Référence multimedia du sénégal
.
Google

INONDATIONS À DAKAR : 270.000 SINISTRÉS

Article Lu 1743 fois

Le ministère de la Santé et de la Prévention ouvrira dans les prochains jours 4 postes médicaux avancés pour la prise en charge médicale et psychosociale des sinistrés malades des zones inondées.



INONDATIONS À DAKAR : 270.000 SINISTRÉS
C’est ce qui ressort de la réunion présidée hier par le Dr Safiétou Thiam, qui a demandé à ses services de rester vigilants pour empêcher la survenue du choléra dans les zones inondées et d’intensifier la sensibilisation à Kaolack et à Diourbel. Le ministre de la Santé et de la Prévention, le Dr Safiétou Thiam, a présidé hier une rencontre pour faire le point sur l’exécution du volet Santé du Plan Orsec. Elle a demandé à tous les services de tout mettre en œuvre pour empêcher la survenue du choléra dans les zones inondées où les conditions sont réunies pour l’éclosion de toutes les maladies liées à l’eau.

« Nous devons mobiliser les services pour aider les populations à adopter les bons comportements pour éviter la survenue du choléra dans ces zones », recommande-t-elle. Jusqu’à hier, aucun cas de choléra n’a été déclaré dans la banlieue. Cependant, tel n’est pas le cas pour la ville de Kaolack où un Comité régional de développement (Crd) spécial est prévu dans la semaine. On dénombre au total 527 cas suspects dont 41 cas confirmés et 8 décès. Même si la situation est sous contrôle, le ministre a donné des instructions pour renforcer la surveillance épidémiologique dans les zones frontalières au Sud du pays dans les régions de Sédhiou, Kolda et Ziguinchor. Surtout que l’épidémie a pris des proportions inquiétantes en Guinée-Bissau. « Si l’Oms nous aide, nous sommes prêts à envoyer notre expertise en Guinée-Bissau, parce que lorsque cela déborde là-bas, notre pays ne sera pas à l’abri des conséquences », souligne le Dr Safiétou Thiam.

En plus de l’exécution de la batterie de mesures de prévention du choléra ou de prise en charge des personnes atteintes, le ministère de la Santé et de la Prévention est responsable de la mise en place du volet Santé du Plan Orsec. Le docteur Dieng Sarr a décliné les différents aspects de la prise en charge. Il s’agit de la prise en charge médicale, psychosociale, ainsi que la désinfection de l’eau et la sensibilisation. L’accès aux soins de santé des sinistrés malades sera facilité par l’ouverture très prochaine de 4 postes médicaux avancés dans les zones inondées.

« Plus de 7 de structures de Santé sont dans les eaux. Les agents ne peuvent pas y travailler, en plus elles sont inaccessibles aux malades. Pour assurer la continuité de l’offre de services, nous avons décidé d’installer des postes médicaux avancés dans les zones inondées pour continuer à garantir les offres de soins et apporter une assistance médicale et psychosociale aux malades se trouvant dans ces zones. Il y aura aussi des activités de désinfection, de saupoudrage », annonce le ministre de la Santé et de la Prévention.

Des ambulances, du personnel médical, paramédical, le Samu, seront mobilisés, à cet effet. Les postes seront installés dans les quartiers de Dalifort, Thiaroye-sur-Mer (précisément dans le quartier de Ngagne Ndiaw), à Guinaw-Rail et sur le site du Plan « Jaxaay ». Les sinistrés malades bénéficieront d’une prise en charge gratuite, mais la référence est laissée à la discrétion des médecins habiletés.

Source: le Soleil

Article Lu 1743 fois

Mardi 23 Septembre 2008





1.Posté par django le 23/09/2008 18:02
La sublimation du détail J’étais lourdement vautré dans mon fauteuil pour suivre l’ouverture des jeux olympiques à la télévision quand subitement surgit ce nid d’oiseaux tout en feu. Je me suis dis catastrophe ! les chinois ont perdu les jeux. Mon fils me répondit que c’était un feu d’artifice. Ouf ! à la reprise de mon esprit je me suis souvenu que les feux d’artifice étaient une invention chinoise. Ils ont réussi à mettre dans ce nid tous les grands chefs blancs pour leur offrir un spectacle éblouissant de lumière, détonnant de sons, et dense de technologie. Après l’émerveillement, place à l’inquiétude, ils ont compris. Ils ont compris que la balle a changé de camp, plus de doute possible la chine est la prochaine première puissance mondiale. Que dire de ce cube d’eau qui abrite les piscines pour les épreuves de natation : tout simplement croquant. Si j’avais à retenir des symboles pour ces jeux, ils seront sans conteste l’eau et le feu. Au fait, avez-vous déjà vu un oiseau faire son nid, ce vertébré ovipare dépourvu de dents est impressionnant de persévérance, de dextérité et d’ingéniosité. Brindille par brindille il arrive à construire lentement mais sûrement cet édifice complexe dans lequel chaque détail est d’une grande importance. Cette petite partie d’un ensemble qu’est le détail, est de manière irréfutable ce que déteste le plus les Sénégalais. En effet il est courant d’attendre dire pour une raison ou pour une autre « li détail la waay ». Cette répulsion du détail s’inscrit dans le registre de la négligence et du désordre qui caractérise l’environnement mental du Sénégalais. Ainsi pour l’artisan Sénégalais la finition de l’œuvre c’est un détail, les feux de signalisation qui sont éteints partout au Sénégal (même les deux récalcitrants qui étaient devant le palais ont rendu l’âme ), c’est un détail jusqu’au ministre pour qui le temps est un détail. Dans un tel contexte il n’est nullement étonnant que le budget national soit un détail. L’exécution du budget national reflète de manière remarquable encore une fois le comportement sénégalais face à l’argent. Cette obsession du paraître nous pousse forcément vers des comportements déviants d’une répétition pratiquement névrotique. Nous détournons, distribuons, dépensons facilement l’argent d’autrui pour se faire voir. Nous empruntons, nous quémandons, nous mentons, pleurons, nous courbons l’échine, tous ça pour paraître. Par contre le paraître à la Sénégalaise, c’est du détail qui est devenu une grande partie de l’ensemble. La leçon que chaque Sénégalais devrait apprendre « par cœur » et afficher dans tous les bureaux c’est que le développement c’est de grands efforts sur de petits détails.

Baye Ibrahima DIAGNE Directeur de publication du magazine performances


Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State