Référence multimedia du sénégal
.
Google

INVITEE A UN DEBALLAGE PAR ME WADE : L’opposition va-t-elle franchir le Rubicon ?

Article Lu 1945 fois

Invité à un exercice de déballage des scandales survenu avant et après l’alternance, l’opposition sénégalaise regroupée au sein de la Coalition Benno Siggil Senegaal, n’a pas encore donné suite à la dernière missive présidentielle. Ses leaders ont chacun commenté cette lettre au ton polémiste mais aucun n'a encore parlé au non de "Bennoo".



INVITEE A UN DEBALLAGE PAR ME WADE : L’opposition va-t-elle franchir le Rubicon ?
En conclave, dimanche dans un hôtel de Dakar, les membres de Benno Siggil Senegaal n’ont pas jugé opportun d’inscrire la lettre de Me Wade à l’ordre du jour de leurs séances de discussion. Sous la présidence de Madièye Mbodji, coordonateur de Yonou Askanwi, Benno Siggil Senegaal a planché sur une évaluation des élections locales du 22 mars.

Reste à savoir si dans les jours qui viennent, elle acceptera d’entrer dans une logique de déballage et accepter comme l’y invite Me Wade à travers la création d’une structure chargée « de prendre connaissance des faits et de les jugez ».

En effet, dans sa lettre au ton polémiste, Me Wade écrit : « Je ne vois aucune objection à soumettre les questions que vous évoquez à une structure appropriée, désignée d’un commun accord, à la seule condition du respect de la loi. A la même instance, sera soumis l’examen de la liste des faits survenus sous le régime socialiste ou commis par l’un ou l’autre des vôtres pendant l’alternance alors qu’il exerçait des fonctions ministérielles. L’exercice auquel vous nous conviez ayant manifestement pour but de faire le procès du régime de l’alternance, la logique de la chronologie des faits et du parallélisme des formes exige qu’on fasse, sur la même lancée, celui du régime socialiste. Sans tenir compte, dans un cas comme dans l’autre, de la notion de prescription et en commençant logiquement par les faits les plus anciens ».

Abdoulaye WANE
Source Sununews.com

Article Lu 1945 fois

Lundi 3 Août 2009





1.Posté par Habdu le 03/08/2009 07:21
ayez pitie de wade.....il n est plus conscient, sachez le bien..soyez patient encore......et priez qu'il parte sans mettre le pays en sang et en feu! DIOM DJI MAU DIEX TAK!!!!donc faites attention avec lui......

2.Posté par Karim le 03/08/2009 08:02
ne vous prêter pas à ce jeu

3.Posté par DR le 03/08/2009 09:19
si il faut prêter à ce jeu

4.Posté par Papis le 03/08/2009 09:31
C'est quoi ce jeu d'enfants. Réfléchissez à trouver à un monde meilleur pour les sénégalais. Proposer à l'opposition une piste de réflexion qui aidera le sénégalais lambda à mieux vivre. Franchement Prési réagit comme une gamine. Tésseunté jusqu'à quand?

5.Posté par Fatou le 03/08/2009 13:07
Sus le règne de Wade la mal gouvernance est la règle d'or. Dans cette politique, on promeut les bandits, les médiocres et ceux qui n'ont pas d'ethique et de moralité. Avec Wade on banalise les institutions de la république. Imaginer ce qui se passe à Louga, une institution comme le conseil régional, on le confie à quelqu'un qui n'a pas de bfem et pire sans aucune moralité, il fait la une à Louga, parceque il vient d'engrosser une fille.
Benno unissez vous pour chasser le président et alii hors.

6.Posté par Dr FAlilou SENGHOR le 03/08/2009 13:11
N'en déplaise aux naifs et aux crédules , ce monument n'est qu'un grotesque plagiat .

Notre Marcos de Kébémer a eu une très morbide inspiration .

Cette scupture fait tache dans un pays tropical où la majorité est islamisée.

Ce type de scupture est interdite dans la religion dont Wade se réclame.

Elle est d'une insolence en pays pauvre et ne va générer aucun centime au Sénégal.

