demandes de visas étaient satisfaites au moins à 90% dans les consulats du Maroc, de l’Algérie, de la Tunisie, du Mali ou du Sénégal. Selon une source contactée par Afrik.com, le taux d’acceptation au consulat du Maroc serait plutôt de l’ordre de 50%. Mais on peut toujours imaginer que le ministre joue quelque peu sur les mots, en éliminant par exemple du décompte les dossiers rejetés car incomplets.

Le journaliste chargé de l’interview, Nicolas Demorand, a fait état d’un grand nombre d’appels au standard de l’émission, pour des cas de refus de visas jugés difficilement explicables. Chose étrange pour un ministre qui récuse toute accusation d’arbitraire, Eric Besson a d’ailleurs pris les coordonnées d’un auditeur souhaitant que sa belle-mère marocaine puisse rendre visite à sa famille en France.

A chaque polémique sa statistique

Les approximations chiffrées ne sont pas le seul fait du ministre. Les journalistes sont également demandeurs de statistiques, même quand l’outil de mesure n’existe pas. Eric Besson a ainsi été sommé mercredi de donner un chiffre sur le nombre de travailleurs sans-papiers concernés par la régularisation annoncée mardi. Le ministre a précisé que l’estimation de ses services, « de l’ordre du millier », était relativement « aléatoire ». Le chiffre donné a d’ailleurs été très vite corrigé : les estimations officielles sont désormais de « 500 à 1 000 » régularisations. Un chiffre basé sur une méthode de calcul des plus floues.

Les chiffres ont pris un enjeu majeur dans les débats qui tournent autour de l’immigration et de l’intégration des nouveaux Français [1]. Les polémiques lancées, au cours des dernières années, sur des sujets comme l’excision, les mariages forcés, la polygamie ou le port de la burqa vont souvent de pair avec la question de savoir combien de personnes sont concernées. Les statistiques sont alors rarement fiables, quand elles sont disponibles. Concernant les mariages forcés, par exemple, le blog « Nouvelles d’Orient » du Monde diplomatique a noté en 2007 que les statistiques officielles se basaient sur l’hypothèse que les pratiques des pays d’origine étaient perpétuées dans les mêmes proportions chez les représentants des « ethnies » concernées.

La controverse plus récente sur le port de la burqa, qui a servi de préalable au débat sur l’« identité nationale », a mené à une production statistique très politisée. Le gouvernement avait été mis en difficulté, du fait de l’accent mis par les médias sur le très faible nombre de cas recensés. Une étude des renseignements intérieurs (DCRI), révélée fin juillet par Le Monde, recensait en effet 357 femmes porteuses de la burqa. Mais Le Figaro a opportunément pu « consulter », dix jours plus tard, un « rapport confidentiel du ministère de l’Intérieur ». Le chiffre de 2 000 femmes portant la burqa est dès lors devenu une référence, utilisable dans les discours des ministres. Comme le relevait mi-novembre Afrik.com, le rapporteur de la mission parlementaire sur la burqa, Eric Raoult, n’a pas hésité de son côté à partir d’un cas unique [2] pour dépeindre des banlieues de métropoles peuplées de petites filles de six ans habillées d’une burqa.

Les bons comptes font les bons amis

Sur le plan général de l’immigration, la plus importante des statistiques manque : personne n’est capable de dénombrer les sans-papiers en France. Les estimations varient facilement du simple au double, généralement entre 200 000 et 400 000 individus. Ce qui n’a pas par exemple empêché le prédécesseur d’Eric Besson au ministère de l’Immigration, Brice Hortefeux, d’annoncer en 2008 une baisse de l’immigration clandestine d’« environ 6% ».

Il est intéressant de noter que, dans son interview à France Inter, Eric Besson a annoncé la création d’un outil statistique pour le nombre annuels de régularisations. Le ministère en reste dans ce domaine à un agrégat « empirique », tout en pouvant par contre annoncer de façon précise le nombre d’expulsions. Un outil statistique utile à la politique gouvernementale, puisque l’objectif de 27 000 expulsions pour l’année 2009 est la vitrine du ministère de l’Immigration.

Chaque outil statistique possède donc une forte charge politique. Le réseau Migreurop milite à l’inverse pour un décompte du nombre de décès chez les migrants dans leur tentative de rallier l’Europe. Une statistique qui vise à dénoncer les dégâts des politiques actuelles de lutte contre l’immigration clandestine. Les méthodes de calcul sont approximatives, mais l’organisation pense pouvoir affirmer que plusieurs dizaines de milliers de clandestins ont trouvé la mort au cours des dix dernières années pour rallier l’Europe.


[1] Eric Besson préfère à ce sujet parler d’« assimilation », un modèle qui signifie la renonciation des immigrés aux éléments de leur culture d’origine

[2] Un témoignage non sourcé rapporté à l’origine par le président de la mission parlementaire

Denis Carlier
Source Afrik.com

Article Lu 1989 fois

Dimanche 29 Novembre 2009





1.Posté par Bakh le 30/11/2009 13:18
Vous voyez sa tête et ça en dit long!

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State