Référence multimedia du sénégal
.
Google

INTRODUCTIONS DES ORGANISMES GÉNÉTIQUEMENT MODIFIÉS: Menace sur la sous-région

Article Lu 1472 fois

La sous-région présente un environnement menacé par le développement des biotechnologies mais aussi, l’introduction des organismes génétiquement modifiés. Cependant, elle est encore pleine de vitalité. Dans le cadre de la lutte pour la gestion durable des ressources naturelles afin, d’asseoir les bases pour lutter contre l’insécurité alimentaire et la pauvreté, une nouvelle réflexion a été initiée par la commission de l’Uemoa autour du Programme Régional de Biosécurité de cette institution. Cette rencontre, qui s’est ouverte hier au Novotel, se poursuit jusqu’au 11 Juillet et va déboucher sur la mise en place du comité d’orientation et de suivi du programme.



INTRODUCTIONS DES ORGANISMES GÉNÉTIQUEMENT MODIFIÉS: Menace sur la sous-région
Prenant la parole, le commissaire chargé du département du développement rural, des ressources naturelles du développement et de l’environnement de la commission de l’Uemoa, M. Binguitcha-Fare, a rappelé la possibilité dans les prochaines années, que la sous-région soit confrontée à une croissance des biotechnologies et plus particulièrement à l'entrée massive d’organismes génétiquement modifiés. Ce qui, selon lui : « constituerait une réelle menace pour la biodiversité, si aucune mesure de sauvegarde n’est prise ». Dans ce cadre, et pour anticiper sur ces problèmes, la commission de l’Uemoa a élaboré le programme régional de biosécurité, qui a fait objet d’un règlement adopté par le conseil des Ministres de l’Uemoa.
À en croire le commissaire chargé du département du développement rural : « Ce règlement prévoit la mise en place d’un Comité d’Orientation et de Suivi, d’où l’installation formelle de ce comité lors des présentes assises ». Les attributions principales de ce comité sont, entre autres, l’approbation des orientations du programme, l’examen des rapports, des plans opérationnels et des budgets annuels et la vérification de la conformité des actions proposées avec les stratégies et les politiques nationales. M. Binguitcha-Fare l’a signalé dans ses propos. Par ailleurs, a-t-il ajouté, il s’agira de parvenir, à l’issue de cette réunion, à « un projet de Mémorandum d’accord entre partenaires de la sous-région, afin de développer les synergies indispensables à la mise en œuvre du programme régional de biosécurité de l’Uemoa ».
Dans cette mouvance, le représentant du Ministre de l’environnement, M. Youssou Diallo, de renchérir : « ce programme vise la mise ne place d’un cadre juridique communautaire de biodiversité pour assurer la prévention des risques liées à l’introduction éventuelle des organismes Vivants Modifiés ». Ceci, dans l’union et au-delà, afin de permettre aux États membres de faire face à leurs obligations, vis-à-vis du protocole de Cartagena. De l’avis du Directeur de Cabinet du Ministre Souleymane Déné Ndiaye : « Ce programme s’inscrit dans le cadre d’aménagement et d’utilisation des ressources et permettra de doter l’espace d’une orientation assez précise dans la démarche, en vue de concilier développement socio-économique et protection-conservation de la biodiversité au-delà de l’environnement ».
Décliné en trois composantes essentielles, ce programme préconise des approches novatrices basées sur des principes qui ont guidé les options et axes stratégiques d’intervention. Et parmi ceux-ci, on peut citer : les principes de continuité, de référence constante et de reconnaissance de la priorité à accorder à la participation effective des populations directement concernées par les problèmes environnementaux. Ainsi, les remarques et propositions issues de cette rencontre seront capitales pour mieux préciser les orientations stratégiques, ainsi que les instruments de mise en œuvre du programme régional de biosécurité.

Oulimata DIOP
Source: Le Matin

Article Lu 1472 fois

Mardi 10 Juillet 2007





1.Posté par Saliou le 10/07/2007 10:48
Ne suivons pas certains europeens dénués de tout savoir comme Bové. Une analyse objective montre que les OGM sont sans danger, et c'est très répendus aux USA.
Je connais bien ce sujet, étant moi meme un spécialiste de l'Industrie alimentaire et ayant travailler sur les OGM.
Donc ne suivont pas betement les europeens. Si des produits nous sont livrés, testons les. Alos s'ils sont bons, on prend. Par contre s'ils ne le sont pas, on les refuse.
C'est la demarche à suivre, et évitons les demarches partisanes.


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 13:10 L’adultère est-il devenu une banalité ?

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State