Référence multimedia du sénégal
.
Google

Il incendie la maison de sa belle mère et écope d’un mois avec sursis

Article Lu 1462 fois

Une histoire d’incendie volontaire de lieux habités a encore été jugée jeudi à la Cour d’Assises de Kaolack. L’accusé, Bakary Traoré, a finalement été condamné à un mois avec sursis et à payer, à titre de dommages et intérêts, 75.000 francs à son épouse et 100.000 F à sa belle mère qui, toutes deux, se sont constituées partie civile.



Les faits remontent au 27 novembre 2003. Cette nuit à Bakel, le domicile de la dame Houlèye Guèye avait pris feu alors qu’elle dormait dans la cour avec ses enfants à cause de la chaleur. Pour l’avoir soupçonné, elle porta plainte le lendemain contre Bakary Traoré qui se trouve être l’époux de sa fille Aminata Bâ. L’incendie, selon la gendarmerie, avait entièrement calciné l’habitation et tout son contenu. Un tube vide de colorant avec une forte odeur d’essence avait aussi été découvert devant la fenêtre de la chambre. Des témoins, absents à la barre, ont déclaré avoir vu la nuit des faits Bakary avec ce tube rôdant autour du domicile de la victime.

Interpellé, Bakary niera les faits les considérant comme une machination avant de les reconnaître. Toutefois, il expliquera aux enquêteurs que son épouse, fille de Houlèye, avait abandonné depuis des mois le domicile conjugal refusant toute réconciliation en dépit des médiations entreprises et qu’il soupçonnait la complicité de sa belle mère. Au cours de l’interrogatoire, Bakary Traoré, cultivateur puisatier né en 1965 à Ballou (Tambacounda), a affirmé qu’il était énervé et jaloux. Il voulait seulement détruire les habits de sa femme et non la case en banco.

Encore moins tuer puisqu’il s’était assuré que personne n’y était avant de mettre le feu. Le prévenu a justifié le comportement de la belle mère qui n’a jamais voulu du mariage par le fait qu’il n’avait pas assez de ressources. La mère elle a évoqué le mauvais traitement de sa fille qui confirmera à la barre disant en avoir assez du ménage contrairement à son mari. L’avocat général, Me Abdoulaye Diagne, dira dans son réquisitoire que les faits sont constants et établis même si leur justification au moment de la commission sont la colère face au désaccord de la belle mère et au comportement supposé de l’épouse. Il a demandé la disqualification des faits en considérant que le lieu n’était pas habité et d’accorder à l’accusé des circonstances atténuantes. Il a requis cinq ans de travaux forcés.

L’avocat de la défense, M. Cheikh A. Ndiaye, l’invitera la Cour à la réflexion et à la compréhension de ce dossier. Il n’y a pas que la colère pour expliquer le geste de son client mais aussi le désarroi face à son foyer déstabilisé par sa belle mère parce que n’ayant plus suffisamment de ressources pour entretenir son épouse. Me Ndiaye qui a aussi évoqué le vide juridique à combler dans ce dossier, a plaidé de larges circonstances atténuantes pour son client. Il a présenté son client comme un brave homme dont les soupçons d’infidélité de son épouse se sont vérifiés par l’enfant naturel de cinq mois qu’elle portait à la barre alors qu’elle est encore dans les liens du mariage.

La Cour dans son délibéré et sous la présidence de Me Pape Makayré Ndiaye, a retenu finalement une peine d’un mois avec sursis pour Bakary en détention préventive depuis le 2 décembre 2003.

Source: APS / Sud Quotidien

Article Lu 1462 fois

Vendredi 22 Juin 2007


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State