Cette oeuvre, d'inspiration maçonique est anachronique car nous ne sommes plus du temps des KIM Il SUNg.

En plus les personnages qui y sont representés n'ont pas les traits anthropométriques d'Africains.


7.Posté par Diëugg le 03/08/2009 13:14
L'Image du Sénégal, la Crédibilité de ses institutions et la confiance de ses partenaires sont en jeu dans ce jeu avilissant dont nous a habitué Abdoulaye Wade. Il semble oublié qu'il a été ministre sous le régime socialiste et que ses attitudes honteuses pour garder ses différents postes sont restées dans les mémoires. Prenez de la Hauteur par soucis pour notre pays.

8.Posté par lathio le 03/08/2009 13:16
Mbaye ndiaye est un homme dangereux et nuisible car avec lui c'est le népotisme et une gestion gabégique aux profits de médiocres.IL a largement dépassé l'age de la retraite malgré tout il continue à diriger les aéroports du sénégal;il conduit Karim vers une impopularité certaine.C'est un énergument qui demain ,devrait rendre compte.

9.Posté par majmoud le 03/08/2009 13:18
LE PROBLEME C'EST QUE LE PRESIDENT A FAIT DES ACCUSATIONS TRES GRAVES.SEULE LA JUSTICE DOIT AMENER LA LUMIERE SUR TOUS LES CRIMES REVELES PAR abdoulaye wade.

10.Posté par Awa le 03/08/2009 13:28

Me Wade sonne la charge contre lui-même et les siens !

Par la réponse servie à l’opposition, le Président Wade vient d’enfermer l’opposition dans une logique de bataille de rats : désormais, la survie de l’un dépend de la disparition de l’autre combattant.

Aussi, cette gravité de la situation ainsi créée, justifie-t-elle l’examen des affaires invoquées et celles non citées mais qui, par leur importance, s’imposeront chemin faisant.

Des dix neufs (19) griefs exposés contre le régime PS, les dix sept (17) sont relatifs à « l’indélicatesse » ; or, il est de commune notoriété que pendant les neuf années de l’alternance, on ne parle que de milliards et de centaines de millions détournés (il semble même qu’un garde du corps a pu se payer une voiture à soixante dix millions, chose qu’un général ne pouvait pas faire sous le régime PS). Dans ce chapitre des détournements de fonds, il est évident qu’aucune comparaison ne peut être faite entre l’organisation de l’OCI qui était l’affaire de tout un gouvernement, et l’ANOCI qui a englouti quatre cent vingt (420) milliards confiés à un seul individu agissant en maître absolu et ayant sous ses ordres des ministres, des officiers supérieurs, des hauts fonctionnaires, alors que lui-même n’avait aucun titre ni qualifications dans ce domaine.

Quant aux atteintes à l’intégrité physique, la lettre du Président invoque deux cas tirés de la rumeur ou de la simple spéculation. Il va sans dire qu’il s’agit d’un passif nul par rapport à tout ce qui est reproché à Wade.

D’abord, il est remarquable qu’on cherche d’entrée de jeu à éluder l’affaire Sèye en écrivant notamment « rejuger des décisions de justice passées en force de chose jugée pour des faits frappés par la loi d’amnistie ». Voilà une manière cavalière d’expédier une affaire qui est d’actualité. A propos de l’affaire Sèye, il faut rappeler que Me Wade n’a pas été jugé par la Cour d’Assises. Il a tout juste bénéficié d’un « non-lieu pour insuffisance de preuve ». Il faut également noter que Me Wade ayant été élu Président de la République en l’an 2000, la prescription dont il pouvait bénéficier a été suspendue, et que la loi d’amnistie Ezzan ne couvre ni l’affaire Sèye, ni l’affaire Talla Sylla. A ces deux affaires, il faut évidemment ajouter l’affaire Balla Gaye et corrélativement le cas du juge Bassirou Diouf dont la rectitude et l’intransigeance avaient conduit à sa perte, sans que personne n’ait songé à une autopsie. Il pourrait être dit la même chose pour le cas Pape Ababacar Mbaye qui se montrait trop regardant lors de l’enquête sur l’indemnisation de la famille Sèye. La suspicion est née du fait qu’il lui avait fallu, par imprudence, accepter d’accompagner Wade lors d’un de ses voyages, pour perdre la santé à jamais. A côté de ces cas suspects, il y a lieu d’aligner le jeune de Kédougou, les deux jeunes de Kolda, les deux jeunes de Ziguinchor, ceux de Saint-Louis, sans oublier Ismaïla Mbaye, garde du corps de Wade et témoin gênant dans l’affaire Talla Sylla, le député Latif Guèye qui avait eu la témérité de monter en guerre contre l’homosexualité, le colonel Ndiour qui avait trempé dans l’affaire de la Mauritanie dont Dansokho parle souvent.

