Référence multimedia du sénégal
.
Google

Idrissa Seck était alors l'homme à abattre : Quand les amis de Karim tressaient des lauriers à Macky

Article Lu 1379 fois


Idrissa Seck était alors l'homme à abattre : Quand les amis de Karim tressaient des lauriers à Macky
La guerre qui fait rage entre Macky Sall et la ‘Génération du concret’ peut provoquer un rire jaune chez certains observateurs de la scène politique. Surtout quand on relit ce chapitre consacré à l'ancien Premier ministre par Cheikh Diallo dans son ouvrage : ‘Si près si loin avec Wade’. Celui que presque toutes les fédérations du Pds veulent envoyer à la potence pour les beaux yeux de Karim Wade, dit-on, est pourtant décrit dans cet ouvrage comme le précurseur du ‘concret’, pour avoir sorti de terre tous les projets de Me Wade. Des éloges qu'une guerre de succession est sur le point d'effacer.

C'est étonnant comme le cours de l'histoire change au Pds. Et cela se vérifie avec le désormais ex-numéro deux du Pds à qui aucun exégète politique ne pouvait prévoir ce qui lui arrive. Ce ‘pestiféré’ que l'ensemble des fédérations du Pds veulent envoyer à la potence, pour les beaux yeux de Karim Wade, selon certains, a toujours été pourtant présenté comme l'homme providence qu'il fallait enfin au président Wade pour donner corps à sa vision politique. Et Me Wade n'a pas souvent été le seul à reconnaître les mérites de son désormais ex-bras droit. Les amis de Karim Wade se sont illustrés dans cet exercice. En effet, il y a juste quelques mois, l'un des conseillers de Karim Wade, Cheikh Diallo, dans son livre ‘Si près, si loin avec Wade’, tressait des lauriers à celui qu'il présentait comme étant ‘un turbo lent à l'allumage, mais prêt à aller très loin’. Un bel hommage à Macky Sall que ce conseiller en communication à l'Anoci trouve ‘travailleur et sobre’. ‘Son dialogue est aisé, mais court. C'est un homme rond qui parle carré. D'une grande qualité d'écoute, il est souple et intransigeant en même temps. Chez lui, l'éloge est une surprise-partie et le sourire est une fête. Dit autrement, il parle peu et ne rit presque jamais en public. Mais sa confiance naturelle en lui est dénuée de toute arrogance’, écrit l'un des proches de Karim Wade.
Pour réaffirmer sa fidélité et sa loyauté à Me Wade, Macky Sall, alors Premier ministre, confiait ceci à l'auteur de l'ouvrage ‘Si près, si loin avec Wade’ : ‘J'essaie de traduire la vision présidentielle. Mon rôle se situe à deux niveaux : rendre crédible et vendre le projet de société du président de la République. Le Premier ministre doit savoir mesurer et doser ses ambitions. Ce n'est pas nier sa valeur’.

Avec le temps, explique Cheikh Diallo dans son ouvrage, Macky Sall s'est profondément attaché à son leader qui est pour lui un modèle. Et le président de la République le lui rend bien. Puis l'ami de Karim Wade de rappeler ces propos tenus par Me Wade devant des ‘milliers’ de militants libéraux : ‘Macky Sall est très modeste et discret. Il ne fait pas beaucoup de bruit, mais il est efficace et c'est ça le plus important. Avec lui, je compte réaliser beaucoup plus de projets que dans les quatre premières années de mon mandat’ .

A lire attentivement l'ouvrage du conseiller de Karim Wade, Macky Sall est presque le précurseur du ‘concret’, car c'est ‘effectivement avec ce Premier ministre que les grands chantiers présidentiels commencent à sortir de terre’. Cheikh Diallo de citer l'Université du Futur africain, l'autoroute à péage, les échangeurs de Cyrnos, Patte d'Oie, la route de Dakar - Diamniadio, le nouvel aéroport de Diass, etc. ‘Lui-même (Macky Sall, Ndlr) répète souvent qu'il est ingénieur de formation, donc habité par le souci du concret’, écrit toujours Cheikh Diallo.

Ce Macky Sall raconté par l'un des initiateurs de la ‘Génération du concret’, n'est plus certainement le même aujourd'hui. La succession de Me Wade est passée par là. Même si l'audition des responsables de l'Anoci par l'Assemblée nationale a servi de prétexte pour changer de discours à l'endroit de l'ancien ami des animateurs du courant de la ‘Génération du concret’. Peut-être aussi que l'ancien Premier ministre a péché en négligeant cette remarque de Me Wade rapportée par Cheikh Diallo : ‘Macky Sall a du caractère. Il sait se faire respecter. C'est très important. Je crois qu'il peut aller loin s'il continue à faire des efforts. Pour le moment, il est esclave de ses conseillers’. Ou bien veut-on alors faire croire à l'opinion que tout cela n'était que des éloges de circonstance ? Allez savoir. Mais au Pds, il semble que rien ne résiste dans un contexte de positionnement pour succéder au maître.

Source: Walfadjri

Article Lu 1379 fois

Mardi 27 Novembre 2007


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 19 Octobre 2016 - 12:30 Convocation de Barhelemy Dias: le Ps divisé

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State