Référence multimedia du sénégal
.
Google

INTERROGATOIRE - Un «rappeur» à la barre : Audition aux allures de show

Article Lu 1610 fois

Ils étaient, hier, deux accusés à se présenter devant la Cour d’Assises à Dakar. Mamadou Diouf alias «James» et Noumatono Dia alias «Papis» comparaissent devant le président de la Cour d’Assises pour vol à main armée et avec usage de violences ayant entraîné la mort du commerçant Mamadou Niang, le 5 octobre 1997 à Thiaroye Gare. Une audience pas du tout ordinaire. Les accusés, qui ont fait plus de huit ans en prison, ont trouvé l’occasion pour se décharger l’un contre l’autre. De taille moyenne la tête rasée au style «Zoulou», James a été, cependant, constant dans ses propos tout au long de son interpellation. Seulement, il dit n’être au courant des chefs d’accusation dont il fait l’objet que le vendredi dernier, soulevant quelques rires du côté du public.



Si l’audition de Mamadou Diouf Alias James s’est passée dans la sérénité, ce n’est pas le cas pour Noumatono Dia alias Papis. Vêtu d’une chemise blanche et d’un pantalon kaki beige avec des chaussures blanches à l’image des noirs américains, cet accusé qui se dit rappeur à user du microphone pour faire son hardcore. Des lyrics comme dans le jargon des rappeurs, il n’en manquait pas. Nostalgique certainement des soirées où il régalait ses fans, Papis de son surnom, dans un français un peu soutenu, dit avoir arrêté ses études en classe de Cm1. Ainsi, tout au long de son intervention, il n’a pas cessé de tutoyer le juge Demba Kandji. «Tu dois me reconnaître…Tu te rappelles», lance-t-il, souvent, au président de la Cour tout en le pointant du doigt. Et, le juge Kandji, pour calmer un peu Noumotono, lui lance : «Il n’y a pas de rap ici. Baissez le ton et modérez votre langage.» Et, le jeune rappeur de continuer : «Cela fait huit ans et cinq mois que je suis en prison alors que je n’ai rien fait. Je clame mon innocence.» Elancé, le visage marqué par deux balafres, la vingtaine bientôt révolue, il se dit aussi commerçant. Cependant, les nerfs se sont un peu chauffés aussi du côté des avocats. En effet, l’un des avocats de la défense Me Mbaye Sène avait posé une question, au frère de la victime qui s’est constitué partie civile. Cette question n’étant pas du goût de l’Avocat général Alioune Ndao, il s’en est suivi une dispute.


Mamadou DIALLO
Source: Le Quotidien

Article Lu 1610 fois

Mardi 17 Juillet 2007





1.Posté par djibril le 17/07/2007 19:20
C NULL VRAIMENT CET ARTICLE NE VAUT RIEN DU TOUT
SVP ARRETER

2.Posté par doule le 18/07/2007 05:07
Vraiment trop Mediocre, Nul..............

3.Posté par boulfale le 18/07/2007 05:09
thiey...................

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State