Référence multimedia du sénégal
.
Google

« Il faut un budget de 23 milliards ou c’est le blocage du fonctionnement de l’Ucad »

Article Lu 1442 fois

L’Université de Dakar va-t-elle sortir de sitôt des eaux troubles ? Une question à laquelle, le médiateur de l’institution, le Pr Bouba Diop, malgré son optimisme, répond avec beaucoup d’hésitation. Pour cause, les problèmes de l’Ucad sont nombreux et très compliqués. Et leur existence ne date pas d’aujourd’hui. Ils tournent tous autour des questions d’ordre social genre allocation et paiement des bourses, codification, distribution de chambres, élection de délégués et d’amicales de facultés. Des questions récurrentes qui ont de tout temps perturbé gravement le fonctionnement de l’institution universitaire naguère la plus prestigieuse d’Afrique.



« Il faut un budget de 23 milliards ou c’est le blocage du fonctionnement de l’Ucad »
Conséquence, l’Ucad ne semble plus être aujourd’hui la destination recherchée des étudiants étrangers comme il y a 10-15 années derrière. Pour redorer son blason, il faut nécessairement un certain nombre de préalables dont entre autres : le règlement de la question des franchises, l’autonomisation de l’institution, l’arrêt de la poursuite des inscriptions jusqu’au mois de mars, la mise à terme des élections des délégués au mois de mai ». Mais aussi prévenir la bombe à retardement à caractère religieux qui menace l’institution. Du moins c’est l’avis du Pr Bouba Diop, l’ombudsman de l’Ucad qui a rendu public, hier, vendredi, devant la presse et quelques professeurs, son pré-rapport 2006-2007. Un document qui comporte cinq parties et dans lequel il rappelle son plan d’action, sa matérialisation, les différentes réactions enregistrées face à certains évènements et sollicitations, l’évaluation du travail accompli et des recommandations.

Bouba Diop qui dit avoir fait ce qu’on lui a demandé, est formel. Dans un contexte marqué par des effectifs aussi pléthoriques (55 860 étudiants pour un total de 5.136 lits) et un budget de 16 milliards au lieu de 23 nécessairement indispensables, il n’y a pas d’illusion à se faire même si la solution n’est pas impossible, elle semble tout de même difficile. « C’est parce tout simplement l’Ucad est gérée politiquement ». Or avec les textes déjà existants et une bonne politique de communication entre les acteurs, il était vraiment possible de faire bouger les choses dans l’institution. D’ailleurs, il ne souhaiterait pas continuer sa mission s’il n’y a pas de changement à ce niveau. C’est ce qu’il compte réaffirmer devant l’Assemblée de l’Université devant laquelle il présentera son rapport au mois d’octobre prochain. Une institution qui devra décider des nouvelles orientations à prendre, à la lumière du rapport présenté

Source: Sud Quotidien

Article Lu 1442 fois

Samedi 1 Septembre 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State