Enfin, les séances nationales d’élucidation proposées à l’opposition par Wade permettront d’apporter la lumière sur trois évènements historiquement majeurs, à savoir :

1. La signification des propos d’un premier ministre estimant que le différend qui l’oppose au Président de la République n’est « qu’une querelle entre grands bandits au moment du partage du butin ».

2. L’affaire Sèye qui a des ramifications insoupçonnées comme l’affaire du 16 février et la rupture de l’amitié entre Wade et Boubacar Sall.

3. L’affaire du 16 février à l’occasion de laquelle des policiers ont été assassinés, d’autres rendus infirmes à vie. Cette affaire qui avait été injustement imputée aux Moustarchidines, a été initiée, planifiée et exécutée par Wade pour noyer l’affaire Sèye dans une affaire où serait impliquée la puissante famille Sy. A propos de la pleine responsabilité de Wade relative aux évènements du 16 février, Landing Savané est un témoin de choix détenu par l’opposition, parce qu’il peut révéler qu’il était en compagnie de ce responsable PDS lorsque celui-ci commettait la bourde qui avait amené Wade à reporter le fameux meeting du mercredi 2 février au mercredi 16 février pour éviter d’orienter les enquêteurs vers le PDS.

Pour conclure, il faut rappeler qu’Habib Thiam dont il est fait allusion dans la lettre du Président n’a absolument rien à voir dans l’affaire Sèye. Toutefois, le « faux » qu’il dénonçait était bien réel.



AWA

11.Posté par sombel le 03/08/2009 14:30
Y a t' il une justice au senegal?qu'attend la magistrature pour ouvrir une enquete sur les propos tenus par Mr Wade .

12.Posté par Deug Téedéh le 03/08/2009 15:00
Wade a toujours cru que l'opposition est poltronne et a eu à le déclarer.

"Doff doffakoye fadjie" Opposition comme peuple sénégalais, ne ratons pas cette occasion de laver à l'eau de javel notre pays et d'éviter aux générations futures les dérives qu'on a connues jusqu'ici depuis l'indépendance de notre pays. Wade fait du bluff, profitons-en pour tirer "TOUT" au clair et éviter pour de bon que cela arrive encore chez nous. C'est une occasion inespérée pour l'opposition de faire juger WADE par le peuple, à son initiative alors qu'il est convaincu que sa proposition n'aura pas de lendemain. A l'opposition de prouver son patriotisme en acceptant de se présenter devant le tribunal du peuple avec WADE, à la télé, selon une bonne programmation et le peuple jugera.

13.Posté par ndiock le 03/08/2009 17:12
oh hoooooo la thigaaa la tais toi tous les vendredis chez tanor a briere de l isle da nga oyof pagne wayy je t aivais averti espece de pute tu n a rien a dire pute du parti socialiste

14.Posté par M.KANDJI le 03/08/2009 23:33
Si Wade n'est pas un homme d'état,vous vous l'êtes.Refusez donc de dialoguer au nom du peuple avec ce monsieur qui n'est compris que par son Béthio qui nous amènera si on ne l'arrête pas , à coup sûr , directement vers ce qui vient de se passer au Nigéria . UN SECTE PEUT EN CACHER UN AUTRE , LA LOGE MACONNIQUE LES GENS AVERTIS SAVENT CE QUE C'EST

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State