Référence multimedia du sénégal
.
Google

Image de la France en Afrique : Les ambassadeurs français reconnaissent qu'elle se dégrade

Article Lu 1853 fois


Quarante-deux ambassadeurs français en poste en Afrique ont reconnu la dégradation de l’image de leur pays sur le continent. C’est leur avis couché sur un document du Quai d’Orsay qui enquêtait sur la question. Ainsi, la France n’est plus la référence unique en Afrique. Plusieurs raisons ont été évoquées, dont l’intervention militaire intempestive, l’exploitation des richesses du continent et la fermeture des frontières françaises aux populations africaines.

(Correspondant permanent à Paris) - Ce n’était qu’un secret de polichinelle que refusaient de reconnaître les autorités françaises. Maintenant, c’est chose faite. Les quarante-deux ambassadeurs de la France en poste en Afrique soulignent, dans un document qui leur a été soumis, que l’image de la France s’est dégradée en Afrique. C’est l’information donnée par le journal Le Monde, qui a reçu le document, dans son édition de vendredi dernier. ‘Non seulement Paris perd pied sur le continent noir, mais son image se dégrade. Objet de débat depuis quelques années, cette réalité est désormais officiellement reconnue et préoccupe le sommet de l'Etat. Multiforme, le constat est dressé dans un ensemble de télégrammes rédigés à la demande du Quai d'Orsay à l'automne 2007 par 42 ambassadeurs en poste en Afrique’, écrit le quotidien du soir français. D’après le document consulté par Le Monde qui cite un télégramme de synthèse, l'image de la France ‘oscille entre attirance et répulsion dans nos anciennes colonies, au gré du soutien politique ou des interventions, militaires notamment, dont ont fait l'objet ces pays’. Citant un diplomate qui a participé à l’enquête, Le Monde reconnaît avec lui que ‘la France n'est plus la référence unique ni même primordiale en Afrique. Les Français ont du mal à l'admettre’.
A l’origine de cette dégradation de l’image de la France, il y a les interventions militaires intempestives dans des pays considérés antidémocratiques, les réseaux économiques françafricains, notamment à travers Elf qui a défrayé la chronique il y a quelques années. D’autres raisons sont citées comme la rude concurrence que subit la France dans le continent. Avec des pays comme les Etats-Unis, l’Inde, la Chine, le Brésil et maintenant les pays arabes. Pire, ‘loin de la pensée misérabiliste, (...) les progrès accomplis par l'Afrique sont importants et largement sous-estimés par l'opinion et les observateurs’ français, estime le document. L’exploitation des richesses africaines ont également participé à ternir l’image de la France sur le continent. Selon Le Monde, ‘la voracité prêtée à la France en matière d'exploitation des ressources naturelles pèse aussi’. Avant de nuancer en disant que, ‘là encore, l'idée selon laquelle Paris tire toutes les ficelles dans ses ex-colonies relève du leurre, assurent les diplomates, puisque les principaux intérêts français se situent en Afrique anglophone. Le Nigeria et l'Afrique du Sud concentrent la moitié des échanges français avec le continent’. Certes, mais l’on sait que ce renversement de situation est récent et que les facilités obtenues par les entreprises françaises dans ses ex-colonies en matière d’exploitation des ressources sont sans commune mesure. Ce que l’opinion française et certains spécialistes français du continent n’admettent pas.

La mobilité des personnes entre la France et l’Afrique francophone participe également à brouiller l’image de l’Hexagone. ‘Les Africains francophones ont l'impression d'être délaissés, voire de ne pas être payés en retour par une France en repli (immigration, visas, réduction de l'aide, traitement des anciens combattants)’, assènent encore les télégrammes, pointant ‘le risque réel que les jeunes générations se détournent de la France’, écrit Le Monde. Qui constate que ‘l'ennui est que la France n'a plus les moyens de ses ambitions. Son immense réseau de coopérants a presque disparu et elle ne maîtrise qu'un tiers du volume de son aide, le reste se partageant entre la réduction de la dette et l'aide distribuée via l'Union européenne. En conséquence, les réalisations françaises sont mal identifiées et moins visibles que les immenses stades ou palais des congrès construits par les Chinois. Certaines ambassades vont jusqu'à plaider pour une dé-communautarisation des budgets’. La plupart des autorités françaises refusent de reconnaître publiquement que la France n’est plus cette grande puissance d’avant la première guerre mondiale. Elle est devenue, depuis 1945, une puissance régionale, dont l’influence est limitée dans l’Afrique francophone où elle perd, d’ailleurs, de plus en plus de terrain.

Ce qui n’arrange pas les choses, c’est que les jeunes générations africaines ne considèrent plus la France comme une référence absolue en matière d’études, notamment universitaires. Même si la France reste, toujours en nombre d’étudiants africains, la destination privilégiée des jeunes Africains à cause de la langue. Mais de plus en plus, les Africains se dirigent vers les universités anglo-saxonnes. En plus, c’est la génération des ‘soixante-huitards’ qui prend, à la tête des pays africains, le relais des générations qui ont conduit le continent à l’indépendance, comme d’ailleurs en France depuis l’élection de Nicolas Sarkozy. Des dirigeants qui ne sont pas forcément encartés dans une Françafrique dévoyée. Il faut aussi noter que l’opinion publique africaine, de plus en plus forte, est de moins en moins ignorée par les dirigeants dans leur prise de décision à cause de la démocratisation progressive du continent.

Toutes choses que la France ne doit pas ignorer si elle veut encore peser dans ses relations avec ses anciennes colonies.

Moustapha BARRY

Source: Walfadjri

Article Lu 1853 fois

Mardi 29 Avril 2008


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 23:56 En Allemagne, la police roule... en Ford Mustang

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State